Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

La communauté de Ban Nam Chiao à Trat

Share This:

L’immense majorité des touristes qui viennent à Trat à l’Est de la la Thaïlande se ruent vers les îles, certes très sympathiques, ou alors vers le Cambodge voisin, pourtant à simplement 8 kilomètres de la ville, sur la route vers l’embarcadère principal pour Koh Chang, se trouve une petite communauté, Ban Nam Chiao, entre mer et terre. J’y ai passé 24 heures, il y a quelques jours…

ban nam chiao thailande trat

Le pont du canal de Ban Nam Chiao

 

Ban Nam Chiao

J’avais programmé ma journée et nuit dans un homestay à Ban Nam Chiao (บ้านน้ำเซียว) depuis plusieurs semaines. Les photos et surtout le programme des activités proposées par cette communauté qui accueille des touristes depuis quelques temps me faisaient vraiment envie et ce fut 24 heures très enrichissantes avec de belles rencontres.

Il y a une ligne de songthaew (camionnette qui sert de bus local) régulière qui vous amène du Terminal des Bus de Trat à Ban Nam Chiao pour 20 THB mais il faut attendre qu’ils fassent le plein de passagers, j’ai préféré en avoir un pour moi seul qui parte tout de suite pour 120 THB. Il faut compter une vingtaine de minutes pour rejoindre le point de rendez-vous que m’avait fixé Fon avec qui j’étais en contact via la page Facebook de la communauté (voir plus bas): le sanctuaire chinois.

ban nam chiao

Le temple chinois, point de rendez-vous

Arrivé à 8h30, je fus accueilli par 3 jeunes femmes, Kan, Tim et Fon, les 3 seules personnes qui parlent un minimum d’Anglais. Après un petit tour dans le sanctuaire chinois, direction le canal et le pont arrondi emblématique de Ban Nam Chiao. Avec ses marchands sa mosquée et ses bateaux, c’est le coeur de cette communauté où musulmans et bouddhistes vivent en harmonie parfois au sein de la même famille.

 

Activités et découvertes

Je rencontre plusieurs villageois tous très accueillants et heureux de voir un farang (occidental) venir leur rendre visite avant d’embarquer sur un longtail boat avec deux de mes trois accompagnatrices, le pilote du bateau et un jeune homme assis à la proue du bateau.

ban nam chiaew

Nous longeons les mangroves, apercevant régulièrement des rapaces et parfois des oiseaux plus colorés avant d’atteindre la pleine mer.

aigle thailande

Koh Chang et la plage de White Sands Beach se trouvent en face mais se prélasser sur la plage n’est pas le but de ce séjour. Nous jetons l’ancre. Le jeune homme à la proue, enlève son T-Shirt et se jette à l’eau. Il plonge puis remonte les mains pleines de coquillages étranges surnommés les « becs de canards ».

coquillages duck bunk thailande

En quelques minutes, il en remonte près d’un kilo. Ils sont enfouis dans le sable. Il m’invite à faire de même, j’hésite un peu.. avant de finalement décliner son offre. Je n’avais pas compris qu’il fallait plonger pour récupérer ses coquillages et n’ai pas de maillot de bain. Mais si vous venez préparez-vous mieux que moi, des lunettes de plongée peuvent aussi être pratiques même si le plongeur du village lui n’en possède pas.

ban nam chiao

Au retour, nous débarquement sur une petit chemin cimenté qui mène au village à travers les mangroves. Pour le déjeuner, je me retrouve devant un Tom Yum, une omelette, des légumes et crevettes sautés, un excellent poisson frit accompagnés de riz, le tout concocté par Pa Tim pendant notre tour en bateau.

Le repas fini, l’appel à la prière de midi retentit sur le canal, ce sera l’occasion d’aller voir l’intérieur de la mosquée bicentenaire.

Puis, pour le dessert, près du pont de la route principale, nous retrouvons une petit marchande qui vend des khnom dok bua, littéralement gâteaux fleurs de lotus. A base de pâte à beignet, ils doivent leur nom à leur forme. C’est la première fois que j’en voyais et en mangeais et j’avoue que j’ai beaucoup aimé et adorerai en retrouver dans mes pérégrinations futures.

Plus loin, un magasin avec une grande variété de chapeaux et produits de vannerie attire mon attention. Ses produits artisanaux sont magnifiques. La marchande m’encouragent à essayer plusieurs chapeaux dont une sorte de casquette en palmes de cocotier. Je fais un petit selfie que je trouve amusant et le mets en photo de profil sur Facebook. Il ne passera pas inaperçu…

chapeaux thailande

Après, une courte sieste au homestay où je passerai la nuit, Pa Tim et Fon m’emmènent justement voir la fabrication de ces chapeaux en face du temple bouddhiste de Ban Nam Chiao. Dans une petite maison sans enseigne ni signe extérieur particulier, deux jeunes femmes confectionnent les fameux couvre-chefs. La technique est bien rodée et mélange tressage et couture.

ban nam chiao community thailand

Puis, on me prête un vélo pour me balader dans les environs jusqu’au soir où il est impératif d’être sur le canal pour de jolies photos au coucher du soleil. Malgré un ciel un peu couvert peu propice aux plus beaux clichés, je fais quelques clichés avant le dîner dans mon homestay avec Pa Tim, mon hôte.

coucher soleil thailande ban nam chiao

Le lendemain, je dois déjà repartir mais pas sans aller voir Pa Téo qui m’a invité la veille à venir faire des khao kriap ya na, galettes de riz très fines qui grillées et couvertes de caramel de sucre de coco, d’un mélange de carottes et noix de coco râpées et de fines herbes me feront un excellent petit déjeuner.

khao kraip ya na thailande

Il est tant de partir vers d’autres horizons avec de jolis souvenirs plein la tête et les cartes mémoire de mon appareil photo et de mon téléphone. Au moment des adieux, le mari de Pa Tim m’offre le chapeau que j’avais essayé la veille et qui avait eu son petit succès sur Facebook. Un cadeau qui m’a beaucoup touché.

Un grand merci à eux pour leur accueil ! A aucun moment, je me suis senti un client parmi eux.

 

Comment séjourner à Ban Nam Chiao ?

Le plus simple pour venir partager la vie de cette communauté très accueillante est de les contacter en Anglais via leur page Facebook : https://www.facebook.com/NamchieoCommunity/

Passer 24 heures ici avec toutes les activités, les repas et le couchage compris, coûte 990 THB par personne si vous êtes au moins 4 et 1190 THB si vous moins de 4. Un prix plus que raisonnable pour l’expérience humaine et la diversité des activités proposées.

Évidemment, la réussite de ce genre de séjour chez l’habitant un peu intégré la vie d’une communauté locale dépend beaucoup de vous. Plus vous êtes ouverts d’esprit et curieux, plus le partage sera riche. La communication sera un peu difficile car à part les 3 accompagnatrices dont je parle au début qui parlent un Anglais très limité mais avec gestes et appui de Google Traduction, on arrive à s’en sortir, le reste du village ne parle pas la langue de Shakespeare.

Le programme est maintenant réglé avec des horaires (surtout indicatifs), ils vous l’enverront dans vos échanges de mails. Le voici.

ban nam chiao trat

ban nam chiao community

 

Je vous donne rendez-vous bientôt sur ma chaîne Youtube pour une vidéo de mon séjour à Ban Nam Chiao.

