Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

Quand les JT Français parlent de Bangkok

Share This:

Ces derniers jours les journaux télévisés tant de France 2 que de TF1 ont mis la capitale de la Thaïlande à l’honneur à travers plusieurs reportages. Petite séance de rattrapage pour ceux qui les auraient manqués.

bangkok dans les jt en france

 

Bangkok, la « Venise de l’Asie »

C’est dans son JT de 13h du 9 janvier dernier pour le 3ème reportage de sa série sur les « Venise du monde » queFrance 2 parlait de Bangkok surnommée la « Venise de l’Asie » pour le fleuve Chao Phraya qui la traverse mais surtout tout le réseau de petits canaux qui en découlent qu’on appelle les klongs en Thaïlandais. Des voies fluviales qui restent une des façons utilisées quotidiennement pour se déplacer à Bangkok.

Je vous encourage d’ailleurs à aller faire un tour en bateau sur les klongs de Bangkok, c’est vraiment dépaysant !

 

La Street Food de Bangkok

La Thaïlande et plus particulièrement Bangkok sont réputées dans le monde entier pour la cuisine de rue si bien que dans les deux premières éditions du guide Michelin en Thaïlande, elle a été à l’honneur avec notamment un restaurant de Street Food obtenant une étoile. le premier au monde ! C’était le sujet d’un reportage du journal télévisé de 20h de TF1 le 8 janvier 2019.

Pour la petite histoire, Jay Fai qui a été la première « cuisinière de rue » a obtenir une étoile Michelin n’a pas eu que des retombées positives car a été vite débordée par le succès fulgurant que cela lui a apporté et a,pendant un temps, regretté de l’avoir eu. Si vous vouelz goûter à se cuisine et notamment l’omelette qui a fait sa réputation, il vous faudra être prêts à attendre 3-4 heures. perso, je n’ai pas eu la patience… D’autant que pour ne pas être submergée de clients, elle a sensiblement augmenté ses prix après son étoile espérant dissuader certains de venir…

Il est vrai aussi qu’il y a eu beaucoup de changements, évictions et réaménagements dans les zones de cuisine de rue à Bangkok qui ont eu pour résultat de la rendre plus difficile à trouver et moins nombreuse mais il y a une zone où vous en trouverez à coup sûr, c’est Chinatown sur Yaowarat Road. Il est important de soutenir la Street Food en Thaïlande car il faut bien reconnaître que si son interdiction totale des rues de Bangkok, un temps annoncée n’est plus à l’ordre du jour, elle semble tout de même menacée par certaines décisions et arrêtés pris depuis 2 ans.

Les klongs et la Street Food sont deux facettes importantes d’une capitale thaïlandaises aux multiples visages et contrastes à mettre au programme de vos visites à Bangkok.


5 façons de prendre de la hauteur à Bangkok

Share This:

Quand on est à Bangkok, on a parfois envie de prendre du la hauteur pour voir la ville sous un autre angle, découvrir son immensité, ses disparités et pourquoi pas ses illuminations le soir. Voici 5 façons de voir Bangkok de haut.

5 façons de voir Bangkok de haut

 

Le skywalk de la Mahanakhon Tower

Situé au sommet de la King Power Mahanakhon Tower, plus grand builing de Bangkok (enfin pour l’instant) et récemment ouvert le « Mahanakhon SkyWalk » est la plate-forme d’observation la plus haute de Thaïlande.

mahanakhon skywalk bangkok

La plateforme de verre à 314 mètres de haut de la Mahanakhon Tower

Elle culmine à 314 mètres de hauteur et offre une vue panoramique à 360 degrés la capitale depuis une zone d’observation intérieure et extérieure. Mais c’est surtout la partie avec son sol en verre au-dessus du vide qui en fait un endroit unique et impressionnant. Une visite déjà devenue très populaire malgré son prix sauf pour ceux qui ont le vertige, bien sûr 😉

Il y a en fait plusieurs passerelles situées aux 74ème, 75ème et 78ème étages. Le 74ème étage est une plate-forme d’observation intérieure qui propose des vues en réalité augmentée sur les attractions touristiques de Bangkok (il y a une application smartphone gratuite à télécharger). Puis, du 75ème étage, il y a un ascenseur en verre qui mène au toit au 78ème étage et à la terrasse d’observation avec sa partie dont le sol est en verre.

Aux dernières nouvelles un ticket pour un accès global coûtait 1.050 THB, prix qui inclut un cocktail au bar. Mais il semble que des promotions soient possibles.

L’attraction est ouverte tous les jours de 10h00 à minuit (dernière admission à l’entrée à 23h00) et devrait rapidement éclipser la « vieille » Bayokee Tower.

 

Les skybars de Bangkok

Les rooftop bars ou skybars restent également une valeur sûre pour bénéficier d’une vue dominante imprenable sur Bangkok tout en sirotant un cocktail. Ils sont nombreux à avoir ouvert ces dernières années, perchés sur un building.

Sirocco Bangkok

Sirocco Sky Bar

Les plus appréciés restent l’Octave à l’hôtel Marriot et le Sirocco, rendu encore plus célèbre par le film « Very bad trip 2 » en haut de la Lebua Tower.

J’avais fait ici un article, certes pas exhaustif, qui liste les principaux sky bars de Bangkok.

 

La grande roue de Bangkok

Installée à l’Asiatique the Riverfront, la Asiatique Sky Ferris Wheel est une grande roue qui offre des vues sympathiques sur sur le fleuve Chao Phraya qui traverse Bangkok et la ville.

Le ticket coûte 400 THB par adulte et 250 THB par enfant de moins d’1m20. Premiers tours de roue à partir de 17h.

 

Le temple de la Montagne Dorée

La Wat Saket surnommé « Temple de la Montagne Dorée«  car sur une petite colline au milieu de Bangkok et surmonté d’un chedi doré qu’on voit de loin, permet aussi de dominer la Cité des Anges. Par temps dégagé, sa vue à 360 degrés montre bien les disparités entre les quartiers d’immeubles modernes et ceux aux habitations plus modestes. On peut aussi voir quelques uns des temples les plus importants au loin.

Wat Saket

Le Wat Saket à Bangkok

Personnellement, j’apprécie particulièrement d’y monter en fin d’après-midi pour voir le soleil se coucher sur Bangkok puis la capitale illuminée (voir cette vidéo). Attention par contre, ça ferme à 19h.

 

Les piscines de toit

Une autre option plus décontractée pour prendre de la hauteur à Bangkok, c’est de se prélasser dans une des piscines extérieures sur le toit ou sur un étage élevé de plusieurs grands hôtels de Bangkok. Ils sont de plus en nombreux à avoir une « infinity pool » (piscine de l’infini) perchée.

