Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

Bangkok classée 13ème vile la plus saine pour la santé du monde

Share This:

Bon, je vous le dis tout de suite, l’affirmation du titre qui est la conclusion d’un rapport de Lenstore que relaie le site TATNews.org est pour moi étonnante. Non pas étonnante, appelons un chat un chat : fausse. Fausse car ils lissent un critère clé, le plus gros point noir sanitaire de la capitale thaïlandaise en matière de santé publique : la pollution aux particules fines qui est régulièrement à des niveaux dangereux pendant la « saison sèche » (novembre à mai).

grande balancoire wat suthat bangkok
Bangkok, ville saine ?

Bangkok, un des villes les plus saines du monde ?

Bangkok a été nommée la 13e ville la plus saine du monde selon une récente étude intitulée «Healthy Lifestyles Cities Report» des autorités sanitaires britanniques.

Pour moi, cela montre la facilité avec laquelle on peut faire dire ce que l’on veut à des données en fonction de celles que l’on choisies ou même de la façon dont on les traite (Dider Raoult sort de ce corps ! ;))

Déjà, le rapport ne s’est intéressé qu’à 44 grandes villes du monde et il me semble qu’il y a un chouillat plus de villes sur notre bonne vieille planète Terre.

Ensuite, les données qui ont été mesurées pour établir ce classement sont au nombre de 10 (oui, je sais il faut faire des choix): lumière du soleil, bonheur, temps de travail moyen, activités de plein air, prix de l’eau potable, taux d’obésité, espérance de vie moyenne, qualité de l’air et de l’eau et nombre de restaurants.

Ces scores ont été classés et les villes les mieux notées ont été par conséquent ordonnées comme les villes les plus saines du monde. Par contre, je n’ai pas trouvé le poids de chaque critère car, disons-le, le nombre de restaurants dans la ville où l’on habite importe bien moins pour notre santé que la qualité de l’air… sauf si vraiment personne ne sait cuisiner sans empoisonner tout le monde dans votre foyer.

Ce sont surtout des 4 facteurs qui sont mis en avant pour chaque ville, ce qui laisse penser qu’ils ont une pondération plus lourde que les autres : heures d’ensoleillement, nombre d’heures moyennes travaillées, niveau de bonheur, activités extérieures. La pollution, ça vient après ?

Bangkok ville ensoleillée et avec plein de restaurants

À Bangkok, le grand nombre d’heures d’ensoleillement quotidien de la ville et l’abondance de 1 796 plats à emporter offerts aux résidents sont deux facteurs qui ont aidée la cité des Anges à se classer au 13ème rang, ajoutez un niveau de bonheur de 5,99/10 et 377 activités de plein air disponibles, une espérance de vie de 74,1 ans en moyenne et un taux d’obésité de 10% et vous avez une ville incroyable bonne pour votre santé.

Bangkok et pollution aux particules fines

Mais il y a un hic, non ? C’est sûr si on lisse le score de pollution à l’année, on arrive à un score pas si faible (76.64) mais qui surtout cache les grandes disparités entre les mois de mousson pendant lesquelles l’air est presque quotidiennement lavé par les pluies et les mois avec des pics qui sont très régulièrement au-dessus de 150 d’indice AQI (Air Quality Index) un niveau qualifié de « Unhealthy » par l’OMS.

Bref, un bel index inutile et surtout trompeur. Quiquonque qui se baserait sur ce positionnement pour choisir de s’installer à Bangkok tirerait probablement la tronche (derrière son masque N95) face au voile de pollution et au scores rougeauds d’AQI de la capitale du Pays du Sourire entre février et mai (et même épisodiquement à d’autres moments de l’année).

Qu’on dise qu’il fasse bon vivre à Bangkok, qu’il y a de quoi s’occuper, sortir, bien manger ect… si vous voulez mais ne parlez pas de 13ème meilleure ville du monde pour un healthy living.

Désolé, je sors un peu de mon ton et de mes chroniques habituelles mais ce titre « Bangkok ranked 13th among healthiest cities worldwide » m’a fait bondir ! Je suis le 1er à relayé des informations positives sur la Thaïlande mais quand elles sont aussi grotesques, il faut le dire !

Après, Lenstore est une entreprise experte dans les analyses des facteurs de santé et bien être avec une expertise de plus de 12 ans dans… la vente de lentilles de contact en ligne.

P.S: je rappelle qu’en Thaïlande la pollution aux particules fines qui atteints des scores très hauts en saison sèche, ça ne concerne pas que les grandes villes bien au contraire ! Les responsables sont surtout les brûlis et écobuages. Et pour avoir pris des mesures un peu aux 4 coins du territoire avec mon AirTricorder, je peux vous dire que rares sont les coins épargnés (même le Sud est touché même si on a moins les pics matinaux) à part les îles.


Nouvelle contrainte pour venir en Thaïlande: télécharger l’application ThailandPlus

Share This:

Dans la dernière mise à jour de la page de son site web consacrée aux règles à suivre pour tout étranger désireux de se rendre en Thaïlande pendant la pandémie de COVID-19 qui date d’il y a 2 jours, l’ambassade de Thaïlande en France a rajouté une nouvelle mesure: télécharger l’application ThailandPlus qui une fois que vous aurez passé toutes les étapes, génèrera un QR code qu’il faudra présenter à l’arrivée en Thaïlande (prévoyez donc d’avoir de la batterie pour ça).

Des règles d’entrée en Thaïlande qui évoluent sans cesse

La liste des formalités et conditions à remplir pour venir en Thaïlande si on est étranger a régulièrement évolué. C’est d’ailleurs un peu compliqué à suivre car vous pouvez regarder ce qu’il faut faire le jour où vous vous lancez dans l’opération et ça peut changer d’ici à ce que vous arriviez à la fin du process.

J’invite donc les personnes qui veulent faire ses démarches à consulter la page dédiée sur le site de l’ambassade de Thaïlande en France : http://www.thaiembassy.fr/fr/voyagecovid/

Et à le faire aussi 72h avant et juste avant le départ pour s’assurer qu’il n’y a pas de nouvelle mesure qui s’est ajoutée.

Téléchargement de l’application ‘ThailandPlus’

Depuis le 18 janvier donc, il y a une nouvelle demande. Dans la vidéo de communication sur cette application datant de fin décembre, c’était une recommandation et à présenter uniquement une fois arrivé en Thaïlande mais il semble, selon RapideVisa.fr, que maintenant ce soit obligatoire de la télécharger et de s’y inscrire.

Etonnamment, le site de l’ambassade donne un lien mais qui est justement vers la vidéo (voir plus bas) et pas vers la page de téléchargement de l’application.

Voici donc les liens pour la télécharger:

L’application est évidemment gratuite et même si ce n’est aps dit, j’imagien qu’il en faut une par adulte donc un smartphone par adulte car il ne semble aps que l’inscription de plusieurs profils soit possible mais à vérifier.

Une fois lancée, vous devez ajouter votre photo via un selfie et valider les longues conditions d’utilisation que de toute façon vous devez accepter sans broncher car sinon vous n’irez pas plus loin. Je vous laisse les découvrir mais elles précisent notamment que les données ne seront conservées de 60 jours.

Ensuite, il vous faudra rentrer le code de votre COE (Certificat of Entry) obtenu auprès de l’ambassade qui se trouve en haut à gauche du document.