 


Thaïlande hors des sentiers battus : Pua (province de Nan)

Share This:

J’essaie de plus en plus de sortir des sentiers battus en Thaïlande et de découvrir, et vous faire découvrir, des endroits dont on ne parle que très peu dans les guides. Pua, à une soixantaine de kilomètres au Nord de Nan est de ces destinations presque inconnues des touristes étrangers qui valent vraiment le détour mais chut…

pPua nan nord thailande

Pua dans le Nord de la province de Nan (Nord de la Thailande)

 

Pua, nature et montagne

La localité de Pua ปัว (prononcez bpoua, c’est ce qui se rapproche le plus de la prononciation thaïe) se trouve à une soixantaine de kilomètres au Nord de de Nan. Si la ville en elle-même n’a pas un charme fou, les alentours de champs, montagnes et cascades sont vraiment très agréables. Si vous aimez la nature, vous adorerez Pua !

C’est pendant la saison du riz (de juillet à début novembre) que c’est le plus agréable de passer quelques jours à Pua. Les rizières sont encore superbes et si vous y êtes au début ou à la fin, vous pourrez voir et participer à la repique du riz ou à la récolte. Moi, j’y étais début novembre.

récolte riz thailande

récolte du riz en Thailande

récolte du riz Pua Nord Thailande

Récolte du riz à Pua

Je vous recommande d’oublier les hôtels à Pua et de séjourner dans un homestay planté au milieu des rizières et vous balader à vélo pour rejoindre à peu près tous les coins intéressants de la vallée ou dans un autre homestay perché dans la montagne. Vous pourrez même dormir dans un temple avec vue sur les champs si vous voulez (voir mes bonnes adresses plus bas).

 

A voir à Pua et autour de Pua

Comme dit la ville, outre une Walking Street du week-end qui semble sympathique (je n’y étais pas un week-end), ne présente pas un grand intérêt. On vient surtout à Pua pour les alentours, les champs, les montagnes et les cascades.

 

Wat Phuket

Toutefois, en ville, le Wat Phuket est un incontournable. Il offre une jolie vue dominante sur les rizières (récoltées pour la plupart quand j’y étais) et les charmants petits cafés et boutiques en bambou et chaume de riz en contrebas.

wat phuket pua thailande

Le temple en lui-même possède un joli hall d’ordination et un Bouddha assis installé devant un arbre majestueux. Il propose un « temple stay », c’est à dire des chambres, qui donnent sur les rizières. Je n’ai pas réussi à avoir confirmation sur place mais il semble que le tarif soit de 500 THB par nuit.

bouddha wat phuket pua

 

La cascade de Sila Phet

Si on est loin des impressionnantes cascades à étages que possède la Thaïlande, celle de Sila Phet à une quinzaine de kilomètres du centre ville est agréable pour se rafraîchir. Son premier bassin a de l’eau toute l’année.

cascade sila phet nan pua thailande

cascade sila petch

Elle est très prisée par les habitants le week-end. Vous y trouverez des petits restaurants et pourrez louer des bouées pour vous enfants. L’entrée est libre.

 

La cascade de Tad Luang

Moins de 10 kilomètres plus loin, se trouve la Tad Luang Waterfall, une cascade qui possède une concentration étonnante de poissons.

cascade tat luang

tad luang waterfall

Beaucoup moins fréquentée que Sila Phet en semaine, elle est également très populaire le week-end. Entrée : 40 THB par adulte et 20 THB par enfant.

 

Wang Sila

Autre coin pour patauger dans la rivière mais plus proche de la ville, Wang Sila vaut sourtout pour la petite route qui y mène et longe les rizières avec les montagnes en arrière-plan. Pendant la saison du riz, c’est magnifique (photo tout en haut de l’article) ! Au bout, vous arrivez à une petite cascade cimentée mais ce sont surtout le petites gorges en amont accessibles par un petit sentier à gauche, après le pont, qui sont intéressantes.

wang sila pua

Soyez prudent les rochers sont glissants. Ne vous approchez pas trop du bord, une chute peut vite arriver, il n’y a aucune barrière de protection.

 

Le Wat Sri Mongkhon

Une peu dans le même esprit que le Wat Phuket mais plus grand et plus intéressant en lui-même, le Wat Sri Mongkon est à une quinzaine de kilomètres hors de la ville et domine également les rizières avec un café de passerelles en bambou également.

wat sri mongkhon pua thailand

Le temple est assez joli également et possède des statues représentant les fameux « chuchoteurs » dont la peinture sur les murs du Wat Phumin à Nan est devenu l’emblème de la province.

wat sri mongkhon pua wat sri mongkhon pua province nan

Là aussi, la vue est plus belle pendant la saison du riz, quand j’y étais, les rizières en bas étaient déjà récoltées.

 

Les salières de Bo Kluea

De tous les endroits que je cite dans cet article, Bo Kluea est l’endroit le plus éloigné de Pua. Il faut être véhiculé pour parcourir les 62 km de route de montagne qui y mènent ou prendre le songthaew qui fait la liaison.

bo kluea nan thailande

S’il est intéressant de voir comment l’eau salé est extraite des puits puis chauffée pour obtenir les cristaux d’un sel qui ne maque pas de saveur, je ne suis pas sûr que cela vaille les 2 heures de route aller-retour en voiture (plutôt 1h30 en songtheax). Sauf si vous voulez faire le plein de sel. Le sac d’1,5 kg coûte seulement 20 THB. Par contre, avec une nuit sur place, ça peut déjà plus valoir le coup. La vallée est jolie. Faudra que j’essaie une prochaine fois…

 

Mes bonnes adresses à Pua

Farmer School Homestay

Je commence par mon énorme coup de coeur, un endroit où je retournerai sûrement : le Farmer School Homestay. Cette école qui pprend aux enfants de la région tout le travail de la culture du riz est située à moins de 10 km du centre de Pua et dispose de chambres et bungalows installées dans les rizières.

farm school homestay nan

Vous avez différents niveaux de confort et des chambres familiales ou pour deux. Ma préférée est la chambre en bambou sans murs avec les rizières à perte de vue en face du lit. C’est là que j’ai dormi et bien dormi pour me réveiller dans la brume matinale. La salle de bain était sous la chambre.

farm school homestay pua thailande

Ma chambre au Farm School Homestay

Ceux qui veulent des murs, choisiront une des chambres voisines dans de belles cabanes en bois et notamment la version familiale sur 2 étages. Les prix varient de 600 à 2000 THB (ma chambre était à 800 THB).

homestay pua thailand

Chambre familiale sur 2 étages

La gérante parle suffisamment Anglais pour se faire comprendre. Le Farm Shool Homestay est aussi idéalement placé pour visiter les environs à vélo (location 20 THB). La cascade de Sila Phet est à moins de 5 kilomètres, Wang Sila, pas tellement plus loin, le Wat Phuket à 8 km, la Wat Sri Mongkhon 8 km également, les cascades de Tad Luang à 10 km.

Pour réserver, vous pouvez les contacter via leur page Facebook : https://www.facebook.com/homestayfarmerschool/

Il faudra leur faire un virement bancaire du prix de la chambre ensuite (oui, je sais, depuis l’étranger, ça vous générera des frais qui feront monter le prix de la chambre mais pour un endroit comme ça, je vous assure que restera une affaire !).