Eastin Grand Sathorn bangkok

La piscine du Eastin Grand Sathorn à Bangkok

La plus réputées a longtemps été celle du Eastin Grand Sathorn Hotel mais il y en a d’autres notamment au So Sofitel, Okura Hotel, Avani Riverside, Continental Hotel et bien d’autres…

Evidemment, ces établissements sont des hôtels haut de gamme mais il existe des piscines sur le toit, certes moins élevées mais sympathiques, dans des hébergements à plus petit budget comme le Royal Hotel Chinatown.

Voilà, pour quelques suggestions, la seule vraiment petit budget étant l’ascension du Temple de la Montagne Dorée que je vous recommande chaudement le soir.

Si vous connaissez d’autres lieux sympathiques pour voir Bangkok de haut, n’hésitez pas à les partager en commentaires de cet article sur la page Facebook de Thailandee.com.

 


Gravir le mont Phu Kradueng et dormir dans une tente au sommet

Share This:

Dans tout ce que j’ai déjà fait en Thaïlande, il me manquait la nuit dans une tente au sommet d’une montagne à regarder le ciel étoilé et me lever tôt pour observer le lever du soleil sur une mer de brume matinale. Depuis ce week-end, et mon ascension du Phu Kradueng dans la province de Loei, c’est fait, enfin pas tout à fait car pas de de brume pour moi mais une vue dégagée. Superbe malgré tout.

lever de soleil  phu kradueng thailande

 

Le mont Phu Kradueng

Cette montagne est la plus connue de la province juste devant Phu Ruea. Elle est réputée pour ses vues matinales hivernales et attire pendant la saison fraîche des centaines de personnes, très majoritairement des thaïlandais, qui viennent faire la rude ascension jusqu’au sommet, dormir là-haut et se réveillent avant l’aube pour assister au lever du soleil. Il paraît que gravir le Phu Kradueng prouve la force de votre couple. Je l’ai fait seul 😉

Le Phu Kradueng se trouve à une soixantaine de kilomètres au Sud de la ville de Loei. Pour s’y rendre, si on n’est pas véhiculé, le plus simple et de prendre le bus 217 à destination de Khon Kaen, il y en a toutes les demies heures et de descendre à « Phu Kradueng ville ». Le trajet coûte 49 THB et dure 1h30. Là où le bus vous déposera, vous pourrez soit prendre le songtheaw rouge 4482 devant le poste de police en face pour 30 THB soit un tuk-tuk pour 160 THB (on peut monter à 4 maximum). Dans les 2 cas, vous passerez l’entrée du parc national à leur bord et devrez payer vos billets d’entrée avant de vous faire déposer au Visitor Center, un peu plus d’un kilomètre plus loin. Prix d’entrée pour un étranger : 400 THB par adulte et 200 THB par enfant.

 

Gravir le Phu Kradueng

Une fois dans le Visitor Center, vous pourrez éventuellement déposer des bagages à la consigne au point d’information (c’est gratuit) et je vous conseille de ne garder que ce dont vous avez besoin. Par praticité pour continuer mon périple, j’étais venu avec ma valise que je leur ai laissé en ayant mis ce dont j’avais besoin dans mon sac à dos. A gauche, vous trouverez les guichets pour vous acquitter du droit de dormir là-haut (30 THB par nuit par personne).

Un peu avant le contrôle des tickets, vous pourrez également confier tout ou partie de vos affaires aux porteurs qui les emmèneront au camp pour vous. Ce service coûte 30 THB par kilo. Pour tester et pouvoir vous dire exactement comment ça fonctionne, je leur ai laissé un kilo constitué de mes vêtements chauds.

porteurs phu kradueng

Vous voilà prêts pour le trek jusqu’au sommet. Reste à passer le point de contrôle, montrer votre ticket d’entrée, inscrire votre nom dans le registre… et gravir 5,5 kilomètres assez rude d’un chemin qui monte souvent de manière rude et fait de pierres, racines, escaliers… Bref, pas du tout un sentier de randonnée paisible !

 phu kradueng loei

Pas besoin de vous charger de victuailles, il y a en route plusieurs aires de repos, oui, un peu comme sur les autoroutes mais en plus basique, avec des restaurants. Un plat y coûte 50 THB (sachez dire en Thaï ce que vous voulez car

ici viennent très peu d’étrangers et les vendeurs parlent très peu voir pas du tout anglais), une boisson de 30 à 50 THB selon sa taille.

Attention, vous devez impérativement acheter votre billet d’entrée avant 13h30 et passer le point de contrôle au départ du trek avant 14h. Après, c’est interdit de monter pour s’assurer que vous n’arriverez pas après la tombée de la nuit. Car oui, il faut entre 3 et 5h pour faire les 5,5 kilomètres d’ascension. Personnellement, ça m’a pris 3h40 dont 20 minutes de pause déjeuner.

 phu kradueng thailande

Le premier kilomètre de montée est très exigeant, les derniers 1,8 km très très durs.

trek  phu kradueng thailande

Une fois en haut, criez votre joie, profitez de la vue, photographiez-vous devant le panneau « Phu Kradueng conqueror » et… repartez pour 3,5 kilomètres de marche sur un beau chemin de randonnée tout plat pour, enfin, arriver au camp de base. En tout, j’aurais mis 4h30.

sommet  phu kradueng loei

 

Passer la nuit au Phu Kradueng

Voilà, vous avez réussi, 9 km de marche dont plus de la moitié à grimper dans une forêt sur des chemins accidentés. Là-haut aussi, il y a un Visitor Center. Passage obligé pour vous enregistrer, réserver votre tente et obtenir votre équipement pour dormir. La location d’une tente coûte 200 THB par nuit et un set complet matelas, oreiller et sac de couchage coûte 80 THB par personne. Je précise qu’il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance. Le campement est immense, il y a assez de tentes pour tout le monde. Pour les bungalows par contre, c’est conseillé mais pas évident à faire depuis l’étranger sur le site internet des parcs nationaux de Thaïlande (surtout à cause du paiement). De toute façon, dormir dans une tente fait partie de l’expérience.

Une fois que vous avez réglé le prix de la location de votre bardas pour votre nuit de camping au Phu Kradueng, vous présentez votre reçu un peu plus loin et on vous remets ce que vous avez commandé et vous conduit à votre tente. Sachant qu’il est possible d’avoir votre propre tente et équipement et de l’installer là-haut.