Comme je n’en ai pas car suis en Thaïlande, je n’ai pas pu aller plus loin dans le test de l’application smartphone et ne sais pas s’il y a une ou plusieurs autres étapes mais au final, l’application génère un QR Code vert si vous êtes « Safe area », orange pour« Low Risk » ou rouge pour « High risk », qui sera à présenter à l’arrivée en Thaïlande et scanné par les officiers qui vous réceptionneront.

Aucune information détaillé n’est donnée sur la signification de ces 3 statuts. On peut imaginer que cela dépend de la zone géographique d’où vous venez mais ce n’est pas mentionné et d’après la vidéo, cela peut évoluer pendant votre séjour. J’imagine qu’en venant d’Europe, Amérique du Nord, Brésil par exemple, vous serez en rouge puis probablement à la fin de la quarantaine obligatoire, si testé négatif, vous passerez en vert mais c’est une supputation car aucune explication n’est donnée.

La vidéo officielle de présentation de ‘ThailandPlus’

Un outil de tracking des visiteurs

La vidéo précise aussi que l’application vous enverra un message d’avertissement si vous avez croisé une personne contaminée identifiée et là aussi, il n’est pas précisé par quel biais mais on peut supposer que l’application tracera tous vos déplacements et votre localisation en permanence. Elle demande d’ailleurs que vous activiez la localisation GPS de votre téléphoner et donc attention à la consommation de data internet. Prenez une carte SIM thaï car sinon ça peut vous coûter cher !

Je ne sais pas si un touriste qui désactiverait la localisation ensuite pourrait faire face à des sanctions.

Bref, comme d’habitude, c’est flou et j’aurai besoin de témoignages des prochains arrivants pour savoir exactement de quoi il en retourne (voire même si c’est effectivement appliqué et obligatoire car ce ne serait pas la première fois qu’une règle est annoncée et jamais mise en oeuvre, rappelez-vous les montres électroniques de traçage des touristes qui devaient être mise en place en novembre). Donc si vous partez en Thaïlande très prochainement, ce serait sympa de me faire un petit retour d’expérience sur l’utilisation de cette appli et son caractère obligatoire ou non. Merci beaucoup !

On peut aussi se demander pourquoi des touristes qui sont passés par une quarantaine, ont été testés négatifs avant de prendre leur vol pour la Thaïlande, 2 fois pendant leur quatorzaine (quinzaine en fait), sont obligés de se plier à ce traçage que la population qui fait face depuis mi-décembre à une vague de contamination au coronavirus ne subit pas. Mais encore une fois, je ne suis pas sûr qu’il y ait une réelle obligation avec sanctions si manquement. On va dire, comme dans la vidéo, que c’est pour votre tranquillité d’esprit pendant le voyage que cette application existe… Je ne suis pas sûr que ça soit un critère qui ne démotive plus qu’il ne motive à partir en Thaïlande.


Thaïlande : retour massif des touristes en octobre 2021 ?

Share This:

Après, une année 2020 très compliquée pour l’industrie du tourisme dans le monde et à fortiori en Thaïlande, il y a forcément des spéculations sur un retour des touristes étrangers en nombre significatif (ce ne sont pas les mesures de visa STV et exemption de visa portée à 45 jours avec une quarantaine de 15 jours à l’arrivée en Thaïlande qui ont ni vont permettre une arrivée de visiteurs autre qu’anecdotique). Et parmi les spéculations, une qui a forcément plus de poids, est celle du gouverneur de l’Autorité du Tourisme en Thaïlande (TAT), Yuthasak Supasorn, qui a s’attend à un retour en nombre des touristes en octobre prochain pour une estimation de 10 millions de visiteurs étrangers en 2021. Probablement, un brin optimiste…

Retour des touristes en Thaïlande en octobre 2021

C’est dans une déclaration à Channel 7 que le gouverneur de la TAT a fait ce pronostic d’un retour massif des touristes étrangers pour le dernier trimestre grâce aux pays ayant un programme de vaccination, ce qui sous-entendrai, j’imagine, qu’il faudrait être vacciné et en apporter la preuve pour pouvoir venir mais ce n’a aps été précisé. Cela impliquera nécessairement la fin de la quarantaine à l’arrivée comme actuellement mais là aussi pas de précision à ce sujet.

10 millions de touristes en Thaïlande en 2021

Dans la même intervention, Yuthasak Supasorn a pronostiqué que le pays accueillerait 10 millions de touristes en 2021.

Partant du principe que les touristes pourraient revenir en Thaïlande sans contrainte (sauf probablement celle d’être vaccinés en octobre) et que les différentes mesures prises fin 2020 pour une timide et très précautionneuse relance du tourisme international n’ont permis d’attirer que quelques milliers de personnes, atteindre un total de 10 millions le 31 décembre 2021 à minuit paraît très très optimiste.

Pour un tel résultat, il faudrait être sur les mêmes bases d’arrivées qu’avant le COVID-19 soit faire plus de 3 millions de visiteurs par mois sur le dernier trimestre. Ambitieux dans le contexte économique, qui d’un côté a appauvri beaucoup de monde qui ne pourra plus voyager ou du moins aussi loin et de l’autre a empêché des millions de gens de travailler qui auront comme priorité de rattraper leur retard de chiffre d’affaires et pas de partir en vacances, sans compter que si on restreint éffectivement aux personnes vaccinées, mathématiquement, ça fera moins de monde car d’ici octobre beaucoup de pays n’auront pas fini leur campagnes de vaccination et de toute façon certaines personnes choisiront de ne pas se faire vacciner.

Il faudra donc une politique très très incitative pour se rapprocher d’un tel objectif. Ce sera probablement le cas en ciblant surtout le marché chinois qui par son ampleur est le seul à pouvoir « fournir » autant de touristes.

Les chiffres 2020 du tourisme en Thaïlande

Le gouverneur de la TAT a aussi indiqué qu’en 2020, ce sont 6.7 millions de touristes qui ont visité la Thaïlande. Le pays s’était fermé aux visiteurs étrangers fin mars.

Vous l’aurez compris, il y a beaucoup trop d’incertitudes pour savoir si ces déclarations sont réalistes mais elles montrent au moins que dans le meilleur des cas, le tourisme international ne devrait pas redémarrer en Thaïlande avant le dernier trimestre de cette année.

Source: https://news.ch7.com/detail/462111


Thaïlande: retour de l’exemption de visa passée à 45 jours pour compenser la quarantaine obligatoire

Share This:

C’était annoncé mais pas confirmé jusque là par l’Ambassade de Thaïlande à Paris mais c’est maintenant effectivement accessible : il est à nouveau possible de partir en Thaïlande comme touriste sans visa préalable mais en bénéficiant de l’exemption de visa à l’arrivée (pour les pays bénéficiaires qui sont les mêmes qu’avant la pandémie, voir la liste sur cette page sur les visas touristiques pour la Thaïlande) qui a été passée de 30 jours à 45 jours. Par contre, il faudra toujours suivre toutes les démarches pour obtenir un certificat d’entrée (COE) parmi lesquelles réserver un hôtel de quarantaine et présenter des tests négatifs au COVID-19.