 

Skadee Homestay

Perché dans les montagnes au Doi Sakat à 25 km de Pua, ce homestay dans une maison en bois est idéal si vous voulez vous couper de la ville et vous ressourcer.

skadee homestay pua thailand

Sa terrasse, vous offrira un cadre incroyable le soir pour dîner au coucher du soleil ou le matin pour le petit-déjeuner. Au menu café, thé ou infusion au gingembre, production locale. Tous les repas servis ici sont préparés avec les produits cultivés par la communauté et composé de spécialités qui leur sont propres que vous n’aurez probablement pas l’occasion de déguster ailleurs.

homestay montagnes pua thiailande

Perché là-haut, on pourrait se dire qu’on va s’ennuyer la journée mais le propriétaire pourra vous proposer 5 tours dans les environs à la découverte de cascades, de vues exceptionnelles et même un night safari. Je n’ai fait que prendre le petit-déjeuner car c’était complet mais j’ai très envie de revenir un jour quand j’en aurais marre de la tension et du stress que c’est de gérer un groupe Facebook 😉

Là aussi, le plus simple c’est de contacter le propriétaire qui parle Anglais via la page Facebook du homestay : http://ow.ly/YOco30mCIbu

A noter qu’il peut vous récupérer directement à l’aéroport de Nan ou à Pua à la descente du bus.

Si ces deux adresses sont complètement inconnues des farangs, elles sont très appréciées par les Thaïlandais, il est donc recommandé de vous y prendre plusieurs semaines voire mois à l’avance pour réserver.

 

Comment venir à Pua ?

Vous rendre à Pua en transports en communs est assez facile. Il faudra d’abord rejoindre Nan, en avion ou en bus (vous avez tous les options de transports pour Nan ici).

Ensuite, du Terminal des bus de Nan, vous avec le choix entre le bus rouge 2187.

bus nan pua thailand

Ou les songthaews bleus de la ligne 2494 qui stationnent tout au fond du terminal.

songthaews nan pua thailande

Les songthaews sont plus fréquents (un toutes les heures) mais le bus est plus pratique si vous avez de gros bagages. Tous deux mettent 1h30 en moyenne pour rejoindre Pua pour un prix identique de 50 THB par personne.

C’est vraiment une jolie escapade à ajouter au programme de votre prochain voyage en Thaïlande pendant la saison du riz. Elle vient de s’achever pour cette année mais recommencera en juillet.

N’hésitez pas à mettre un petit « J’aime » sur ma page Facebook pour voir passer mes autres partages et découvertes.

 


Petits spas surprenants en Thaïlande : sum gaï spas

Share This:

En Thaïlande, on fait souvent de grandes choses avec peu de choses et les sum gaï spas en sont un exemple parmi tant d’autres. Si leur concept est amusant et en fait une curiosité qu’on n’oublie pas, ils n’en restent pas moins des lieux de détente et relaxation conviviaux à petit budget. Laissez-moi vous les présenter pour ceux qui n’auraient pas encore vu ma vidéo sur ma chaîne Youtube (voir plus bas).

Spa surprenant en Thaïlande

Connaissez-vous les sum gaï spas en Thaïlande ?

 

Les sum gaï spas, kezaco ?

Les spas sum gaï สปาสุมไก่ (prononcez sapa soum guaï) sont des établissements qui tirent leur nom de leurs petits saunas un peu particulier composés de cloches qui vous recouvrent laissant seulement votre tête dépasser.

Ces cloches sont en fait des cages en bambou tressés utilisées de longue dates pour enfermer un coq d’élevage qui s’appellent justement sum gaï. L’idée ici a été de les recouvrir d’une couverture isolante et de laisser un ouverture pour la tête.

spas individuels thailande

Les petits spas individuels suspendus

Le client est installé sur un petit tabouret avec à ses pieds un petit chaudron d’eau frémissante avec différentes herbes et écorses qui diffuse vapeur et senteurs dans la cage à coq modifiée. Au bout de quelques minutes, on a bien la sensation d’être dans un petit sauna individuel et si on arrive à oublier un peu la situation et se détendre, c’est très relaxant !

sum gai spa thailande

Personnellement, je n’ai pris qu’une session que 30 minutes (70 THB, là où j’étais). Une heure (120 THB) dans cette position qui permet peu de mouvements, peut paraître peut-être un peu long.

 

Où trouver ces spas en Thaïlande ?

Voici quelques adresses de spas sum gaï en Thaïlande. Ils sont souvent dans des petites communautés en dehors des grandes villes. Le spa que j’ai testé et filmé se trouve à une dizaine de kilomètres de la ville de Nan dans le Nord de la Thaïlande donc assez facile à rejoindre comparé aux autres.

  • Spa Sum SamunPhrai Ban Nawa Ra Sot สปาสุ่มไก่ สมุนไพรบ้านนวราษฏร์ (Nan)
    C’est celui que j’ai testé. je suis tombé dessus par hasard, il a ouvert il y a moins de 4 mois.
    -> Vous pouvez les contacter en Anglais via leur page Facebook : http://ow.ly/NrhN30mzGt7
    -> Emplacement sur GoogleMap: https://goo.gl/maps/GnShbL5Ugg62
  • Spa Sum Gai du Chong Chang Tune Live Ecomuseum (Trat)
    C’est, je crois le plus connu de ces spas, en tout cas celui qui a mis cette technique sur le devant de la scène et qui me l’a fait connaître. L’écomusée qui héberge le spa se trouve dans le district de Bo Raï à un peu plus de 40 km au Nord de la ville de Trat.
    -> Emplacement GoogleMap: https://goo.gl/maps/7t14ttDYZXr
    -> Page Facebook: https://www.facebook.com/changthun.ecomuseum.th/
  • Spa de la Baan Samkha Community บ้านสามขาโฮมสเตย์ (Lampang)
    Cette communauté à une trentaine de kilomètres de la ville de Lampang propose aussi ce type de spa depuis peu.
    -> Page Facebook: https://www.facebook.com/baansamkha/
    -> Emplacement GoogleMap: https://goo.gl/maps/i6xoKDDBd7o
  • Ran Wai Lotus Spa Sum Gai ร้านไวท์โลตัส สปาสุ่มไก่ (Phayao)
    -> Page Facebook : http://ow.ly/15Rt30mBW06

Ma liste n’est certainement pas exhaustive. Je la rallongerai si j’en découvre d’autres. Nul doute que ça va se développer car c’est amusant et assez populaire.

N’hésitez pas à me suivre sur la page Facebook de Thailandee.com pour d’autres découvertes pour pimenter un peu votre voyage en Thaïlande.

 


Reportage : le marché de Chatuchak à Bangkok (Arte)

Share This:

Le marché de Chatuchak à Bangkok est le plus grand marché de Thaïlande. Impressionnant par sa taille, il impressionne aussi par l’incroyable diversité des produits que l’on y trouve sans oublier les stands de nourriture et boissons (dont les vendeurs de thé qui virevoltent en une chorégraphie bien réglée). C’est pour tout ça et plus encore qu’en plus d’être un marché très fréquenté par les Bangkokois, il est devenu une vraie attraction touriste. Arte y consacrait un numéro de 360° Géo hier dont voici le replay.

chatuchak market

Vue aérienne du Chatuchak Market

 

Un marché du week-end mais pas que…

C’est vrai que c’est le week-end (samedi et dimanche) que Chatuchak attire et intéresse le plus de monde. Il s’est fait sa réputation comme marché du week-end, c’est là qu’il prend toute son ampleur mais n’est jamais complètement en veille. par exemple du mardi au jeudi, il devient un marché aux plantes et aux fleurs.

L’émission de 42 minutes vous plonge au coeur de cet incroyable dédale d’allées réunissant plus de 15.000 stands organisé en 27 quartiers par type de produits.