Reste à récupérer vos affaires si vous les avez confiées à un porteur (elles peuvent arriver après vous) et à prendre vos quartiers.

camping  phu kradueng thailande

Dans le camp, il y a des toilettes et des douches avec eau froide hommes et femmes, des restaurants au fond et même une antenne relais réseau GSM. Ca capte d’enfer. D’ailleurs si vous avez des batteries à faire charger, vous pouvez les donner au Visitor Center. Ce service coûte 40 THB. Le centre ferme à 22h.

Le soir le campement est un peu éclairé mais en général tout le monde est dans sa tente à 20h. Seul le coin des restaurants est animé. Et n’oubliez pas de jeter un œil en l’air, vous verrez une superbe voûte céleste étoilée.

nuit étoilée  phu kradueng thailande

 

Lever du soleil et mer de brume

Pour assister au lever du soleil, le point d’orgue de toute visite du Phu Kradueng, il faudra être très matinal. Rendez-vous à 5h au Visitor Center pour partir en convoi au Nok An Cliff, le plus beau point de vue exposé à l’Est. Il y a 1750 mètres de marche.

Il n’y a plus qu’à prendre place et attendre que le soleil sorte de sommeil.

lever soleil  phu kradueng thailande

Pas de mer de brume pour moi, une vue dégagée mais un magnifique spectacle tout de même.

phu kradueng loei

Il fait, jour, retour au campement. A vous de voir si vous voulez explorer les cascades, il y en a de très belles notamment la Tat Hong Waterfall, et autres points de vue ou redescendre. Pour ma part, j’ai rendu matelas, oreiller et sac de couchage et retour en bas.

 phu kradueng thailand

Ce fut plus rapide d’une heure environ (petit-déjeuner de riz sauté compris) que l’ascension mais pas une promenade de santé, sauf les premiers 3.5 kilomètres. Dans la descente, les chevilles et genoux sont beaucoup plus sollicités.

 

Repartir du Phu Kradueng National Park

Une fois au Visitor Center en plaine, en sortant, allez au fond du parking, vous y trouverez les voitures rouges qui vous amèneront sur la route à l’endroit d’où prendre le bus. Dîtes simplement au chauffeur, « Loei » ou « Khon Khaen ». Selon votre destination, il ne vous déposera pas au même endroit.

Vous monterez alors dans le prochain bus 217 qui relie les deux villes. Il y en a toutes les demies heures comme pour venir. A noter que ce bus peux également vous déposer à l’aéroport de Loei.

 

Equipements pour Phu Kradueng

Il fait frisquet en haut la nuit, il est donc impératif d’avoir au moins une écharpe, un sweat chaud, idéalement avec capuche (sinon vous pourrez acheter pour 100 THB de jolis bonnets dans les boutiques à côté des restaurants disséminés le long de l’ascension), et des chaussettes. Et de bonnes chaussures car on ne monte pas le Phu Kradueng en tongs !

Prenez aussi une lampe de poche et une gourde car normalement, les bouteilles plastiques comme tout élément en plastique non réutilisable sont interdits dans les parcs nationaux en Thaïlande. Je dis normalement car au Phu Kradueng, ce n’est clairement pas appliqué.

Pour conclure, je dois vous dire que le trek jusqu’au sommet, si on peut le faire seul sans guide, il n’y a qu’un chemin possible, est assez exigeant. Ne vous engagez dans cette aventure que si vous êtes en forme et aimez marcher en montagne ou alors comme défi mais ne le faîtes pas seul dans ce cas là et démarrer l’ascension tôt. J’en ai fait des treks et des ascensions en Thaïlande, celle-ci est particulièrement ardue.

Le parc de Phu Kradueng est fermé au public en basse saison du 1er juin au 30 septembre en général.


Phénomène solaire au parc floral Rajapruek de Chiang Mai

Share This:

Depuis quelques jours, il y a un phénomène spectaculaire qui attire plus de visiteurs au parc floral royal Rajapruek, un peu à l’extérieur de Chiang Mai : le soleil, avant de se coucher, passe dans alignement exact des 2 portes latérales du pavillon royal. Ce devrait être le cas jusqu’au 10 décembre prochain.

royal park rajapruek

 

Le phénomène solaire du pavillon royal

J’ai toujours préféré visiter ce parc situé à une dizaine de kilomètres de Chiang Mai en fin d’après-midi pour avoir les jolis reflets dans l’étang qui se trouve devant le pavillon royal Ho Kham Luang (voir photo plus bas) mais cela fait une raison de plus pour choisir ce moment de la journée pour venir ici.

Ca ne dure qu’une vingtaine de minutes (de 16h50 à 17h10 à peu près) donc il ne faut pas rater son coup.

parc royal rajapruek chiang mai

Ne vous placez pas en face du pavillon perché sur sa petite colline au fond du parc mais sur son côté droit. Le soleil viendra vous faire un clin d’oeil à travers la porte centrale de la façade Est du pavillon.

C’est le parc lui-même qui a partagé les clichés du phénomène sur sa page Facebook, photos que je reprends dans le haut de cet article.

 

Le Parc Royal Rajapruek

Le parc royal Rajapruek a été construit pour commémorer le 60ème anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej (Rama IX) au trône ainsi que le 80ème anniversaire de Sa Majesté.

rajapruek chiang mai

Pavillon royal du Rajapruek Royal Floral Garden

Il est ouvert tous les jours de 9h à 18h. Le prix du billet d’entrée pour un adulte est de 200 bahts et 150 bahts pour un enfant.

C’est d’ailleurs le bon moment pour visiter le Royal Park Rajapruek qui fait son Flora Festival annuel jusque fin février.

Vous retrouverez pus d’informations sur cette page.

Je ne sais pas si cela se reproduira et quand, pour ma part, c’est la première année que j’entends parler de ce phénomène. En attendant, ça dure jusqu’au 10 décembre.

Cela ne vaut pas le phénomène solaire du Phanom Rung qui a lieu 4 fois par an mais ça vous fera toujours une photo unique. En espérant que la météo soit de la partie et que vous arriviez à faire des photos sans difficulté car la foule risque d’être chaque jour plus nombreuse. Si vous y allez pour l’occasion, n’hésitez pas à partager vos photos sur le groupe Facebook « Thaïlande: questions / réponses ».

Vous pouvez aussi, juste avant de visiter le parc, aller faire un tour au superbe Wat Phra That Doi Kham, temple perché sur une colline juste derrière.

 

 


La communauté de Ban Nam Chiao à Trat

Share This:

L’immense majorité des touristes qui viennent à Trat à l’Est de la la Thaïlande se ruent vers les îles, certes très sympathiques, ou alors vers le Cambodge voisin, pourtant à simplement 8 kilomètres de la ville, sur la route vers l’embarcadère principal pour Koh Chang, se trouve une petite communauté, Ban Nam Chiao, entre mer et terre. J’y ai passé 24 heures, il y a quelques jours…

ban nam chiao thailande trat

Le pont du canal de Ban Nam Chiao

 

Ban Nam Chiao

J’avais programmé ma journée et nuit dans un homestay à Ban Nam Chiao (บ้านน้ำเซียว) depuis plusieurs semaines. Les photos et surtout le programme des activités proposées par cette communauté qui accueille des touristes depuis quelques temps me faisaient vraiment envie et ce fut 24 heures très enrichissantes avec de belles rencontres.