Mention sur le site de l’Ambassade de Thaïlande à Paris

Exemption de visa pour la Thaïlande passée à 45 jours

Le passage de 30 à 45 jours de séjour en Thaïlande autorisé avec le retour de l’exemption de visa est là pour « compenser » les 15 jours de quarantaine obligatoire à l’arrivée dans un hôtel agréé (voir cet article pour la liste) et ce quelque soit votre situation. Même dans l’hypothèse où vous seriez vacciné.

Je rappelle qu’il faut un visa valable plus de 6 mois pour en bénéficier (comme pour tout type de visa pour la Thaïlande).

Extension de séjour en Thaïlande possible ?

UPDATE: Il semble qu’étendre son droit de séjour de 30 jours comme on pouvait le faire avant pour l’exemption de visa en se présentant dans un bureau de l’Immigration ne soit aps possible. D’ailleurs dans ce cas de figure, comme il faut présenter un billet de retour 45 jours au plus tard après sa date d’arrivée, il semble bien que les autorités n’aient pas prévu la possibilité d’une extension de séjour.

Si la mesure va dans le bon sens, son entrée en vigueur effective coïncide avec une reprise de l’épidémie en Thaïlande dont la gestion dans les prochains jours va être déterminante. Si elle continue de s’étendre, des vacances en Thaïlande pourraient, outre l’obligation d’effectuer la quarantaine, être encore moins agréables avec des possibles restrictions de déplacement, des fermetures des lieux de divertissements (il y a en déjà dans plusieurs provinces), peut-être un couvre-feu… enfin toutes les mesures prises un peu partout pour freiner la diffusion du virus même si la Thaïlande n’a jamais connu de confinement strict jusque ici. En tout cas, pour l’instant, la Thaïlande a perdu son argument touristique principal d’être un pays sans circulation du coronavirus. A suivre donc mais pour ma part, si le but est de venir en vacances et de parcourir le pays, je vous conseillerais de temporiser et voir comment ça évolue.


Foyer péidémique de COVID-19 en Thaïlande, déjà plus de 600 cas confirmés

Share This:

La Thaïlande qui jusque-là affichait de très bons chiffres sur les contaminations au coronavirus COVID-19 et une quasi absence de transmission locale, se trouve depuis quelques jours confrontée à un foyer de contamination comme elle n’en avait encore jamais connu depuis l’émergence de la pandémie. Plus de 600 cas identifiés pour l’instant.

Plus de 600 cas de COVID-19 dans la province de Samut Sakhon

Tout a commencé par une femme de 67 ans testée positive dans la province de Samut Sakhon qui se trouve à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Bangkok. Elle n’avait aucun historique de voyage hors de la Thaïlande.

Son entourage a été testé et en remontant les cas contacts, le marché aux crevettes « Central Shrimp Market » (Talad Klang Kung) de Samut Sakhon dans lequel elle travaillait a été identifié comme le principal foyer de contamination. Une vaste campagne de tests a été lancée pour identifier les personnes contaminées tandis que la province de Samut Sakhon passait en confinement partiel pour 2 semaines et que le marché était évidemment fermé pour être désinfecté. Les travailleurs étrangers ne sont pas autorisés à voyager depuis et vers la province de Samut Sakhon. Les populations locales peuvent se rendre dans d’autres provinces mais doivent déclarer leur destination aux autorités. Les habitants de la province sont également invités à coopérer en observant un couvre-feu entre 22h00 et 5h00.

A la date d’hier, ce sont 689 cas positifs qui ont été officiellement rapportés. Essentiellement des travailleurs immigrés mais ceux sont eux aussi qui ont été le plus ciblés par les tests alors que l’orginie exacte de ce foyer de contamination n’a pas été clairement identifiée.

Une situation sous contrôle ?

Le département de contrôle des maladies et le gouverneur de la province de Samut Sakhon ont rassuré le public sur le fait qu’ils pouvaient gérer la situation car la propagation du virus se faisait dans des zones limitées. Ils continueront à détecter davantage de cas infectés grâce à des procédures de test de dépistage actives.

Malgré tout, des cas liés à ce foyer ont déjà été détectés dans les provinces voisines, dans celle de Samut Prakan (3 cas pour l’instant) avec un marché qui avait des liens commerciaux avec le marché foyer principal qui a également été fermé, à Bangkok (2 cas), à Nakhon Pathom (2 cas) mais aussi à Saraburi (3 cas) et à Ayutthaya (1 cas pas forcément lié, venant de Chiang Mai). Les chiffres de cas devraient continuer de monter à mesure que les tests continuent. Les autorités testent 10.000 travailleurs birmans et leur nombre passera à 40.000 dans le but de contenir l’épidémie dans la province. La stratégie semble se focaliser sur eux mais il faudra sûrement tester plus largement pour vraiment contenir la propagation même s’ils représentent 90 pourcents des personnes travaillant sur le Central Shrimp Market de Samut Sakhon.

Le Secrétaire Permanent de la Santé Publique, le docteur Kiatiphum, estime qu’il faudra 4 semaines pour un « retour à la normale ». 

A suivre dans les prochains jours. Je publierai les chiffres et informations officielles sur ma page Twitter (consultable même si vous n’avez pas de compte Twitter).

Annulation de plusieurs festivités du Nouvel An et écoles fermées

Si aucun confinement national n’a été décidé et que cela ne semble pour l’instant pas à l’ordre du jour, logique puisque les autorités disent que la situation est sous contrôle, plusieurs villes ont déjà annoncé annuler leur grande fête du Réveillon du Nouvel An : Bang Saen (Chonburi), Trang, Nakhon Ratchasima. D’autres vont très probablement suivre mais pour l’instant pas d’annulation décrétée au niveau national, ce sont chaque gouverneur de province qui décident de ces annulations.

Plusieurs écoles ont annoncé leur fermeture à Samut Sakhon, bien sûr, mais aussi à Samut Prakan, Nakhon Pathom et Bangkok.

Un coup d’arrêt à la réouverture de la Thaïlande au touristes étrangers ?

Il est évidemment trop tôt pour le dire mais cette résurgence du coronavirus est un nouveau coup dur pour le tourisme alors que les demandes de visas touristiques pour la Thaïlande avaient repris et que le retour de l’exemption de visa passée exceptionnellement à 45 jours pour compenser les 15 jours de quarantaine obligatoire semblait acquis.

Même si les deux épisodes de contamination locales récents ont montré que le plus grand risque d’importation du COVID-19 en Thaïlande ne vient pas des touristes étrangers mais des personnes, thaïes ou non, qui traversent la frontière illégalement surtout en provenance du Myanmar.

Sources: Bangkok Post, The Nation, PR Thai Government


Malgré le COVID-19, la Thaïlande est toujours plébiscitée par les voyageurs prévoyant des vacances en 2021

Share This:

Combien fois n’ai-je pas lu en commentaires de mes posts depuis 6 mois, « j’irai ailleurs », « j’irai dans d’autres pays » ect… et pourtant, la Thaïlande reste la première destination d’Asie et la 4ème du globe où ceux qui prévoient de voyager à l’international en 2021 comptent aller. C’est en tout cas le résultat du sondage de Tourlane, startup allemande spécialisée dans le voyage, et c’est une nouvelle très encourageante pour tous les acteurs du secteur touristique en Thaïlande très touchés car privés de touristes internationaux depuis fin mars 2020 (il est, je le rappelle, depusi quelques semaines, à nouveau possible de faire des demandes de visas pour la Thaïlande, voir cet article).

ko tao
La Thaïlande toujours dans les destinations de voyage préférées pour 2021

La Thaïlande, 1ère destination 2021 en Asie

Les répondants de l’enquête ont désigné la Thaïlande comme leur premier choix en Asie et leur 4ème choix dans le monde pour passer des vacances en 2021.