On y rencontre des vendeurs, la Street Food de Bangkok, des créateurs, les fruits typiques de la région, des artistes, les « jongleurs de thé »… avec quelques digressions notamment sur la culture du durian pu des orchidées. Vous y apprendrez même à capturer un petit serpent 😉

Un reportage intéressant qui vous permettra de tirer le maximum de votre prochain visite de ce marché qui est le plus grand et probablement le plus connu de Thaïlande.

 

Se rendre au marché de Chatuchak

Pour ceux à qui ce reportage aura donné envie d’aller au Chatuchak Market, voici comment y aller en utilisant les transports de Bangkok:

  • métro aérien (BTS) : arrêt Mo Chit
  • métro souterrain MRT: arrêt Chatuchak

A noter que le JJ Green market, marché de nuit voisin a récemment fermé.


Thaïlande: limitation du nombre de visiteurs à Koh Tarutao

Share This:

Après les îles Similan à leur réouverture annuelle pour la haute saison, le 15 octobre dernier, le parc national de Tarutao, dans la province de Satun dans le Sud de la Thaïlande, a également instauré un système de quotas pour limiter le nombre de visiteurs quotidiens afin de préserver l’environnement et les plages du parc maritime.

koh tarutao thailande

Le parc de Koh Tarutao limite aussi le nombre de visiteurs quotidiens (photo: amazingthailand.com)

 

Limitation à 1200 visiteurs quotidiens

Le chef du Parc National de Tarutao, Kanchanapan Kamhaeng, a annoncé que le nombre de visiteurs dans le parc national augmentait régulièrement au fil des ans et que cela présentait un danger pour la préservation de l’environnement, les récifs coralliens et la vie aquatique dans le parc. Ainsi pour les protéger; certaines restrictions viennent d’être mises en place.

Dorénavant, voici les quotas journaliers de touristes autorisés:

  • 500 visiteurs par jour seront autorisés à Hat Sai Khao
  • 700 à la baie d’Ao Kamnan où les bateaux seront interdits sur la plage
  • 100 visiteurs par jour seront autorisés à Koh Pai
  • 200 visiteurs à Koh Hin Ngarm

Il n’y a pas de précision sur l’organisation détaillée qui est mise en place pour gérer ces quotas mais il semble que ce soit comme aux îles Similans, aux agences d’aller faire la queue au guichet chaque matin avec leur liste de passagers et leurs arrêts pour obtenir les tickets jusqu’à ce que chaque quota soit atteint.

En attendant, le fameux système de e-tickets annoncé cet été mais qui pour l’instant n’est toujours pas en place…

 

Plongée de nuit interdite à Koh Tarutao

La plongée de nuit et aucune activité d’observation du coucher de soleil ni aucun arrangement de pierres sur l’île de Koh Ngarm ne sont désormais autorisés dans le parc.

Pour les couchers de soleil, le début de cette vidéo, vous permet de contempler ce que vous ne pourrez plus voir maintenant.

Si la logique et les annonces faites cet été sont suivies, la baie de Phang Nga (célèbre notamment pour la James Bond island) devrait être la prochaine à voir un système de quotas mis en place. Tandis que Maya Bay à Koh Phi Phi est toujours fermée indéfiniment (voir cet article).

Cette année les autorités semblent afficher une volonté inflexible de mettre en place des mesures, certes très impopulaires auprès des opérateurs locaux (ceux qui emmènent les touristes aux Similans ont fait une grève de 2 jours après la mise en place des quotas) mais indispensables pour ne pas dégrader la nature exceptionnelle de ces sites de manière irreversible.

Il ne manque plus qu’un système plus performant de gestion de ces quotas et on pourra tirer un grand coup de chapeau au Département des Parcs Nationaux de Thaïlande (DNP) pour avoir enfin pris le problème à bras le corps.

Car; à l’hure actuelle, pour les touristes, il est vrai que pour les débuts de ces mesures créent une incertitude sur leur possibilités de vraiment visiter ces sites lors de leur voyage en Thaïlande.


Vivez et partagez un peu la vie des locaux en Thaïlande

Share This:

Quand on voyage dans un pays culturellement aussi différent que la Thaïlande, une des expériences les plus enrichissantes que l’on peut vivre, c’est de passer quelques moments avec les habitants intégré tant que faire se peut à leur vie, leur activités, leurs traditions. Et bonne nouvelle, il y a de plus en plus de formules qui le permettent. Je vous présente deux programmes lancées par l’Office du Tourisme pour promouvoir les communautés locales.

chez habitant thailande

Je vous ai depuis longtemps parlé d’Evasion Karen et de Pauline et son mari qui vous accueillent, en Français pour elle et Anglais pour lui, dans leur village perdu dans les montagnes de Chiang Mai pour une sorte de petit « Rendez-vous en terre inconnue » (voir mon articlemais l’Autorité Touristique de Thaïlande (TAT) a lancé deux jolis programmes pour mettre en avant la vie dans les communautés rurales de Thaïlande : « 1 night stay with locals » et « We love Local ».

Vivre et dormir chez l’habitant en Thaïlande

Le premier programme « 1 night stay with locals » propose des formules de 2 jours avec nuit dans un homestay dans un petit village rural de Thaïlande.

Il y a actuellement 13 villages qui ont été sélectionnés du Nord au Sud de la Thaïlande. Chaque package contient des activités avec les habitants: offrandes matinales aux moines, artisanat, participation aux travaux agricoles, treks, parfois des visites, les repas et la nuit sur place.

Offres actuellement disponibles (cliquez sur « brochure » pour les détails)

  • Baan Tha Kha Thong (province de Chiang Rai) – brochure
  • Pangha Homestay (province de Chiang Rai) – brochure
  • Sila Petch (province de Nan) – brochure
  • Baan Pa Miang (province de Lampang) – brochure
  • Baan Laem Pak Bia (province de Phetchaburi) – brochure
  • Baan Laem Lat (province de Trat) – brochure
  • Baan Khiri Wong Kot (province de Udon Thani) – brochure
  • Bang Son (province de Chumphon) – brochure
  • Bo Hin Farmstay (province de Trang) – brochure
  • Phrom Lok (province Nakhon Si Thammarat) – brochure
  • Baan Sam Chong Nuea (province de Phang Nga) – brochure
  • Tamod (province de Phatthalung) – brochure

Le cadre est forcément dépaysant et plaira à ceux qui aiment la nature. L’hébergement est en général dans une maison traditionnelle et les chambres aménagées avec beaucoup plus de confort que celles des habitants.

Les prix vont de 900 THB  à 2900 THB (soit de 24 à 75€) par personne selon l’endroit que vous choisissez et le nombre de personnes que vous êtes pour des formules 2 jour et 1 nuit, hébergements, activités et repas compris. Il faut être minimum 2 personnes pour réserver.

Les prix ne comprennent pas le pickup et retour en ville (les villages sont souvent isolés).

Les réservations peuvent se faire sur le site officiel www.1nightstaywithlocals.com. Au moment de la réservation, vous pouvez ajouter un guide anglophone pour les 2 jours (4.000 THB) et le pickup/retour (2.000 THB en moyenne).

La barrière de la langue peut être un obstacle car les habitants avec qui vous passerez quelques jours (ou vous-mêmes) ne parleront pas forcément suffisamment anglais pour un vrai échange. Mais, on arrive toujours à se débrouiller et vous pouvez essayer de les contacter via le numéro de téléphone au bas des brochures (liens plus haut dans l’article) et voir comment se passe la conversation.

vivre immersion avec les locaux thailande

Activités avec les habitants en Thaïlande

Le deuxième programme, « We love Local », propose de très nombreuses activités avec les habitants classées sous 10 thèmes (enfin, ils appellent ça « collections »):

Je vous laisse regarder sur le site officiel www.welovelocal.travel car l’offre est très très large mais pour ceux qui cherchent à sortir des setiers battus en Thaïlande, il y a de quoi faire ! Pas de réservation en ligne pour le moment mais les numéros de téléphone pour réserver ou poser vos questions (en Anglais) sont sur le site sur la page de chaque activité.