Il y a une ligne de songthaew (camionnette qui sert de bus local) régulière qui vous amène du Terminal des Bus de Trat à Ban Nam Chiao pour 20 THB mais il faut attendre qu’ils fassent le plein de passagers, j’ai préféré en avoir un pour moi seul qui parte tout de suite pour 120 THB. Il faut compter une vingtaine de minutes pour rejoindre le point de rendez-vous que m’avait fixé Fon avec qui j’étais en contact via la page Facebook de la communauté (voir plus bas): le sanctuaire chinois.

ban nam chiao

Le temple chinois, point de rendez-vous

Arrivé à 8h30, je fus accueilli par 3 jeunes femmes, Kan, Tim et Fon, les 3 seules personnes qui parlent un minimum d’Anglais. Après un petit tour dans le sanctuaire chinois, direction le canal et le pont arrondi emblématique de Ban Nam Chiao. Avec ses marchands sa mosquée et ses bateaux, c’est le coeur de cette communauté où musulmans et bouddhistes vivent en harmonie parfois au sein de la même famille.

 

Activités et découvertes

Je rencontre plusieurs villageois tous très accueillants et heureux de voir un farang (occidental) venir leur rendre visite avant d’embarquer sur un longtail boat avec deux de mes trois accompagnatrices, le pilote du bateau et un jeune homme assis à la proue du bateau.

ban nam chiaew

Nous longeons les mangroves, apercevant régulièrement des rapaces et parfois des oiseaux plus colorés avant d’atteindre la pleine mer.

aigle thailande

Koh Chang et la plage de White Sands Beach se trouvent en face mais se prélasser sur la plage n’est pas le but de ce séjour. Nous jetons l’ancre. Le jeune homme à la proue, enlève son T-Shirt et se jette à l’eau. Il plonge puis remonte les mains pleines de coquillages étranges surnommés les « becs de canards ».

coquillages duck bunk thailande

En quelques minutes, il en remonte près d’un kilo. Ils sont enfouis dans le sable. Il m’invite à faire de même, j’hésite un peu.. avant de finalement décliner son offre. Je n’avais pas compris qu’il fallait plonger pour récupérer ses coquillages et n’ai pas de maillot de bain. Mais si vous venez préparez-vous mieux que moi, des lunettes de plongée peuvent aussi être pratiques même si le plongeur du village lui n’en possède pas.

ban nam chiao

Au retour, nous débarquement sur une petit chemin cimenté qui mène au village à travers les mangroves. Pour le déjeuner, je me retrouve devant un Tom Yum, une omelette, des légumes et crevettes sautés, un excellent poisson frit accompagnés de riz, le tout concocté par Pa Tim pendant notre tour en bateau.

Le repas fini, l’appel à la prière de midi retentit sur le canal, ce sera l’occasion d’aller voir l’intérieur de la mosquée bicentenaire.

Puis, pour le dessert, près du pont de la route principale, nous retrouvons une petit marchande qui vend des khnom dok bua, littéralement gâteaux fleurs de lotus. A base de pâte à beignet, ils doivent leur nom à leur forme. C’est la première fois que j’en voyais et en mangeais et j’avoue que j’ai beaucoup aimé et adorerai en retrouver dans mes pérégrinations futures.

Plus loin, un magasin avec une grande variété de chapeaux et produits de vannerie attire mon attention. Ses produits artisanaux sont magnifiques. La marchande m’encouragent à essayer plusieurs chapeaux dont une sorte de casquette en palmes de cocotier. Je fais un petit selfie que je trouve amusant et le mets en photo de profil sur Facebook. Il ne passera pas inaperçu…

chapeaux thailande

Après, une courte sieste au homestay où je passerai la nuit, Pa Tim et Fon m’emmènent justement voir la fabrication de ces chapeaux en face du temple bouddhiste de Ban Nam Chiao. Dans une petite maison sans enseigne ni signe extérieur particulier, deux jeunes femmes confectionnent les fameux couvre-chefs. La technique est bien rodée et mélange tressage et couture.

ban nam chiao community thailand

Puis, on me prête un vélo pour me balader dans les environs jusqu’au soir où il est impératif d’être sur le canal pour de jolies photos au coucher du soleil. Malgré un ciel un peu couvert peu propice aux plus beaux clichés, je fais quelques clichés avant le dîner dans mon homestay avec Pa Tim, mon hôte.

coucher soleil thailande ban nam chiao

Le lendemain, je dois déjà repartir mais pas sans aller voir Pa Téo qui m’a invité la veille à venir faire des khao kriap ya na, galettes de riz très fines qui grillées et couvertes de caramel de sucre de coco, d’un mélange de carottes et noix de coco râpées et de fines herbes me feront un excellent petit déjeuner.

khao kraip ya na thailande

Il est tant de partir vers d’autres horizons avec de jolis souvenirs plein la tête et les cartes mémoire de mon appareil photo et de mon téléphone. Au moment des adieux, le mari de Pa Tim m’offre le chapeau que j’avais essayé la veille et qui avait eu son petit succès sur Facebook. Un cadeau qui m’a beaucoup touché.

Un grand merci à eux pour leur accueil ! A aucun moment, je me suis senti un client parmi eux.

 

Comment séjourner à Ban Nam Chiao ?

Le plus simple pour venir partager la vie de cette communauté très accueillante est de les contacter en Anglais via leur page Facebook : https://www.facebook.com/NamchieoCommunity/

Passer 24 heures ici avec toutes les activités, les repas et le couchage compris, coûte 990 THB par personne si vous êtes au moins 4 et 1190 THB si vous moins de 4. Un prix plus que raisonnable pour l’expérience humaine et la diversité des activités proposées.

Évidemment, la réussite de ce genre de séjour chez l’habitant un peu intégré la vie d’une communauté locale dépend beaucoup de vous. Plus vous êtes ouverts d’esprit et curieux, plus le partage sera riche. La communication sera un peu difficile car à part les 3 accompagnatrices dont je parle au début qui parlent un Anglais très limité mais avec gestes et appui de Google Traduction, on arrive à s’en sortir, le reste du village ne parle pas la langue de Shakespeare.