La Thaïlande, 4ème destination du monde pour 2021

L’enquête visant à identifier les tendances de voyage qui émergent pour 2021 a donc révélé que la Thaïlande était la quatrième destination mondiale la plus populaire auprès des sondées et ceux après les États-Unis, l’Afrique du Sud et le Canada.

Mme Helen Scheepers, responsable des ventes chez Tourlane, a déclaré: «L’enquête montre que 2021 sera une année en plein air, il n’est donc pas surprenant de voir que la Thaïlande, avec son incroyable gamme d’activités de plein air, est la quatrième destination mondiale la plus populaire pour 2021. Avec autant de participants qui considèrent les voyages comme une priorité absolue pour 2021, nous sommes enthousiasmés par un boom potentiel des voyages vers des pays comme la Thaïlande qui se profile à l’horizon. »

Ce n’est évidemment qu’un sondage unique conduit auprès de plus de 1200 voyageurs âgés de 18 à 65 ans qui ont été interrogés via un sondage en ligne en octobre 2020 mais c’est très encourageant pour une belle reprise du touriste en Thaïlande dés qu’elle sera possible sur le plan sanitaire. Pas dit non plus que le statut de la Thaïlande de pays sans circulation du COVID-19 ne soit pas un des éléments qui expliquent ce bon positionnement, même si les destinations qui la précédent sont bien plus touchées par le coronavirus.

Pas de voyage en 2020

Le sondage a également indiqué que si la plupart des participants ne voyageraient plus en 2020, la majorité d’entre eux ont déclaré que voyager serait l’une de leurs principales priorités pour l’année 2021.

Les autres conclusions de l’enquête ont montré que plus des deux tiers (69%) des voyageurs internationaux préféreront une destination qui offre de nombreuses activités de plein air, et que plus de la moitié (54%) des voyageurs souhaitent voyager pendant deux ou trois semaines au printemps ou en été. Des directives de sécurité et des normes d’hygiène claires ont également été mentionnées comme une priorité par 43% des répondants, ainsi que de bons établissements de santé (37%), deux critères sur lesquels la Thaïlande se positionne très bien.

En effet, la Thaïlande continue d’être classée parmi les meilleurs des 180 pays du monde pour ses efforts de récupération du coronavirus (COVID-19) en cours selon l’indice Global COVID-19 (GCI).

Et vous, mettez-vous aussi un voyage en Thaïlande dans vos priorités pour 2021 ?


Site web pour réserver les hôtels de quarantaine COVID-19 en Thaïlande

Share This:

L’Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT) et la société thaïlandaise Locanation Company Limited viennent de lancer le nouveau site Web asq.locanation.com dans le cadre du projet « ASQ Paradise » (pour paradis des hôtels alternatifs pour la quarantaine, oui, ils ont osé), ASQ étant le cigle pour Alternative State Quarantine. Le site permet d’avoir toutes les informations pratiques sur la quarantaine obligatoire COVID-19 dans des hôtels agréés uniquement pour les étrangers arrivant en Thaïlande et leur permettre de réserver par mail ou téléphone via une plateforme unique les regroupant tous.

Site web dédiés aux hôtels de quarantaine coronavirus en Thaïlande

Site unique pour réserver un hôtel ASQ en Thaïlande

Etant donné que les plateformes de réservations comme Agoda.com, Booking.com ou autre n’ont pas l’autorisation de proposer des chambres de quarantaine à la réservation, avant le lancement de ce site, il fallait consulter la liste officielles des hôtels agréés en PDF et ensuite les contacter par téléphone ou mail pour voir leurs disponibilités et réserver. Pas très très pratique.

Avec ce site internet, les choses vont être simplifiées car tout y est centralisé et normalement y sera mis à jour avec les nouveaux hôtels ASQ dés qu’un nouvel établissement reçoit l’agréément.

Comme pour tout site de réservation d’hôtels, il y a un moteur de recherche avec des filtres sur vos dates, nombres d’adultes et enfants, destination, fourchette de prix, taille de la chambre et équipements et le site vous affiche la liste des hôtels disponibles.

Vous pouvez ensuite regarder le détail de chacun, consulter les photos et le détails de leurs offres. Ce qui est pratique, c’est que vous avez aussi les prix pour 2 systématiquement indiqués quand avant, la communication était souvent faite uniquement sur le prix pour 1 personne. Par contre, il n’est pas possible de réserver en ligne et faut toujours envoyer un mail ou appeler le numéro de téléphone de chaque hôtel. C’est quand même, le gros point noir de cette initiative mais c’est peut-être qu’une question de jours avant qu’une réservation en ligne avec paiement sécurisé soit proposée. C’était pour moi surtout ça avec un suivi de réservation qui aurait été utile.

Un site multilingue mais pas de français

Le site web asq.locanation.com est disponible en anglais et en chinois uniquement (enfin, j’ai pas trouvé comment changer la langue en chinois mais la communication officielle dit qu’il y a une version chinoise). Il référence actuellement 107 hôtels ASQ participants en Thaïlande proposant des forfaits de quarantaine de 16 jours et 15 nuits (oui, on dit partout 14 mais dans les faits c’est 15 nuits) allant de 27.000 bahts à 220.000 bahts pour des hôtels de trois à cinq étoiles. Tous les hôtels rejoignant la plate-forme sont tenus de respecter des normes rigoureuses fixées par le ministère de la Santé publique.

La TAT a également crée des activités pour soutenir le projet ASQ Paradise en offrant des opportunités d’achat en ligne spéciales aux touristes en quarantaine. Les touristes recevront également un ‘Happy DIY Set’ exclusif avec des produits haut de gamme de cinq communautés touristiques thaïlandaises à travers le pays avec une livraison coordonnée par l’ASQ Club Thailand.

TAT lancera également un compte LINE officiel en chinois et en anglais pour fournir des informations et répondre aux questions des touristes en quarantaine.

Le site comprend aussi un FAQ et des suggestions de sites ou applications pour vous occuper pendant la quarantaine.

Je rappelle qu’il est depuis 2 semaines à nouveau possible de faire de demandes de visas pour la Thaïlande depuis la France. Visas touristiques et retraite mais en devant suivre la quarantaine à l’arrivée justement dans un de ces hôtels. J’avais donné tous les détails et liens utiles dans mon article sur la demande de visa pour la Thaïlande pendant le COVID-19.


Grandiose feu d’artifice du Nouvel An à Bangkok

Share This:

C’est un peu devenue une tradition depuis que le centre commercial a ouvert, le plus grand feu d’artifice du Nouvel An 2021 de Thaïlande sera lancé au ICON Siam de Bangkok. Et normalement, il devrait être diffusé en live sur Facebook. Je vous partagerai le lien quelques jours avant sur la page Facebook de Thailandee.com ainsi que sur mon compte Twitter.

nouvel an 2021 bangkok

Grand feu d’artifice et compte à rebours vers 2021 à Bangkok

L’Amazing Thailand Countdown 2021 se tiendra le 31 décembre 2021 au River Park de l’ICONSIAM sur les rives du fleuve Chao Phraya à Bangkok.