Il y a aussi le très sympathique programme de la communauté de Ban Nam Chiao à Trat.

J’imagine qu’il doit aussi être possible d’aller voir ces communautés par soi-même si on est véhiculés. J’ai même retrouvé l’un ou l’autre homestay sur Booking.com.

Je vous tiendrai au courant dés que j’aurais testé et je pense que je rajouterai tous ces séjours et activités avec les locaux sur le site Thailandee.com dans la rubrique « A faire » de chaque destination concernée.


Les plages de l’île de Koh Larn (Pattaya)

Share This:

Juste en face de Pattaya, la petite île de Koh Larn n’est vraiment pas loin et pourtant tellement différente de la tumultueuse cité balnéaire qui lui fait face. Plus paisible surtout le matin, en fin d’après-midi et le soir, elle offre aussi des plages bien plus belles. Petit tour d’horizon des plages de Koh Larn.

plages koh larn

 

Tawaen Beach

La plage de Tawaen Beach est la plus connue et populaire de Koh Larn. Et comme souvent dans ces cas-là… elle est à fuir ! Enfin, à fuir de 9-10h le matin jusque 16h-17h le soir car bondée comme rarement une plage de Thaïlande peut être bondée.

Entre la foule sur la plage, la foule dans les zones de baignade délimitées par des bouées, le bal incessant des speedboats qui déversent quasi en continu de nouvelles personnes en provenance de Pattaya et toutes les personnes qui gravitent autour pour essayer de vous louer un transat, une bouée, vous emmener en bateau, en songthaew, vous rabattre dans leur restaurant, les vendeurs ambulants ect… Bref, c’est marrant à voir car vraiment impressionnant mais pas du tout engageant pour y passer une journée paisible à profiter de la mer.

tawaen beach koh lan pattaya

Tawaen Beach bondée comme toujours de 10h à 17h à peu près

Il faut dire qu’outre les speeboats qui débarquent quasiment tous là, il y a aussi plusieurs ferrys par jour qui accostent directement sur le ponton à l’extrémité de cette plage et pas au port de Na Baan. Donc, tout ça additionné, ça fait du monde !

Après la plage est certes magnifique avec son sable blanc et ses eaux turquoises. Vue d’en haut, du point de vue de Koh Larn, c’est magnifique ! Le ballet des bateaux est presque poétique mais en bas, sur place, on ne voit plus rien et on n’a qu’une envie… partir !

tawaen beach koh larn

Tawaen Beach vue du point de vue de Koh Larn

 

Samae Beach

Plus loin, moins connue, moins fréquentée, la plage de Samae Beach est bien plus paisible. Il y a du monde également mais tellement moins !

samae beach

La plage de Samae Beach

Par contre, il y a parfois des méduses et plus de vagues. Mais les vagues, dans une certaine mesure, c’est amusant. La profondeur de l’eau est bien pour se baigner. Il y a quelques speedboats qui débarquent mais ils restent assez rares. Les restaurants sont bons, on peut aussi y louer un transat sous un parasol ou des bouées. C’est une plage bien plus agréable.

Samae beach est bien moins fréquenté et plus agréable

Samae Beach est bien moins fréquenté et plus agréable

Il y aussi, un petit point de vue surélevé à  droite de la plage (j’ai pris la photo ci-dessus  dans l’escalier qui y mène). 

La plage de Samae Beach a aussi l’intérêt d’être juste à côté d’une autre plage, Tien Beach.

 

Tien Beach

Juste à côté de Samae Beach donc (il faut compter 5 minutes à pieds pour aller de l’une à l’autre), la plage de Tien Beach ne maque pas de charme mais n’est pas vraiment propice à la baignade.

tien beach plage koh larn

Tien Beach

Le niveau de l’eau est assez faible, on peut patauger mais pas assez de profondeur pour vraiment nager. Il y a aussi pas mal de bateaux amarrés qui réduisent l’espace de baignade. Ici les transats sont bien moins nombreux et assez loin de l’eau. Vous trouverez aussi 2-3 restaurants.

Une plage sympa pour se balader un peu mais pas idéale pour y passer la journée entière.

tien beach koh lan pattaya

Une des curiosités de Tien Beach, ce sont les deux bateaux échoués au bout de la plage transformés en ce qui devait être un bar ou un restaurant, aujourd’hui à l’abandon.

tien beach koh larn pattaya

 

Nual Beach

Cette plage également surnommée « Monkey beach » pour les quelques singes que l’on trouve dans une petite zone à son extrémité gauche est probablement la plus charmante de Koh Larn. On y voit Pattaya en arrière-plan à gauche.

nual beach koh larn

Nual Beach

Vous y trouverez des transat dont une partie est, il faut le dire, bien plus confortable que les transats habituels des autres plages et des restaurants dont les mêmes plats, par contre, sont un peu plus chers que sur les autres plages de Koh Larn.

Il y a quelques rochers sur la partie gauche et droite mais tout un espace de baignade au milieu. Par contre, vous aurez pied tout le temps mais la profondeur est tout de même suffisante pour nager. 

nual beach plage koh larn

Attention où vous mettez les pieds, j’ai vu quelques oursins. Par contre, la plage semble assez préservée des méduses.

Je regrette juste qu’il soit possible d’y louer des jet-skis qui viennent parfois perturber la quiétude du lieu.

Ca reste la plage que j’affectionne le plus à Koh Larn, juste après Samae Beach. Si vous restez plusieurs jours, vous oscillerez probablement entre ces deux plages.

 

Location de transat et restaurants

Sur toutes les plages citées ci-dessus, la location d’un transat sous parasol est au même prix, à savoir 100 THB quelle que soit la durée (pas plus d’une journée évidemment ;))

Pour les restaurants, ils ont souvent tous exactement la même carte avec les mêmes prix. Comptez en moyenne 150-250 THB pour un plat et bien plus si vous voulez manger des fruits de mer. 

Aller aux toilettes vous coûtera 10 THB, prendre une douche 30 ou 50 THB selon les plages.

Entre le ferry aller/retour depuis Pattaya, le trajet aller/retour en voiture bleue vers la plage de votre choix, le restaurant à midi (sauf à retourner au village) et la location d’un transat, la journée devrait quand même vous coûter de 400 à 500 THB par personne. Mais vous serez tellement mieux qu’à Pattaya !

 

Les autres plages de Koh Larn

Il y a aussi les plages de Ta Yai qui a l’avantage d’être proche du port et village de Na Baan mais pas vraiment idéale pour se prélasser, celle de Thong Long mais trop proche de Tawaen Beach et donc avec les spedboats en fond permanent ou presque et Sangwan Beach où je ne suis encore jamais allé.

carte de koh larn

A noter que vous trouverez aussi l’île sour le nom de « Koh Lan » sans le r même si l’orthographe occidentale avec le r est la plus répandue.

 

Comment aller à Koh Larn ?

Pour aller à Koh Larn, il faut vous rendre au Bali Hai Pier, l’embarcadère qui se trouve au bout de la Walking Street de Pattaya. Là, il y a certes des speedboats qui proposent la traversée aller-retour pour 200 THB par personne mais je vous recommande de prendre le ferry. Les speedboats sont source de nuisances sonores et de dégradations de l’environnement.