Le programme est maintenant réglé avec des horaires (surtout indicatifs), ils vous l’enverront dans vos échanges de mails. Le voici.

ban nam chiao trat

ban nam chiao community

 

Je vous donne rendez-vous bientôt sur ma chaîne Youtube pour une vidéo de mon séjour à Ban Nam Chiao.

 


Thaïlande hors des sentiers battus : Pua (province de Nan)

Share This:

J’essaie de plus en plus de sortir des sentiers battus en Thaïlande et de découvrir, et vous faire découvrir, des endroits dont on ne parle que très peu dans les guides. Pua, à une soixantaine de kilomètres au Nord de Nan est de ces destinations presque inconnues des touristes étrangers qui valent vraiment le détour mais chut…

pPua nan nord thailande

Pua dans le Nord de la province de Nan (Nord de la Thailande)

 

Pua, nature et montagne

La localité de Pua ปัว (prononcez bpoua, c’est ce qui se rapproche le plus de la prononciation thaïe) se trouve à une soixantaine de kilomètres au Nord de de Nan. Si la ville en elle-même n’a pas un charme fou, les alentours de champs, montagnes et cascades sont vraiment très agréables. Si vous aimez la nature, vous adorerez Pua !

C’est pendant la saison du riz (de juillet à début novembre) que c’est le plus agréable de passer quelques jours à Pua. Les rizières sont encore superbes et si vous y êtes au début ou à la fin, vous pourrez voir et participer à la repique du riz ou à la récolte. Moi, j’y étais début novembre.

récolte riz thailande

récolte du riz en Thailande

récolte du riz Pua Nord Thailande

Récolte du riz à Pua

Je vous recommande d’oublier les hôtels à Pua et de séjourner dans un homestay planté au milieu des rizières et vous balader à vélo pour rejoindre à peu près tous les coins intéressants de la vallée ou dans un autre homestay perché dans la montagne. Vous pourrez même dormir dans un temple avec vue sur les champs si vous voulez (voir mes bonnes adresses plus bas).

 

A voir à Pua et autour de Pua

Comme dit la ville, outre une Walking Street du week-end qui semble sympathique (je n’y étais pas un week-end), ne présente pas un grand intérêt. On vient surtout à Pua pour les alentours, les champs, les montagnes et les cascades.

 

Wat Phuket

Toutefois, en ville, le Wat Phuket est un incontournable. Il offre une jolie vue dominante sur les rizières (récoltées pour la plupart quand j’y étais) et les charmants petits cafés et boutiques en bambou et chaume de riz en contrebas.

wat phuket pua thailande

Le temple en lui-même possède un joli hall d’ordination et un Bouddha assis installé devant un arbre majestueux. Il propose un « temple stay », c’est à dire des chambres, qui donnent sur les rizières. Je n’ai pas réussi à avoir confirmation sur place mais il semble que le tarif soit de 500 THB par nuit.

bouddha wat phuket pua

 

La cascade de Sila Phet

Si on est loin des impressionnantes cascades à étages que possède la Thaïlande, celle de Sila Phet à une quinzaine de kilomètres du centre ville est agréable pour se rafraîchir. Son premier bassin a de l’eau toute l’année.

cascade sila phet nan pua thailande

cascade sila petch

Elle est très prisée par les habitants le week-end. Vous y trouverez des petits restaurants et pourrez louer des bouées pour vous enfants. L’entrée est libre.

 

La cascade de Tad Luang

Moins de 10 kilomètres plus loin, se trouve la Tad Luang Waterfall, une cascade qui possède une concentration étonnante de poissons.

cascade tat luang

tad luang waterfall

Beaucoup moins fréquentée que Sila Phet en semaine, elle est également très populaire le week-end. Entrée : 40 THB par adulte et 20 THB par enfant.

 

Wang Sila

Autre coin pour patauger dans la rivière mais plus proche de la ville, Wang Sila vaut sourtout pour la petite route qui y mène et longe les rizières avec les montagnes en arrière-plan. Pendant la saison du riz, c’est magnifique (photo tout en haut de l’article) ! Au bout, vous arrivez à une petite cascade cimentée mais ce sont surtout le petites gorges en amont accessibles par un petit sentier à gauche, après le pont, qui sont intéressantes.

wang sila pua

Soyez prudent les rochers sont glissants. Ne vous approchez pas trop du bord, une chute peut vite arriver, il n’y a aucune barrière de protection.

 

Le Wat Sri Mongkhon

Une peu dans le même esprit que le Wat Phuket mais plus grand et plus intéressant en lui-même, le Wat Sri Mongkon est à une quinzaine de kilomètres hors de la ville et domine également les rizières avec un café de passerelles en bambou également.

wat sri mongkhon pua thailand

Le temple est assez joli également et possède des statues représentant les fameux « chuchoteurs » dont la peinture sur les murs du Wat Phumin à Nan est devenu l’emblème de la province.

wat sri mongkhon pua wat sri mongkhon pua province nan

Là aussi, la vue est plus belle pendant la saison du riz, quand j’y étais, les rizières en bas étaient déjà récoltées.

 

Les salières de Bo Kluea

De tous les endroits que je cite dans cet article, Bo Kluea est l’endroit le plus éloigné de Pua. Il faut être véhiculé pour parcourir les 62 km de route de montagne qui y mènent ou prendre le songthaew qui fait la liaison.

bo kluea nan thailande

S’il est intéressant de voir comment l’eau salé est extraite des puits puis chauffée pour obtenir les cristaux d’un sel qui ne maque pas de saveur, je ne suis pas sûr que cela vaille les 2 heures de route aller-retour en voiture (plutôt 1h30 en songtheax). Sauf si vous voulez faire le plein de sel. Le sac d’1,5 kg coûte seulement 20 THB. Par contre, avec une nuit sur place, ça peut déjà plus valoir le coup. La vallée est jolie. Faudra que j’essaie une prochaine fois…

 

Mes bonnes adresses à Pua

Farm School Homestay

Je commence par mon énorme coup de coeur, un endroit où je retournerai sûrement : le Farm School Homestay. Cette école qui pprend aux enfants de la région tout le travail de la culture du riz est située à moins de 10 km du centre de Pua et dispose de chambres et bungalows installées dans les rizières.

farm school homestay nan

Vous avez différents niveaux de confort et des chambres familiales ou pour deux. Ma préférée est la chambre en bambou sans murs avec les rizières à perte de vue en face du lit. C’est là que j’ai dormi et bien dormi pour me réveiller dans la brume matinale. La salle de bain était sous la chambre.

farm school homestay pua thailande

Ma chambre au Farm School Homestay

Ceux qui veulent des murs, choisiront une des chambres voisines dans de belles cabanes en bois et notamment la version familiale sur 2 étages. Les prix varient de 600 à 2000 THB (ma chambre était à 800 THB).

homestay pua thailand

Chambre familiale sur 2 étages

La gérante parle suffisamment Anglais pour se faire comprendre. Le Farm Shool Homestay est aussi idéalement placé pour visiter les environs à vélo (location 20 THB). La cascade de Sila Phet est à moins de 5 kilomètres, Wang Sila, pas tellement plus loin, le Wat Phuket à 8 km, la Wat Sri Mongkhon 8 km également, les cascades de Tad Luang à 10 km.