M. Yuthasak Supasorn, gouverneur de l’Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT), a déclaré que la «TAT est ravie de travailler avec ICONSIAM et nos partenaires de tous les secteurs pour organiser le ‘Amazing Thailand Countdown 2021’ le 31 décembre à River Park, ICONSIAM pour célébrer le compte à rebours du Nouvel An et le début 2021 avec style. La Thaïlande a été félicitée pour sa capacité à faire face efficacement à la pandémie de COVID-19 qui a éclaté au début de cette année et a finalement gagné la confiance des touristes internationaux et nationaux.« 

Ce seront 20.000 feux d’artifice fabriqués à partir de riz gluant thaïlandais, une innovation écologique venue du Japon, qui seront tirés dans le ciel de Bangkok depuis le centre commercial ce soir-là.

Ils éclaireront le ciel le long du fleuve Chao Phraya et devraient être vus de loin.

Le feu d’artifice comprendra sept actes sous le concept «Les merveilles du bonheur sur le fleuve». Collectivement, ils sont censés représenter l’espoir, la foi, la prospérité et le bonheur et montrer le soutien de la Thaïlande aux gens du monde entier alors que tout le monde travaille ensemble pour surmonter la crise du COVID-19 et commencer le Nouvel An 2021 avec force et courage.

feu artifice bangkok nouvel an

Où observer le feu d’artifice ?

Ce ne sera pas forcément au ICON SIAM en lui-même que vous aurez le meilleur point de vue sur le feu d’artifice.

Les organisateurs indiquaient l’an passé que les meilleurs spots étaient:

  • Sathorn bridge
  • Parc Chaloem Phrakiat
  • Sathorn pier
  • Khlong San pier
  • Wat Suwan pier
  • LHONG 1919
  • Hôtel Peninsula
  • Hôtel Hilton Millennial
  • Hôtel Shangri-La
  • Hôtel Mandarin Oriental
  • Hôtel Royal Orchid Sheraton

Ce sont surtout des hôtels 4 ou 5 étoiles mais il doit y avoir des endroits libre d’accès comme le Sathorn Pier ou peut-être la Old Customs House ou River City qui pourraient être de bons spots.

La célébration du compte à rebours sera diffusée en direct sur la chaîne Thai Rath TV 32 HD ainsi que sur les plateformes en ligne via les pages Facebook d’ICONSIAM, Thai Rath online, Khaosod et TrueID.

Comment aller à l’ICON Siam ?

ICONSIAM est facilement accessible via des voitures privées, des trains publics ou des bateaux de banlieue. Le lancement de la ligne de métro aérien Gold Line devrait permettre de rejoindre le centre commercial facilement avec sa connexion à la fois avec le BTS et le MRT, les métros de Bangkok.

D’autres « Amazing Thailand Countdowns »

Chaque année, la TAT organise une campagne « Amazing Thailand Countdown » à Bangkok bien sûr mais aussi dans d’autres destinations dans lesquelles ils veulent booster le tourisme. Pour le passage à 2021, il y aura ainsi, dans le cadre de cette campagne, des gros évènements marquant la célébration de fin d’année dans cinq provinces émergentes : Krabi (Koh Phi Phi), Sukhothai, Roi Et, Ratchaburi et Phetchabun, ainsi que plusieurs attractions principales à Bangkok.

Le passage à la nouvelle année qu’on espère tous moins pourrie que 2020, en même temps, la barre n’est pas si haute tant le millésime 2020 a été une annus horribilis (oui, je parle latin couramment ;)), sera bien sûr fêté un peu partout en Thaïlande, ce sont là les évènements co-organisés par la TAT qui sont toujours de bonnes façons de fermer le livre d’une année et d’ouvrir celui de la suivante. Je publierai sur mon compte Twitter les autres événements dont j’aurais vent d’ici la 31 décembre.


Il est à nouveau possible de demander un visa touristique pour la Thaïlande depuis la France

Share This:

Article mis à jour le 23 novembre 2020

C’est passé relativement discrètement et c’est probablement voulu mais il est, depuis quelques jours, à nouveau possible de faire des demandes de visas pour la Thaïlande et même de visas touristiques via l’ambassade à Paris. Alors, il y a plein de conditions à remplir et des garanties notamment financières et sanitaires à donner pour avoir, et le visa et le droit d’entrer en Thaïlande, mais c’est possible. Je vais essayer de vous détailler tout ça clairement dans cet article avec tous les liens vers les pages d’informations et sites officiels sachant que des agences comme RapideVisa.fr, que j’ai contacté pour avoir leur « témoignage terrain » que je publierai en commentaire du partage de ce post sur la page Facebook de Thailandee.com, peuvent se charger des demandes et de visa et de certificat d’entrée (COE) pour vous.

demande visa thailande covid-19

Préambule

Avant toute chose, il est important de préciser que quoiqu’il arrive, même avec votre visa et certificat d’entrée en poche, il faudra à l’arrivée en Thaïlande, vous soumettre à une quarantaine stricte de 15 nuits dans un des hôtels agréés (voir la liste des hôtels Alternative State Quarantine ASQ ici). Le budget varie selon les hôtels mais démarre à un peu moins de 30.000 THB pour tout le séjour et peut monter très haut selon l’hôtel choisi. Réserver dans un de ces établissements est une des conditions incontournable pour obtenir le Certificat of Entry (COE) indispensable pour monter dans un vol pour la Thaïlande actuellement.

Il y avait bien des recommandations avancées pour passer cette période de quarantaine à 10 jours mais le ministre de la Santé, a repoussé la décision sine die et il était pas prévu que cela ne concerne que les pays à faible risque donc pas les voyageurs en provenance de la plupart des pays d’Europe de l’Ouest (voir cet article) au d’Amerique du Nord.

Je ne sais pas, par contre, si le port de la montre connectée relevant régulièrement vos constantes de santé qui avait été annoncé est réellement effectif mais j’ai l’impression que non.

Obtenir un visa touristique pour la Thaïlande pendant le COVID-19

Je commence par le visa touristique qui concerne le plus de monde. Si l’exemption de visa qui permettait, avant le coronavirus, d’obtenir gratuitement le droit de rester en Thaïlande 30 jours n’est toujours pas rétablie, il est donc depuis quelques jours à nouveau possible, du moins via l’ambassade parisienne, de demander un visa touristique de 60 jours que vous pourrez prolonger sur place de 30 jours (frais 1.900 THB) soit donc un séjour de 90 jours au total dont les 15 premiers en quarantaine.

Je rappelle qu’en plus du visa, il faudra aussi obtenir un Certificat of Entry (COE) en fournissant d’autres justificatifs plus centrés sur le COVID-19 (voir plus bas).

Conditions à remplir pour la demande de visa

La condition nouvelle pour obtenir un visa touristique de 60 jours actuellement est de fournir la preuve d’un solde bancaire minimum de 2.000 euros (comme l’indique ce document officiel). Somme par personne (pour un couple avec compte commun, le solde doit être de 4.000€). Assurance vie et CEL non acceptés car il faut que l’argent soit disponible facilement si besoin donc sur un compte courant ou Livret A. Il est possible de cumuler plusieurs comptes courants nominatifs.