Le ferry par aussi du Bali Hai Pier. Les bateaux en bois coloré, se situent à peu près au milieu du quai. On paie avant de monter à bord (30 THB par personne dans chaque sens). La traversée dure une demie heure.

Il y a des ferrys pour Tawaen Bach directement et d’autres, plus nombreux, pour Na Baan, le port, c’est eux que je vous recommande, il sera plus facile ensuite de trouver une voiture bleue pour vous amener sur une des autres plages. Elles sont nombreuses devant le temple à gauche et se remplissent vite donc peu d’attente.

 

Comment rejoindre les plages ?

Une fois arrivés à Koh Larn, vous remarquerez assez vite qu’il y a tout un système de voitures bleues avec bancs à l’arrière, des songthaews, qui permettre de rejoindre les différentes plages notamment depuis le temple près du port de Na Ban (à gauche quand vous avez la jetée dans le dos) ou de retourner au village près de l’embarcadère.

bus local Koh Larn

Ca coûte entre 30 et 40 THB par personne selon le trajet. Par contre, à ce prix-là, le chauffeur attendra d’avoir fait le plein de passagers pour partir.

A noter qu’il y a aussi des moto-taxis qui peuvent vous emmener aux différentes plages pour entre 40 et 80 THB selon la distance. Si vous êtes nombreux vous pouvez aussi privatiser des petites camionnettes ouvertes pour entre 200 et 400 THB selon le trajet.

 

Dormir à Koh Larn

Il est possible de trouver une chambre à Koh Larn et d’y passer une ou plusieurs nuits. Il y a des hôtels sur Tawaen Beach mais je vous les  déconseille, vue la foule qui y gravite la journée. Si vraiment vous voulez un hôtel proche d’une belle plage, je vous conseille plutôt celui de Samae Beach mais le mieux pour moi, c’est de séjourner dans le village de Na Baan. Il y a quelques restaurants sympas, deux 7 Eleven avec des ATM (distributeurs d’argent) et c’est facile d’y attraper une voiture bleue pour aller à la plage de son choix.

Vous retrouverez sur le site une liste d’hôtels et guesthouses à Koh Larn.

Et n’oubliez pas d’aller faire un tour au point de vue de l’île de Koh Larn.

 


Thaïlande hors des sentiers battus : Sangkhlaburi

Share This:

Après une petite ville, une île campagnarde, je continue mes articles estivaux sur la Thaïlande hors des sentiers battus par la ville de Sangkhaburi. Si beaucoup de touristes étrangers visitent Kanchanaburi, rares sont ceux qui montent plus au Nord, voir cette ville et son lac niché dans les montagnes à la frontière avec la Birmanie. 

sangkhlaburi thailande

Le pont de Sangkhlaburi

 

Le pont en bois le plus célèbre de Thaïlande

Si Sangkhlaburi est peu connue des touristes « farangs » (le mot thaï pour désigner les occidentaux), les Thaïlandais connaissent bien cette destination que son long pont en bois de style Mon a rendu célèbre dans tout le pays. C’est le plus long du genre au monde.

Sangkhlaburi Mon bridge

Le mon Bridge de Sangkhlaburi

Il a connu quelques avaries dues à la météo notamment quand j’y étais et qu’une partie c’était effondrée après de lourdes pluies et un courant trop fort. Il a aussi brûlé, il y a peu mais il est à chaque fois reconstruit car indispensable aux habitants et le véritable symbole de Sangkhlaburi.

Il offre un visage différent selon l’angle de vue, que l’on soit dessus, en dessous en bateau, sur le côté, le matin dans la brume, la journée quand il se détache du ciel et qu’on y voit souvent des habitants en tenues traditionnels traverser, ou le soir au coucher du soleil.

Sangkhlaburi pont mon

Le pont dans la brume matinale

 

Le lac de Sangkhlaburi

Le lac Khao Laem qui a apparemment été rebaptisé Vajiralongkorn Lake coupe la ville en deux et c’est justement le pont Mon en bois qui fait la liaison entre les deux parties. Wangkha, la partie de l’autre côté, est la partie Mon. Vous y trouverez surtout 2 temples dont le Wat Chedi Buddhakhaya, le temple le plus important de Sangkhlaburi. On le reconnaît à son chedi doré carré dont le style rappelle celui du Mahabodhi de Bodhgaya en Inde.  Il accueille quelques grands festivals assez impressionnants.

temple Sangkhlaburi

Wat Buddhakaya Sangkhlaburi

L’autre temple de ce secteur, c’est le Wat Wang Wiwekaram, appelé parfois Wat Mon, ce temple construit autour de son ancien moine principal, Luang Phaw Uttama décédé en 2006,  est le centre spirituel des Mon de Thaïlande. 

temple Sangkhlaburi

Wat Wang Wiwekaram

meditation temple thailande

Une balade en bateau sur le lac est également intéressante, elle se fait notamment depuis la partie Mon (vous serez probablement démarché au Wat Chedi Buddhakaya et si vous acceptez, vous serez emmenés en moto au départ des longtail boats qui ne se trouve pas très loin.

Sangkhlaburi

Le point d’orgue du tour sur le lac, c’est lorsque vous naviguerez autour du Wat Saam Prasob, le temple noyé que vous verrez plus ou moins découvert selon la saison et le niveau de l’eau du lac. C’est évidemment le plus intéressant quand l’eau est basse. Le temple a été noyé après la construction du barrage qui a noyé tout le village Mon qui a du déménager sur la colline.

sunken temple Sangkhlaburi temple noye Sangkhlaburi

Je vous recoimmande de faire le tour en longtail boat sur le lac en fin d’après-midi, le soleil rasant crée de jolis reflets et les couleurs chaudes du coucher du soleil vous accompagnent jusqu’au point final, le soleil qui s’efface dans un ciel de rose, violet et ocre où le pont en bois devient une silhouette.

Sangkhlaburi Sangkhlaburi
sangkhlaburi-bridge-sunset

 

Dans les alentours de Sangkhlaburi

Ce ne sera pas forcément facile d’aller découvrir les alentours de Sangkhlaburi sans être véhiculé, quoique à la station de bus en haut de la ville, vous pourrez toujours trouver à privatiser un songthaew.

Une des visites courantes, c’est le Three Pagoda Pass ou passage des 3 pagodes. C’est un point de frontière entre la Thaïlande et la Birmanie (Myanmar) avec un petit marché et trois petits chedis blancs qui lui ont donné son nom. La frontière n’est pas toujours ouverte, renseignez-vous avant. Il y avait possibilité d’obtenir un visa d’une journée (10 $ ou 500 THB) et visiter la ville birmane de Payathonzu mais je ne sais pas si c’est toujours d’actualité mais ce n’est, à ma connaissance, pas un point de passage pour un séjour longue durée au Myanmar.

3 pagodas Sangkhlaburi

Les 3 pagodes

Dans la zone périphérique de Sangkhlaburi, se trouve de petits villages Karen et Mon, des grottes, des cascades, la vaste réserve de Thung Yai Naresuan et le parc national de Khao Laem qui offre des paysages incroyables. Je n’ai pas encore exploré tout ça mais si vous y allez, n’hésitez pas.

 

Dormir à Sangkhlaburi

N’espérez pas venir ici à la journée depuis Kanchanaburi, c’est trop loin et ne passer qu’une journée ici serait vraiment dommage.