Pour réserver, vous pouvez les contacter via leur page Facebook : https://www.facebook.com/homestayfarmerschool/

Il faudra leur faire un virement bancaire du prix de la chambre ensuite (oui, je sais, depuis l’étranger, ça vous générera des frais qui feront monter le prix de la chambre mais pour un endroit comme ça, je vous assure que restera une affaire !).

 

Skadee Homestay

Perché dans les montagnes au Doi Sakat à 25 km de Pua, ce homestay dans une maison en bois est idéal si vous voulez vous couper de la ville et vous ressourcer.

skadee homestay pua thailand

Sa terrasse, vous offrira un cadre incroyable le soir pour dîner au coucher du soleil ou le matin pour le petit-déjeuner. Au menu café, thé ou infusion au gingembre, production locale. Tous les repas servis ici sont préparés avec les produits cultivés par la communauté et composé de spécialités qui leur sont propres que vous n’aurez probablement pas l’occasion de déguster ailleurs.

homestay montagnes pua thiailande

Perché là-haut, on pourrait se dire qu’on va s’ennuyer la journée mais le propriétaire pourra vous proposer 5 tours dans les environs à la découverte de cascades, de vues exceptionnelles et même un night safari. Je n’ai fait que prendre le petit-déjeuner car c’était complet mais j’ai très envie de revenir un jour quand j’en aurais marre de la tension et du stress que c’est de gérer un groupe Facebook 😉

Là aussi, le plus simple c’est de contacter le propriétaire qui parle Anglais via la page Facebook du homestay : http://ow.ly/YOco30mCIbu

A noter qu’il peut vous récupérer directement à l’aéroport de Nan ou à Pua à la descente du bus.

Si ces deux adresses sont complètement inconnues des farangs, elles sont très appréciées par les Thaïlandais, il est donc recommandé de vous y prendre plusieurs semaines voire mois à l’avance pour réserver.

 

Comment venir à Pua ?

Vous rendre à Pua en transports en communs est assez facile. Il faudra d’abord rejoindre Nan, en avion ou en bus (vous avez tous les options de transports pour Nan ici).

Ensuite, du Terminal des bus de Nan, vous avec le choix entre le bus rouge 2187.

bus nan pua thailand

Ou les songthaews bleus de la ligne 2494 qui stationnent tout au fond du terminal.

songthaews nan pua thailande

Les songthaews sont plus fréquents (un toutes les heures) mais le bus est plus pratique si vous avez de gros bagages. Tous deux mettent 1h30 en moyenne pour rejoindre Pua pour un prix identique de 50 THB par personne.

C’est vraiment une jolie escapade à ajouter au programme de votre prochain voyage en Thaïlande pendant la saison du riz. Elle vient de s’achever pour cette année mais recommencera en juillet.

N’hésitez pas à mettre un petit « J’aime » sur ma page Facebook pour voir passer mes autres partages et découvertes.

 


Petits spas surprenants en Thaïlande : sum gaï spas

Share This:

En Thaïlande, on fait souvent de grandes choses avec peu de choses et les sum gaï spas en sont un exemple parmi tant d’autres. Si leur concept est amusant et en fait une curiosité qu’on n’oublie pas, ils n’en restent pas moins des lieux de détente et relaxation conviviaux à petit budget. Laissez-moi vous les présenter pour ceux qui n’auraient pas encore vu ma vidéo sur ma chaîne Youtube (voir plus bas).

Spa surprenant en Thaïlande

Connaissez-vous les sum gaï spas en Thaïlande ?

 

Les sum gaï spas, kezaco ?

Les spas sum gaï สปาสุมไก่ (prononcez sapa soum guaï) sont des établissements qui tirent leur nom de leurs petits saunas un peu particulier composés de cloches qui vous recouvrent laissant seulement votre tête dépasser.

Ces cloches sont en fait des cages en bambou tressés utilisées de longue dates pour enfermer un coq d’élevage qui s’appellent justement sum gaï. L’idée ici a été de les recouvrir d’une couverture isolante et de laisser un ouverture pour la tête.

spas individuels thailande

Les petits spas individuels suspendus

Le client est installé sur un petit tabouret avec à ses pieds un petit chaudron d’eau frémissante avec différentes herbes et écorses qui diffuse vapeur et senteurs dans la cage à coq modifiée. Au bout de quelques minutes, on a bien la sensation d’être dans un petit sauna individuel et si on arrive à oublier un peu la situation et se détendre, c’est très relaxant !

sum gai spa thailande

Personnellement, je n’ai pris qu’une session que 30 minutes (70 THB, là où j’étais). Une heure (120 THB) dans cette position qui permet peu de mouvements, peut paraître peut-être un peu long.

 

Où trouver ces spas en Thaïlande ?

Voici quelques adresses de spas sum gaï en Thaïlande. Ils sont souvent dans des petites communautés en dehors des grandes villes. Le spa que j’ai testé et filmé se trouve à une dizaine de kilomètres de la ville de Nan dans le Nord de la Thaïlande donc assez facile à rejoindre comparé aux autres.

  • Spa Sum SamunPhrai Ban Nawa Ra Sot สปาสุ่มไก่ สมุนไพรบ้านนวราษฏร์ (Nan)
    C’est celui que j’ai testé. je suis tombé dessus par hasard, il a ouvert il y a moins de 4 mois.
    -> Vous pouvez les contacter en Anglais via leur page Facebook : http://ow.ly/NrhN30mzGt7
    -> Emplacement sur GoogleMap: https://goo.gl/maps/GnShbL5Ugg62
  • Spa Sum Gai du Chong Chang Tune Live Ecomuseum (Trat)
    C’est, je crois le plus connu de ces spas, en tout cas celui qui a mis cette technique sur le devant de la scène et qui me l’a fait connaître. L’écomusée qui héberge le spa se trouve dans le district de Bo Raï à un peu plus de 40 km au Nord de la ville de Trat.
    -> Emplacement GoogleMap: https://goo.gl/maps/7t14ttDYZXr
    -> Page Facebook: https://www.facebook.com/changthun.ecomuseum.th/
  • Spa de la Baan Samkha Community บ้านสามขาโฮมสเตย์ (Lampang)
    Cette communauté à une trentaine de kilomètres de la ville de Lampang propose aussi ce type de spa depuis peu.
    -> Page Facebook: https://www.facebook.com/baansamkha/
    -> Emplacement GoogleMap: https://goo.gl/maps/i6xoKDDBd7o
  • Ran Wai Lotus Spa Sum Gai ร้านไวท์โลตัส สปาสุ่มไก่ (Phayao)
    -> Page Facebook : http://ow.ly/15Rt30mBW06

Ma liste n’est certainement pas exhaustive. Je la rallongerai si j’en découvre d’autres. Nul doute que ça va se développer car c’est amusant et assez populaire.