Liste des pièces à fournir pour le visa touristique:

  • Copie de la page d’identité du passeport
  • Photo d’identité
  • Justificatif de bonne situation financière c’est à dire une copie des relevés de compte bancaire des 3 derniers mois indiquant un solde supérieur à 2000€. Il peut s’agit d’un compte courant ou d’un livret A, et il est possible de cumuler ces 2 derniers pour arriver à la somme demandée. Le relevé doit être à votre nom, en langue française et libellé en euros (relevé en ligne non accepté).
  • Copie des fiches de paye des 3 derniers mois devant afficher un salaire supérieur au SMIC à temps complet ou un justificatif de retraite ou une attestation de scolarisation. Les sans-emplois ne peuvent pas demander ce visa actuellement. Pour les chefs d’entreprise sans fiche de paie, un KBIS est demandé.
  • Confirmation de vol aller sur une compagnie aérienne autorisée à atterrir en Thaïlande actuellement, à savoir Austrian Airlines, Cathay Pacific, Emirates, Etihad, EVA Air, Lufthansa, Qatar Airways, Singapore Airlines, Swiss Air.
  • Confirmation de vol retour avec une sortie de Thaïlande obligatoire dans les 90 jours après la date d’entrée (60 jours du visa + 1 extension de 30 jours).
  • Réservation dans un hôtel ASQ pour la quatorzaine obligatoire (dernière liste disponible ici).
  • Réservation d’hôtel(s) nominative couvrant les 7 jours suivants la fin de la quatorzaine ou 1 lettre d’invitation du propriétaire qui vous logera avec sa signature et une copie de sa pièce d’identité.

A noter que les ressortissants étrangers peuvent aussi postuler mais uniquement s’ ils fournissent un justificatif de domicile en France.

Demande de visa retraite OA

Je ne vais pas faire tous les cas de visas mais l’autre cas qui peut concerner beaucoup d’entre vous s’ils ont plus de 50 ans et le visa OA retraite qui permettrait de séjourner jusqu’à 1 an en Thaïlande (renouvelable sur place).

Liste des pièces à fournir pour le visa retraite longue durée (OA):

  • Copie de la page d’identité du passeport
  • Photo d’identité
  • Copie d’un extrait du casier judiciaire de moins de 2 mois (type Bulletin n°3). L’extrait peut être demandé en ligne gratuitement ici : https://casier-judiciaire.justice.gouv.fr/pages/accueil.xhtml
  • Copie d’un certificat médical de bonne santé précisant que vous n’avez pas de maladies contagieuses délivré par un médecin traitant
  • Copie d’un justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • Copie d’attestation de votre banque certifiant que vous possédez un compte courant avec un solde supérieur à 24.000 € avec les coordonnées complètes de la banque française ainsi que son tampon et une signature.
    Pour une seconde demande de ce type de visa, il faut alors fournir une attestation d’une banque thaïlandaise de moins d’un mois justifiant d’un solde supérieur à 800.000 THB.
  • Attestation d’Assurance « expatrié » couvrant les frais médicaux et d’hospitalisation pour un minimum de 15.000 € ou 400.000 THB, pour une durée de 12 mois consécutifs en Thaïlande (modèle officiel disponible ici: https://longstay.tgia.org/document/overseas_insurance_certificate.pdf)

A noter qu’il existe aussi un visa retraite court séjour, un visa « non-immigrant O » destiné aux personnes de plus de 50 ans qui souhaitent rester 3 mois en Thaïlande ou jusqu’à 5 mois car il peut être prolongé de 60 jours sur place. Les pièces à fournir sont sensiblement les mêmes mais pas de casier judiciaire demandé mais un justificatif de travail ou de retraite ou une attestation sur l’honneur que vous n’avez pas d’activité professionnelle et une attestation bancaire de 6.000€ au lieu de 24.000€ est demandé.

Faire la demande de visa

La demande de visa pour la Thaïlande doit se faire comme avant via le site dédié sécurisé car c’est aussi via ce dernier que vous paierez les frais de dossier : https://www.thaievisa.go.th/

processus demande de visa en ligne pour la Thailande

Il y a un manuel détaillé en français pour utiliser le site de demande de visa qui lui n’est qu’en anglais. Vous pouvez le consulter ici.

Demande de COE (Certificat of Entry)

Le visa ne suffit pas pour entrer en Thaïlande actuellement, il faut aussi obtenir un « Certificat d’entrée » (COE) en fournissant des preuves de votre non contamination au COVID-19 et d’une assurance vous couvrant pour le coronavirus jusqu’à hauteur de 100.000 USD.

Liste des documents à fournir pour le COE:

  • Le formulaire « declaration form » rempli, disponible ici : thaiembassy.fr/Declaration-Form.
  • Attestation d’Assurance « covid-19 » en anglais nominative couvrant les frais médicaux et d’hospitalisation incluant le Covid-19, pour un minimum de 85.000 € ou 100.000 USD ou 3.200.000 THB, pendant une durée couvrant la totalité de votre séjour. Si vous n’en avez pas et ne savez pas chez qui la prendre, vous pouvez souscrire à une police sur le site du groupement des assureurs thaïlandais: covid19.tgia.org
  • Résultat de test COVID-19 négatif par méthode RT-PCR, délivré dans les 72 heures avant votre départ
  • Certificat médical Non-covid certifié en anglais par un médecin généraliste (selon le résultat de votre test RT-PCR) dans les 72 heures avant votre départ
  • Certificat fit-to-fly (Certificat d’aptitude à voyager en avion ) délivré dans les 72 heures avant votre départ selon cet exemple: http://www.thaiembassy.fr/wp-content/uploads/2020/10/Exemple-Fit-to-Fly.pdf

Le demande de COE se fait également en ligne via un site dédié: https://coethailand.mfa.go.th/

La durée pour obtenir votre COE et votre visa dépend de la vitesse avec laquelle vous compléterez votre dossier en ligne et soumettez votre passeport à l’Ambassade. Comptez minimum 10 jours ouvrés pour un visa touristique qui est le plus rapide à obtenir actuellement et plus 3-4 semaines pour un visa O ou OA.

ATTENTION: certains assureurs ne vous couvrent pas si vous partez à l’étranger alors que votre pays est en plein confinement. Vérifiez bien avant !

J’ai essayé de compiler dans cet article toutes les infos et les liens utiles pour faciliter les choses car sur le site de l’ambassade de Thaïlande à Paris, c’est un peu éparpillé mais c’est évidemment un article pour aider qui ne remplace pas les sources officielles et qui donne les procédures au jour J. Elles pourraient être amenées à évoluer auquel cas j’essaierai de mettre à jour ces lignes.

La page officielle pour toutes les questions relatives au voyage en Thaïlande pendant le COVID-19 est celle-ci: http://www.thaiembassy.fr/fr/voyagecovid/. Vous y retrouverez toutes les autres catégories de personnes autorisées (sous conditions) à voyager en Thaïlande.

Et en Belgique, Canada et Suisse ?