Pour dormir, vous avez le choix entre des hôtels et guesthouses dans la partie supérieure de la ville mais je vous conseille de ne pas rester proche du Terminal des bus même s’il y a un sympathique petit marché de nuit et une Walking Street le week-end. Le mieux, c’est de se rapprocher du lac et du pont. Il y aussi depuis quelques temps de plus en plus de guesthouses à Wangkha, la partie Mon, c’est probablement le meilleur moyen de s’imprégner de particularité de cette ville très prisée des Thaïlandais pour les vacances pour son climat doux et son cadre. Je n’ai pas d’adresse à vous recommander en particulier mais je compte bien y refaire un tour dans les prochains mois et faire des repérages plus précis des guesthouses et hôtels à Sangkhlaburi

 

Venir à Sangkhlaburi

Même si on voit parfois les deux villes associées dans les guides, il y a tout de même plus de 220 kilomètres entre Kanchanaburi et Sangkhlaburi. Le seul moyen de venir est de prendre le bus ou un minivan. Soit depuis Bangkok depuis le Terminal de Mo Chit, ça dure 6-7 heures soit depuis Kanchanaburi avec un bus local qui prend plus de 4 heures ou les minivans qui mettent une heure de moins. Si vous avez le temps, vous pourrez faire une étape à Thong Pa Phum en route, une ville qui semble également intéressante mais que je n’ai pas encore pris le temps de visiter. (détails sur la page « Arriver / Partir Sangkhlaburi« )

Personnellement, je suis allé visiter Sangkhlaburi en bus depuis Kanchanaburi mais j’ai regretté de ne pas être en voiture car en route, il y a plusieurs endroits où je me serais bien arrêté. J’ai notamment vu quelques petits resorts au bord de l’eau où j’aurais bien passé la nuit rien que pour la vue au coucher et lever du soleil. Donc si vous avez moyen, louez une voiture pour venir depuis Kanchanaburi (il faudra faire une demande de permis international suffisamment de temps avant votre départ en Thaïlande).

N’hésitez pas à consulter la page sur Sangkhlaburi du site pour retrouver des informations détaillée pour organiser votre séjour ici. Je peux vous assurer que si vous aimez la nature et les destinations empreintes d’une forte culture locale, vous adorerez passer quelques jours ici !


Thaïlande hors des sentiers battus : Koh Sukorn

Share This:

Je continue ma série d’articles estivaux sur la Thaïlande hors des sentiers battus avec Koh Sukorn, une île du Sud au large de Trang, très peu connue et dont la vie locale essentiellement rurale est à peine perturbée par un tourisme surtout saisonnier. Je vous en avais parlé, c’est un de mes énormes coups de coeur en Thaïlande.

koh sukorn

L’île de Koh Sukorn est probablement la moins touristique des îles habitées de Trang

 

L’île du cochon

Le mot sukorn signifie cochon. Apparemment, il y aurait eu beaucoup de cochons sauvages sur l’île. Que l’île s’appelle donc l’île du cochon quand on sait que la population locale est majoritairement musulmane est amusant. Vous ne trouverez d’ailleurs pas de porc au menu des restaurants ici.

 

Une île avec une vie locale 

Justement, ce que j’aime à Koh Sukorn, c’est qu’il y a une vraie vie locale installée de longue date. Ce n’est pas une île à touristes avec juste des resorts à la suite, comme certaines de ces voisines comme Koh Ngai ou Koh Kradan, non, ici le tourisme est assez anecdotique finalement et les resorts et guesthouses pas très nombreux.

La population vit surtout de l’agriculture, la pêche et les plantations d’hévéas. Le caoutchouc mais surtout les pastèques, particulièrement goûteuses ici sont les cultures les plus importantes sur l’île. Je ne peux que vous encourager à acheter des pastèques ici. Comptez à partir de 20 bahts pour un fruit (soit 50 centimes d’euros). Elles sont succulentes !

koh sukorn trang

Baan Saimai est le village principal de l’île, l’embarcadère est juste à côté. Ici vous ne trouverez pas de 7 Eleven, Tesco Lostus ou autre Family Mart, il n’y a que des petites épiceries. Pas de distributeurs d’argent (ATM) non plus donc prévoyez assez de liquide lorsque vous venez sur l’île. 

trang koh sukorn

Si vous cherchez de l’animation, Koh Sukorn n’est pas faite pour vous par contre. Ici pas de vie nocturne, le soir, c’est très très calme, en ville comme ailleurs.

 

Koh Sukorn, la rurale

La première réflexion que je me suis faite lorsque que je parcourais les petits chemins de Koh Sukorn à vélo et filait entre les rizières, les palmiers, les plages et les buffles, c’est que, c’est un peu comme l’Isan concentré sur une île. On y retrouve la vie agricole des paysages du Nord-Est de la Thaïlande qui côtoie des plages de sable brun. C’est certes un peu caricatural mais pour ce qui connaissent l’Isan, je pense que c’est parlant.

buffles koh sukorn thailande

Le meilleur moment pour visiter Koh Sukorn, c’est donc quand les rizières sont plantées (novembre-décembre mais ça peut varier selon la météo). Les paysages  verdoyants des rizières sont magnifiques. Personnellement, je ne m’en lasse pas.

koh-sukorn-rural-life koh sukorn island thailande

Il y a une petite montagne, enfin colline, mais sinon le reste de l’île est plutôt plate et donc facile à parcourir à vélo.

heveas koh sukorn thailande

Plantations d’hévéas

Sinon, les resorts louent des scooters. Moi, c’est ce que j’ai le plus aimé ici, passer ma journée à vélo entre les points de vues perchés, les plages plus ou moins longues, les plantations d’hévéa et de bananiers, les rizières, les champs de pastèques, les buffles en pleine thalasso dans l’eau bouseuse… (voir ma vidéo).

 

Les plages de Koh Sukorn

Je ne vous cacherai  pas que les plages ici, surtout à cause d’un sable brun et pas blanc comme sur la plupart des îles au large de Trang, offrent des paysages qui font moins carte postale mais ça reste agréable. 

koh sukorn beach

Elles ne sont pas toutes très propices à la baignade avec des eaux peu profondes à marée basse et des rochers.

plage koh sukorn

Mais la plage de Haad Lo Yai, elle, permet de se baigner agréablement quelle que soit la marée. C’est là que se trouve la plus grande concentration d’hôtels à Koh Sukorn mais même au plus fort de la haute saison, il n’y a pas foule.

A noter qu’il y aussi la petite île de Koh Laoliang juste en face qui peut être une excursion sympa.

Je ne sais pas si je vous ai donné envie d’aller découvrir cette île, je dois tout de même préciser, qu’en basse saison (mai à début novembre), tous les resorts sont fermés ou presque. Donc ne venez qu’entre novembre et avril.

Vous retrouverez dans la partie « Villes et îles » du site toutes les informations pratiques sur Koh Sukorn, comment venir à Koh Sukorn, trouver un hôtel sachant que moi j’étais au Sukorn Andaman Beach Resort, bon rapport qualité/prix pour un petit budget (700 THB la nuit) mais il y en a d’autres à côté. C’est mon hôtel qui l’a loué mon VTT pour 100 THB la journée.

Rendez-vous le week-end prochain pour une nouvelle destination « hors de sentiers battus » en Thaïlande.


La Thaïlande hors des sentiers battus : Phrae partez !