N’hésitez pas à me suivre sur la page Facebook de Thailandee.com pour d’autres découvertes pour pimenter un peu votre voyage en Thaïlande.

 


C’est la saison des tournesols en Thaïlande !

Share This:

En Thaïlande, il y a les endroits touristiques qu’on peut visiter toute l’année et certains plus éphémères car dépendants de la saison. Saison du riz, saison des pluies ou saison de la floraison des arbres ou des champs comme en ce moment où le jaune des tournesols recouvre beaucoup de champs du Centre et du Nord de la Thaïlande.

tournesols-field-mae-hong-son

 

Dans les montagnes du Nord de la Thaïlande

La saison du riz va s’achever bientôt dans les montagnes du Nord de la Thaïlande mais ce n’est pas pour autant que les paysages sont tristes. Bien au contraire, certaines montagnes notamment vers Mae Hong Son vont bientôt se recouvrir de tournesols jaunes offrant un paysage magnifique qui attire beaucoup de touristes… thaïs.

24484051d4ed585af46207211bd34e7d

Khun Yuam

Originaire d’Amérique centrale et des Caraïbes, les Dok Bua Tong auraient été amenés en Thaïlande par des missionnaires chrétiens et s’appelaient auparavant Bung Tong ou Tournesol mexicain.

Le spot le plus connu et a priori le plus beau pour voir les Dok Bua Tong, c’est au sommet de la montagne Doi Mae U-Kor dans le district de Khun Yuam à 67 Km au sud de Mae Hong Son (voir carte). La floraison devrait durer jusque mi-décembre.

carte khun yuam

Je n’y suis encore jamais allé mais l’an passé, j’avais collecté les informations nécessaires car je comptais m’y rendre. Elles ont servi à d’autres.

Si faire l’aller-retour juste pour voir les champs des fleurs n’est peut-être pas une bonne idée vue la durée du trajet depuis Chiang Mai, si vous allez bientôt vers Mae Hong Son, pourquoi pas y faire étape à l’aller ou au retour.

Pour s’y rendre, le mieux, c’est clairement d’être véhiculé. Sinon, il y a des minivans de la compagnie Prem Pracha qui partent du Arcade Bus Terminal de Chiang Mai , terminal des bus principal de la ville et vont à la localité de Khun Yuam puis continuent sur Mae Hong Son et bien sûr font le trajet dans le sens inverse. Voici leurs horaires.

  • Chiang Mai – Khun Yuam départs à 07:00 – 11:00 – 13:00 – 14:00 (minivan – durée 5h30 – prix 310 THB) ou 08:00 (bus local – durée 7h30)
  • Khun Yuam – Mae Hong Son départs à : 09:00 (minivan – durée 2h) et 15:30 (bus local  – durée 2h)
  • Mae Hong Son – Khun Yuam départs à : 09:00 (minivan) et 15:30 (bus local)
  • Khun Yuam – Chiang Mai départs à 06:00 – 07:00 – 14:00  (mivivan – durée 5h30 – prix 310 THB) ou 09:30 (bus local – durée 8h)

Une fois, sur place, il faudra trouver comment aller jusqu’aux champs (à 30 km de la localité de Khun Yuam). Et pour ça le mieux est de réserver une chambre avant car là-bas a priori impossible de louer un scooter. Par contre, les guesthouses et resorts de Khun Yuam peuvent vous proposer une voiture avec chauffeur pour aller voir les champs de fleurs et éventuellement une cascade en plus pour un prix de 1300 à 1500 THB.

J’en ai contacté deux mais je vous mets plusieurs adresses que j’ai trouvées en mettant une astérisque devant ceux que j’ai appelés et qui parlent un peu Anglais :

  • (*) Baan Farang Guesthouse & Resort qui semble le plus pratique car facile à rejoindre depuis là où vous déposera le van ou le bus. Chambre à 700 THB.
    Propose voiture avec chauffeur pour les champs à 1000 THB et 1300 THB avec une cascade en plus.
    Tel : 053 622 086 – Page Facebook : www.facebook.com/banfarang

  • (*) In Paradisum Resort dans un cadre plus joli car hors de la bourgade de Khun Yuam mais du coup il faudra voir pourqu’ils viennent vous chercher une fois descendus du bus ou van. Bungalow à 600 THB. Voiture pour aller voir les champs à 1500 THB.
    Tel : 086 359 5485 (mobile) – Site web : www.inparadisumresort.net 
  • Yoont Hotel qui semble également dans la bourgade de Khun Yuam donc facile à rejoindre en descdant du bus. Chambre à 900 THB.
    Tel : 053 691 531 – Pas de site web 
  • Khun Yuam Resort situé dans la montagne donc voir avec eux avant si vous n’êtes pas véhiculés. Chambre à 700 THB.
    Tel : 089 432 1032 (mobile) – Pas de site web

Sinon, pour plus d’informations, vous pouvez contacter le bureau de l’Autorité Touristique de Thaïlande (TAT) de Mae Hong Son au 053 612 982.

Attention, cet endroit est hors des sentiers battus et les touristes qui viennent ici sont très majoritairement thaïs ce qui veut dire que si vous n’avez pas votre propre voiture ou moto pour venir, cela peut être un peu compliqué pour vous à organiser notamment à cause de la barrière de la langue. Je pense que ce petit trip s’adresse  surtout aux habitués du voyage en Thaïlande.

 

Les tournesols dans le centre du Pays

Sinon, les champs de tournesols, la variété qu’on connait en Europe, sont aussi en fleurs à la même période dans le Centre de la Thaïlande.

La saison du tournesol dans les provinces de Lopburi et de Saraburi commence normalement vers le mois de novembre et se poursuit jusqu’en janvier ou février, selon les conditions météorologiques. Chaque ferme des deux provinces plante les tournesols à tour de rôle de manière à ce qu’il y ait en permanence au moins une zone en fleurs durant cette période.

tournesols thailande

Champs vers Lopburi

Chaque champ de tournesol est en floraison pendant environ 10 jours et la plupart des fermes permettent aux visiteurs de rentrer gratuitement. Certains peuvent fournir des services supplémentaires comme l’exploration du champ sur un mini tracteur et évidemment vous proposeront à la vente leur huile de tournesol et des graines ainsi que des fruits, de la nourriture et des boissons.