Je ne vous cache pas qu’il est étonnant que l’Ambassade de Thaïlande en France ait indiqué rouvrir les demandes de visas touristiques quand les sites des ambassades ou consulats en Suisse, en Belgique et au Canada indiquent que ces derniers ont des situations sanitaires face au COVID-19 qui ne permettent pas la délivrance de visas touristiques pour la Thaïlande, que ce soit le visa classique de 60 jours ou le nouveau STV.

Pour la Belgique : https://www.thaiembassy.be/2020/07/09/application-for-certificate-of-entry-for-non-thai-nationals/?lang=en

Pour la Suisse: https://thaiconsulate.ch/visas/

Pour le Canada: https://ottawa.thaiembassy.org/en/content/119628-thailand-visa-and-coe?cate=5f069ee272a783584326eaf5


Quels changements à venir pour les éléphants du tourisme en Thaïlande ?

Share This:

La façon dont les éléphants sont utilisés dans l’industrie du tourisme, en Thaïlande et ailleurs, est un sujet de débats intenses sur leur bien-être et leurs conditions de vie depuis plusieurs années. Avec au coeur de la polémique surtout, les balades à dos d’éléphants. En collaboration avec de nombreux acteurs du secteur, experts et vétérinaires notamment, l’Autorité Touristique de Thaïlande (TAT) a lancé un programme appelé « Elephant Care Tourism » pour « proposer un tourisme qui prend (plus) soin des éléphants ». J’ai été invité à un voyage de 3 jours autour de ce projet pendant lequel on a pu poser toutes les questions, même celles qui fâchent. Voici un compte-rendu de ce qui a été dit.

avenir pour les éléphants de Thailande
Il y a plus de 3.500 éléphants domestiques en Thaïlande

Histoire des éléphants domestiques en Thaïlande

Pour mieux comprendre le contexte, il est important de faire un rapide resumé de l’histoire de la domestication des éléphants en Thaïlande. Elle remonte à plusieurs siècles avec les éléphants utilisés sur les champs de batailles puis plus récemment leur emploi dans l’exploitation et le commerce du bois de teck pour trainer et pousser les troncs.

En 1989, une loi a été adoptée pour bannir cette activité responsable d’une déforestation massive. La triste ironie était que l’homme faisait participer les éléphants domestiques à la destruction de l’habitat de leurs congénères sauvages.

Mais cette interdiction a privé de nombreux propriétaires des ressources financières nécessaires pour nourrir leurs animaux. On a alors vu des éléphants et leurs mahouts (personnes qui s’en occupent) errer dans les rues des villes pour mendier. Il fallait alors trouver une solution pour leur permettre à nouveau de gagner de quoi s’occuper de ces géants à l’appétit proportionnel à leur taille. C’est alors que le tourisme avec les éléphants a pris son essor. En proposant d’abord des balades sur leur dos, puis des numéros les faisant peindre, jouer au football, au basket, se tenir assis, debout sur les pattes arrières…

Les touristes affluant, les camps se sont multipliés passant de 22 à 223 entre 1995 et 2019. Mais petit à petit, sous l’impulsion des associations et d’actions individuelles comme celle de Lek Chailert fondatrice de l’Elephant Nature Park près de Chiang Mai, un mouvement dénonçant les traitements et conditions de vie des éléphants du tourisme a pris de plus en plus d’ampleur et changé progressivement la demande obligeant l’offre à s’adapter. De plus en plus de camps ont changé leur nom, se sont auto-proclamés « sanctuaires » ou « éthiques » et ont arrêté les rides (balades sur le dos des éléphants), les spectacles et ne les ont plus enchainés la journée pour proposer des formules touristiques à la journée ou demie journée pour en prendre soin avec en général un moment pour les nourrir, les baigner et leur préparer et donner des compléments alimentaires.

Elephants domestiques vs éléphants sauvages

Le dernier recensement faisait état de 3.783 éléphants domestiques en Thaïlande dont 2.673 sont utilisés pour le tourisme pour une population d’éléphants sauvages légèrement inférieure (estimées entre 3.100 et 3.600).

kuiburi national park elephants sauvages thailande
Le parc national de Kuiburi est le refuge de plus de 300 éléphants sauvages

Gestion administrative des éléphants domestiques de Thaïlande

Tous les éléphants domestiques en Thaïlande ont un « pink book » (livret rose) qui est un peu leur passeport, avec leur empreinte génétique et le numéro de la puce qui leur a été injectée. Il y a un contrôle bi-annuel par les autorités de le conformité entre ce carnet et l’éléphant.

Tout déplacement d’un éléphant doit être signalé aux autorités. Il existe 7 hôpitaux qui leur sont dédiés dans le pays (un devrait aussi ouvrir prochainement à Chiang Mai) et sont gratuits. Nous avons visité celui du Thai Elephant Conservation Center de Lampang le premier jour. Tous ont des unités mobiles d’intervention gratuites qui peuvent être envoyées partout dans le pays et jouent un rôle primordial dans les soins apportés aux éléphants domestiques de Thaïlande.

Le programme Elephant Care Tourism

C’est dans ce contexte d’une image de plus en plus dégradée du tourisme autour des éléphants que l’Autorité Touristique de Thaïlande (TAT) a décidé de lancer une initiative appelée « Elephant Care Tourism » mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le but est avant tout de rassembler toutes les parties pour définir des pratiques et des règles améliorant le bien-être et la protection des éléphants domestiqués, la TAT jouant le rôle de facilitateur mais n’étant pas décisionnaire sur les actions à mener. Leur stratégie s’articule autour de 3 C:

  • Communitation pour « donner les vraies informations »
  • Collaboration entre tous les acteurs, les experts, associations, agents de voyage et organismes gouvernementaux
  • Compromis entre « les croyances, la culture et les façons de penser et de faire modernes » et entre tous les standards que chacun est prêt à accepter.

Il s’agit donc surtout d’enclencher une dynamique, une sorte de Grenelle des éléphants, dont il devrait découler des règles et une charte (probablement courant de l’année prochaine) que les camps devront signer. Il est trop tôt donc pour énumérer exactement les décisions et régulations qui en découleront mais on peut déjà voir se dégager des tendances dans les réponses et positions de nos interlocuteurs pendant ces trois jours.

Quel avenir pour les éléphants du tourisme en Thaïlande ?

Lors de ce trip, nous avons rencontré des experts et vétérinaires, nous avons visités deux camps et dans le dernier avons eu une grande table ronde de questions/réponses avec le propriétaire, deux vétérinaires spécialisés de l’université de Chiang Mai, Dr Pakkanut Bansiddhi et Dr Khajornpat Boonprasert, ainsi qu’un ancien directeur de l’hôpital des éléphants de Krabi.

Etude sur le stress des éléphants captifs

Mais avant cela, la docteur Pakkanut Bansiddhi nous a présenté les résultats d’une étude d’un an sur le niveau de stress dans diverses situations menée sur 122 éléphants captifs en mesurant leur taux de glucocorticoïdes souvent surnommée « l’hormone du stress ». Ce serait trop long de tout détailler mais voici les principales conclusions de leurs recherches (je ne fais que les lister):

  • les éléphants qui marchent le plus ont un niveau de stress plus faible et sont moins sujets à l’obésité
  • les éléphants sont plus stressés pendant la haute saison touristique que pendant la basse saison
  • les éléphants attachés dans la forêt sont moins stressés que ceux attachés dans le camp
  • les chaînes ne sont pas un facteur de stress

Ces différents points et la proportion à l’obésité de beaucoup d’éléphants des camps vont intervenir dans les réponses qui ont ensuite été faites à nos questions.