Oui, je n’ai pas pu m’empêcher ce jeu de mots pour lancer une série d’articles « la Thaïlande hors des sentiers battus ». Je commence par la petite ville de Phrae (ça se prononce « prè ») dans le Nord de la Thaïlande. Peu citée dans les guides, la ville attire peu de touristes et pourtant…

 

Une centre ville agréable

Dés ma première fois et mes premières heures à Phrae, j’étais tombé sous le charme rien qu’en me baladant dans le centre. Parti en fin d’après-midi avec le plan remis par la réception de mon hôtel, je suis allé de temple en temple par des petites rues calmes aux maisons souvent traditionnelles en bois avec jardin. Gagné par le calme et l’ambiance village de ces rues, J’ai visité plusieurs temples, vu derrière des portails fermés (oui, il était trop tard) des maisons anciennes remarquables devenues des musées, avant d’atterrir dans l’ambiance musicale et festive du marché de nuit hebdomadaire de la ville et d’y dîner.

 

Mes temples préférés en ville

Le temple que j’aime le plus en ville à Phrae, le  Wat Pong Sunan, n’est pas le plus ancien, il était d’ailleurs en partie encore en construction lors de ma première visite. Son Bouddha couché extérieur, sa grande tortue surmonté d’un Bouddha debout au fond et justement le hall blanc au multiples pics dorés et aux peintures intérieures colorées aujourd’hui achevé en font un petit temple plein de charme. Il est aussi joliment éclairé le soir et ferme plus tard le samedi car voisin de la Walking Street hebdomadaire de Phrae.

wat pong sunan phrae thailande

temple phrae

wat pong sunan phrae

phrae-91

temple phrae thailande

Wat Pong Sunan

Le Wat Luang est presque en face. Son principal intérêt est son chedi mais il a aussi un petit musée.

wat luang phrae

wat luang phrae

Wat Luang

Le Wat Phra Non, qui comme son nom l’indique en Thaï, abrite un Bouddha couché dans un de ses bâtiments est un peu plus loin.

temple bouddha couché Phrae Thailande

 

wat phra non Phrae thailande

Wat Phra Non

Ces 3 temples sont vraiment voisins et dans le même coin vous trouvez le marché de nuit du samedi soir et une des maisons anciennes les plus réputées de Phrae, la Vongbhuri House. Pour moi, ça fait une balade vraiment sympa. D’autant que les petites rues de ce quartier sont très agréables. Surtout en fin d’après-midi et le matin.

Il y a quelques autres temples évidemment en ville dont un assez charmant avec une statue de… Pikachu, le Wat Chetawan ou encore le temple royal Wat Phra Bat Ming Muang et quelques autres.

wat chetawan phrae

pikachu temple thailande

Wat Chetawan

 

Les maisons anciennes

Comme beaucoup de villes du Nord de la Thaïlande, Phrae est une ancienne ville fortifiée. On voit encore quelques traces du mur d’enceinte qui encercle le centre ville actuel avec notamment un petit passage boisé le long du canal dont la voûte des arbres offre une ombre agréable.

Phrae a aussi conservé quelques superbes exemple de maison en bois anciennes. Certaines sont ouvertes au public comme la Vongbhuri House ou Khum Chao Luang et 2-3 autres.

vongbhuri house phrae thailande

Vongbhuri House

maison ancienne thailande phrae

Khhum Chao Luang

 

Les marchés de nuit à Phrae

Le marché du samedi soir, ou Kad Phra Non, une walking street comme on en voit de plus en plus en Thaïlande, se tient près du Wat Pong Sunan même si son départ officiel est un peu plus loin. Cette Walking Street hebdomadaire n’est pas pour les touristes étrangers extrêmement rares ici mais pour les habitants avec un mélange de stands de nourriture, de marchés de fruits et légumes (parfois bio), de vente d’habits, d’artisanats et quelques groupes de musique souvent très bons.

Sinon, il y a une autre Walking Street, mensuelle cette foi,s dans la rue Charoenmuang Road chaque premier dimanche du mois. Le cadre de la rue est moins charmant mais on retrouve tous les ingrédients des marchés de nuits en Thaïlande avec en prime une scène et des spectacles de danses exécutées par les ethnies locales. Comme par exemple cette danse des bambous, Lao Kra Top Mai (ลาว กระทบ ไม้), qui revisitait « We Will Rock You ».

Et sinon, chaque soir un marché de nuit prend place sur … près du poste de police. On y mange thai pour vraiment pas cher.

 

Un peu en dehors de Phrae

Le temple le plus sacré de la province de Phrae est le Wat Phrat That Cho Hae qui se trouve à une dizaine de kilomètres de Phrae. Long escalier naga, chedi doré renfermant des reliques sacrées, on est dans un wat phra that « classique ».

Wat Phra That CHo Hae

wat phra that cho hae

Wat Phra That Cho Hae

Un peu plus loi, à 2 kilomètres seulement, j’ai finalement préféré le Wat Phra That Chom Chaeng, plus confidentiel et moins touristique.

wat phra that chon chaeng phrae

Wat Phra That Chom Chaeng thailande

Wat Phra That Chom Chaeng

Mais mon gros coup de coeur parmi les temples hors de la ville est sans contexte le Wat Phrat That Suthon Mongkhon Khiri. Pour son immense Bouddha couché de style birman bien sûr mais aussi pour son hall d’ordination, son chedi, son bâtiment arrière et ses rangées de Bouddha debout. Un des plus beaux temples du Nord.

wat phra that suthon mongkhon khiri

Le Wat Phra That Sukhon Mongkhon Khiri

Des Wat Phra That, dans les environs, il y en a plein. Un très peu connu, le Wat Phra That Thin et son chedi entouré de statue d’elephants, un autre plus connu, le Wat Phra That Phu Jae qui offre une belle vue dominante et qui aura bientôt un Big Buddha et quelques autres que je ne suis pas encore allé voir.

 

Ou dormir à Phrae ?

Bien qu’ils ne soient pas si nombreux, je n’ai évidemment pas testé tous les hôtels de Phrae. En 3 séjours de quelques jours même si j’avais voulu, je n’aurais pas pu mais voici pour moi quelques valeurs sûres pour leur rapport qualité/prix et leur emplacement.

  • Mee Bed & Breakfast
    Une adresse assez récente mais vraiment sympathique, chambres confortables, établissement un peu en retrait de la route donc plus au clame, petit restaurant le soir et à 5 minutes à pieds du marché de nuit quotidien, il est aussi assez bien placé pour visiter le centre à pieds ou à vélo.
  • Le Poomthai Garden Hotel
    D’un standing supérieur, il est une des rares hôtels en ville à avoir une belle piscine. Un peu plus excentré, il met des vélos à disposition de ses clients. Les chambres sont confortables et le restaurant propose régulièrement de la musique live le soir. Personnellement, j’y ai mangé en étant le seul client avec ma femme et pourtant, ils ont fait venir une chanteuse pour agrémenter notre repas de chansons douces.

Sinon, il y aussi quelques homestays au confort certes plus basique mais à l’accueil plus chaleureux. Une des bonnes adresses pour moi, c’est le Chatawan Homestay la propriétaire est incroyablement gentille et fait un petit déj tip top. Il se trouve à 3 minutes à pieds de la Walking Street du samedi soir et 3 minutes du Wat Chetawan.

 

Venir à Phrae

Je ne rentrerai pas dans le détail car il y a toute une rubrique Arriver / Partir Phrae dans la partie principale du site mais on peut venir ici en bus ou en avion depuis Bangkok.

Vous retrouverez toutes les détails sur ces lieux à visiter et toutes les infos pour préparer votre séjour dans la province sur la page du site consacrée à la ville de Phrae.

Share This:


Fièrement propulsé par WordPress