Voici quelques-uns des meilleurs endroits pour voir les champs de tournesols à Lopburi et Saraburi selon l’Office du Tourisme:

  • Province de Lopburi : districts de Phatthana Nikhom, Chai Badan et Khok Samrong et l’endroit le plus célèbre donc,  les champs autour de Khao Chin Lae, où la montagne de calcaire fournit une toile de fond impressionnante pour le vaste paysage de belles fleurs jaunes.
  • Province de Saraburi : Khao Din Phattana à Amphoe Chaloem Phra Kiat, Nayao à Amphoe Phra Phutthabat, Hinson à Amphoe Kaeng Khoi, Salaengpan à Amphoe Wang Muang, Ban Kluai à Amphoe Nong Don et Amphoe Muak Lek.

Si vous voulez plus de précisions et savoir où aller exactement en fonction de vos dates, vous pouvez appeler le bureau de la TAT de  Lopburi au 036 770 096.

Là aussi, pour en profiter, il faudra avoir votre propre moyen de transport sinon ce sera plus compliqué d’atteindre les champs en question.

Si vous y allez, n’hésitez pas à partager vos photos sur le groupe Facebook « Thaïlande: questions / réponse ».


Reportage : le marché de Chatuchak à Bangkok (Arte)

Share This:

Le marché de Chatuchak à Bangkok est le plus grand marché de Thaïlande. Impressionnant par sa taille, il impressionne aussi par l’incroyable diversité des produits que l’on y trouve sans oublier les stands de nourriture et boissons (dont les vendeurs de thé qui virevoltent en une chorégraphie bien réglée). C’est pour tout ça et plus encore qu’en plus d’être un marché très fréquenté par les Bangkokois, il est devenu une vraie attraction touriste. Arte y consacrait un numéro de 360° Géo hier dont voici le replay.

chatuchak market

Vue aérienne du Chatuchak Market

 

Un marché du week-end mais pas que…

C’est vrai que c’est le week-end (samedi et dimanche) que Chatuchak attire et intéresse le plus de monde. Il s’est fait sa réputation comme marché du week-end, c’est là qu’il prend toute son ampleur mais n’est jamais complètement en veille. par exemple du mardi au jeudi, il devient un marché aux plantes et aux fleurs.

L’émission de 42 minutes vous plonge au coeur de cet incroyable dédale d’allées réunissant plus de 15.000 stands organisé en 27 quartiers par type de produits.

On y rencontre des vendeurs, la Street Food de Bangkok, des créateurs, les fruits typiques de la région, des artistes, les « jongleurs de thé »… avec quelques digressions notamment sur la culture du durian pu des orchidées. Vous y apprendrez même à capturer un petit serpent 😉

Un reportage intéressant qui vous permettra de tirer le maximum de votre prochain visite de ce marché qui est le plus grand et probablement le plus connu de Thaïlande.

 

Se rendre au marché de Chatuchak

Pour ceux à qui ce reportage aura donné envie d’aller au Chatuchak Market, voici comment y aller en utilisant les transports de Bangkok:

  • métro aérien (BTS) : arrêt Mo Chit
  • métro souterrain MRT: arrêt Chatuchak

A noter que le JJ Green market, marché de nuit voisin a récemment fermé.


Thaïlande: limitation du nombre de visiteurs à Koh Tarutao

Share This:

Après les îles Similan à leur réouverture annuelle pour la haute saison, le 15 octobre dernier, le parc national de Tarutao, dans la province de Satun dans le Sud de la Thaïlande, a également instauré un système de quotas pour limiter le nombre de visiteurs quotidiens afin de préserver l’environnement et les plages du parc maritime.

koh tarutao thailande

Le parc de Koh Tarutao limite aussi le nombre de visiteurs quotidiens (photo: amazingthailand.com)

 

Limitation à 1200 visiteurs quotidiens

Le chef du Parc National de Tarutao, Kanchanapan Kamhaeng, a annoncé que le nombre de visiteurs dans le parc national augmentait régulièrement au fil des ans et que cela présentait un danger pour la préservation de l’environnement, les récifs coralliens et la vie aquatique dans le parc. Ainsi pour les protéger; certaines restrictions viennent d’être mises en place.

Dorénavant, voici les quotas journaliers de touristes autorisés:

  • 500 visiteurs par jour seront autorisés à Hat Sai Khao
  • 700 à la baie d’Ao Kamnan où les bateaux seront interdits sur la plage
  • 100 visiteurs par jour seront autorisés à Koh Pai
  • 200 visiteurs à Koh Hin Ngarm

Il n’y a pas de précision sur l’organisation détaillée qui est mise en place pour gérer ces quotas mais il semble que ce soit comme aux îles Similans, aux agences d’aller faire la queue au guichet chaque matin avec leur liste de passagers et leurs arrêts pour obtenir les tickets jusqu’à ce que chaque quota soit atteint.

En attendant, le fameux système de e-tickets annoncé cet été mais qui pour l’instant n’est toujours pas en place…

 

Plongée de nuit interdite à Koh Tarutao

La plongée de nuit et aucune activité d’observation du coucher de soleil ni aucun arrangement de pierres sur l’île de Koh Ngarm ne sont désormais autorisés dans le parc.

Pour les couchers de soleil, le début de cette vidéo, vous permet de contempler ce que vous ne pourrez plus voir maintenant.

Si la logique et les annonces faites cet été sont suivies, la baie de Phang Nga (célèbre notamment pour la James Bond island) devrait être la prochaine à voir un système de quotas mis en place. Tandis que Maya Bay à Koh Phi Phi est toujours fermée indéfiniment (voir cet article).

Cette année les autorités semblent afficher une volonté inflexible de mettre en place des mesures, certes très impopulaires auprès des opérateurs locaux (ceux qui emmènent les touristes aux Similans ont fait une grève de 2 jours après la mise en place des quotas) mais indispensables pour ne pas dégrader la nature exceptionnelle de ces sites de manière irreversible.

Il ne manque plus qu’un système plus performant de gestion de ces quotas et on pourra tirer un grand coup de chapeau au Département des Parcs Nationaux de Thaïlande (DNP) pour avoir enfin pris le problème à bras le corps.

Car; à l’hure actuelle, pour les touristes, il est vrai que pour les débuts de ces mesures créent une incertitude sur leur possibilités de vraiment visiter ces sites lors de leur voyage en Thaïlande.


Fièrement propulsé par WordPress