Dr Pakkanut Bansiddhi nous a bien précisé qu’il s’agissait là de premiers résultats et que d’autres recherches seraient menées.

Questions / réponses sur les éléphants en Thaïlande

Les balades à dos d’éléphants

Les vétérinaires nous ont affirmé que les éléphants pouvaient porter jusqu’à 20% de leur poids notamment grâce à la densité de leur structure osseuse. Tout en précisant qu’il faut choisir des éléphants qui sont en bonnes conditions physiques notamment pas trop maigres. Ils ont aussi reconnu qu’il est important d’alterner balades avec les touristes sur leur dos et périodes de repos.

Je suis intervenu pour faire remarquer que plus que leur capacité ou non à porter des touristes, c’est le dressage qu’on imagine qu’ils doivent subir pour pouvoir accepter n’importe qui sur leur dos en toute sécurité qui explique que de plus en plus de personnes ne veulent plus participer à cette activité.

Le Dr Khajornpat Boonprasert a répondu que tous les éléphants domestiques de Thaïlande ont déjà été dressés et qu’ils doivent l’être quoiqu’il arrive comme c’est fait depuis des siècles en Thaïlande pour qu’ils puissent vivre au milieu des humains en toute sécurité. De leurs recherches (voir plus haut), ils ont également déduit que les éléphants qui baladaient des touristes étaient moins stressés (il a notamment indiqué que le bain avec plusieurs personnes autour est, d’après leur étude, plus stressant pour l’animal que de balader des gens sur son dos). Ils sont aussi en meilleure forme physique car ont plus d’activité. C’est d’ailleurs le principal argument pour ne pas interdire les balades à dos d’éléphants, interdiction qui ne semble pas non plus à l’ordre du jour, mais seulement la réguler en définissant un poids maximum, en remplaçant les nacelles en bois par des nacelles métalliques plus légères, en faisant des nacelles sur mesures adaptées à la morphologie de chaque éléphant et définissant une rotation balades – repos sans nacelle. Après, monter dessus n’est pas indispensable, me semble-t-il, marcher dans la jungle à côté des éléphants comme c’est proposé dans certains endroits est aussi une possibilité pour leur permettre d’avoir suffisamment d’activité physique.

« Soit, tous les éléphants sont de toute façon déjà entrainés mais si les balades à dos d’éléphant continuent, cela signifie qu’il a falloir dresser les bébés éléphants à leur tour pour qu’ils puissent aussi le faire et ça continuera indéfiniment » ai-je alors remarqué.

Ce à quoi, il m’a été répondu que quoiqu’il arrive, les éléphants captifs seront entrainés pour vivre avec les humains, les porter sur leur dos, obéir à des ordres ect… que les balades de touristes sur leur dos continuent ou s’arrêtent.

C’est d’ailleurs au final ce que je retiens le plus de ces 3 jours: tout éléphant domestique subira un dressage quoiqu’il arrive. Il est inenvisageable pour tous les interlocuteurs que nous avons rencontrés qu’il en soit autrement. Reste à savoir exactement en quoi consiste ce dressage. J’ai donc demandé à ce qu’on nous explique en détails comment cet « entrainement de l’éléphant » se faisait. Parce que la seule image qui circule sur internet, c’est le phanjaan (l’éléphant est attaché et subi pendant des heures des coups violents pour « briser son esprit »).

La parole a alors été donnée au propriétaire de la Pattara Elephant Farm qui a indiqué qu’on nous montrerait ça plus tard (en fait on nous a montré comment on les soignait pas comment ils étaient dressés bébés) et a insisté sur le rôle que les éléphants domestiques et les camps jouent dans la conservation de l’espèce. C’est pour ça qu’il encourage les éléphants en pleine santé à se reproduire chez lui avec plusieurs naissances chaque année. Il a aussi dénoncé la « propagande » et « confusion » que l’on trouve sur internet et notamment pointé « 7 mensonges » comme le phanjaan ou la séparation des petits de leur mère pour les dresser plus facilement qui selon lui serviraient des intérêts individuels pour obtenir plus de dons. A chacun de se faire son opinion.

Utilisation du bullhook

Si dans les deux camps que nous avons visités les mahouts n’en avaient ni dans leurs mains ni à leur ceinture, le bannissement de l’utilisation du bullhook (aussi appelé dacco), ce bâton terminé par un crochet pointu, ne semble pas non plus à l’ordre du jour.

bullhook
Le bullhook encore utilisé par beaucoup de mahouts

Pour la Dr Pakkanut Bansiddhi, « il est impératif que les mahouts soient entrainés à l’utiliser correctement » notamment pour blesser le moins possible l’animal en frappant des zones précises et « l’utilisent seulement en cas de nécessité » mais elle estime qu’il est un outil indispensable.

Réintroduction des éléphants domestiques dans la nature

A noter qu’il existe un programme de réintroduction d’éléphants domestiques dans la nature mais cela ne concerne qu’un petit nombre d’individus et toujours un bébé éléphant (avant qu’il ne soit entrainé), accompagné de sa mère avec évidemment une surveillance des rangers du parc national dans lequel ils sont relâchés. Leurs puces permettent aussi de les traquer facilement.

Mais l’objectif n’est pas de rendre à la nature tous les éléphants domestiques de Thaïlande. Il n’y aurait de toute façon pas assez de place dans les forêts du pays et il y a régulièrement des incidents avec les locaux vivants à proximité.

Ma conclusion

Theerapat Trungprakan, le propriétaire de Pattara Elephant Farm et Président de la Thai Elephant Association, nous a dit que les touristes ont joué un rôle important dans la conservation des éléphants en Thaïlande et continueront à jouer un rôle important. De mon point de vue, ils sont le facteur déterminant de l’avenir qui sera proposé aux éléphants domestiques de Thaïlande car, au final, l’offre s’adapte à la demande.

S’il y a des camps qui proposent des balades à dos d’éléphants, c’est parce qu’il y a des gens qui veulent en faire, s’il y a encore des spectacles de numéros avec des éléphants qui font toutes sortes de tours, c’est parce qu’il y a des gens pour acheter des tickets et si beaucoup de lieux ont abandonné les rides, les chaînes le jour et les bullhooks, c’est parce que beaucoup de touristes, surtout occidentaux, ont boudé les camps qui ont ces pratiques.

Rencontrer les éléphants lors d’un voyage en Thaïlande reste une expérience magique mais le choix de l’endroit et des conditions dans lesquelles vous le faîtes est déterminant. C’est en décidant avec soin de là où vous allez que vous encouragerez un modèle ou un autre. Car s’il y aura toujours des éléphants domestiques en Thaïlande et que l’argent des visites des touristes étrangers est primordial pour donner à leurs gardiens de quoi en prendre bien soin, chacun, touristes compris, a un rôle à jouer pour leur offrir un avenir plus centré sur leur bien-être.

Je vous tiendrai au courant de ce qu’il ressortira de l’initiative « Elephant Care Tourism ». To be continued… comme on dit dans les séries télé américaines.


Fièrement propulsé par WordPress