Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

Suivre l’évolution de l’épidémie de coronavirus COVID-19 en Thaïlande

Share This:

Comme le site est très bien fait, clair, et bien qu’en Anglais, assez facile à comprendre, j’invite tous ceux qui voudraient suivre les chiffres officiels de l’évolution de l’épidémie de COVID-19 en Thaïlande à consulter quotidiennement le site : https://covid19.th-stat.com/en.

Site du Ministère de la Santé

Ce site a été créé par le département de Contrôle des maladies sous l’égide du Ministère de la Santé thaïlandais dont on voit le logo en haut de la page.

Vous y trouverez les statistiques du jour de cas confirmés de COVID-19 en Thaïlande depuis le début, de personnes guéries (remedied), personnes hospitalisées et décès (deceased) avec à chaque fois entre parenthèses la progression par rapport à la veille.


Il y a aussi une carte de répartition des cas et un tableau des par provinces.

Les données sont en général mises à jour vers 11h – midi heure thaïlandaise soit 6 – 7h en France.

Pour ma part, je ne mettrai plus à jour mon article que de manière irrégulière. Car en fait, mes mises à jour consistent à actualisés les chiffres indiqués quotidiennement sur ce site.


Phuket : interdit de quitter son sous-district à partir du 13 avril

Share This:

Après avoir fermé l’île puis le quartier de Patong en contrôlant strictement entrées et sorties, puis avoir fait de même pour les sous-districts de Karon et Rawai, puis 3 autres, ce seront, à partir du 13 avril, les 17 sous-districts de la province de Phuket qui vont être mis en « lockdown ».

phuket

Verrouillage des sous-districts de Phuket

Le gouverneur de Phuket a imposé un verrouillage de tous les 17 sous-districts de la plus grande île de Thaïlande pendant 14 jours, à partir de 00 h 01 le 13 avril 2020 et jusqu’au 26 avril 2020 à 23 h 59 voire plus selon que la situation s’améliore ou non.

Concrètement cela veut dire que personne ne pourra quitter le sous-district oü il se trouve ou bien entrer dans un autre sans autorisation.

À l’exception du personnel médical et d’urgence et des travailleurs de la logistique, les 17 sous-districts sont fermés pour garantir une mobilisation minimale des personnes et des véhicules et donc limiter la diffusion du virus.

Cette décision fait de Phuket la première province de Thaïlande à imposer un verrouillage total de toutes les zones. Depuis le début de la crise du coronavirus, c’est la province de Thaïlande qui a pris le plus de mesures restrictives et mis en place le plus d’actions de désinfection et tests pour arrêter la propagation de la maladie du COVID-19.

Phuket est également la première province de Thaïlande à rechercher activement des cas pour dépister de nouveaux cas et contenir la propagation du COVID-19.

140 cas de COVID-19 à Phuket

Il y avait, à la date d’hier, 9 avril 2020, 140 cas de COVID-19 confirmés à Phuket qui se trouve sur le podium des 3 provinces avec le plus de patients atteints (source : https://covid19.th-stat.com/en)


Ces provinces de Thaïlande qui se ferment pour lutter contre le COVID-19

Share This:

Les ordres de fermeture partielle (entrées) ou totale (entrées / sorties) de plusieurs provinces se sont multipliées ces derniers jours. Voici donc un récapitulatif de toutes les provinces de Thaïlande fermées au moins aux entrées ou imposant une quarantaine de 14 jours à tout nouvel arrivant.

Liste des provinces en lockdown total ou partiel

Province/DestinationDates
Tratjusqu’à nouvel ordre 
Koh Changjusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Pattaya (Chonburi)jusqu’à nouvel ordreentrées/sorties (temporairement levé)
Phuketjusqu’au 30 avrilentrées/sorties de chaque sous district
Krabijusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Trangjusqu’au 30 avrilentrées (quarantaine de 14 jours)
Koh Samuijusqu’au 30 avrilentrées avec certif médical et quarantaine (apparemment pas en place dans les faits)
Phang Ngajusqu’à nouvel ordreentrées/sorties
Songkhlajusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Satunjusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Phatthalungjusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Ranongjusqu’à nouvel ordreentrées/sorties
Pattanijusqu’à nouvel ordreentrées/sorties
Yalajusqu’à nouvel ordreentrées/sorties
Narathiwatjusqu’à nouvel ordreentrées/sorties
Takjusqu’au 16 avrilentrées/sorties
Mae Hong Sonjusqu’au 16 avrilentrées/sorties
Nanjusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Chiang Raijusqu’au 30 avrilentrées/sorties
Chiang Maijusqu’au 30 avrilentrées (quarantaine de 14 jours)
Phraejusqu’au 17 avrilentrées/sorties
Bueng Kanjusqu’au 30 avrilentrées/sorties

Vous voyez souvent le 30 avril comme date de fin, il s’agit de la date de fin de l’Etat d’urgence mais il sera très certainement prolongé et donc les mesures dans ces provinces probablement aussi.

La liste n’est peut-être pas exhaustive, si vous avez connaissance d’autres provinces à ajouter, n’hésitez pas à me le faire savoir. Je précise qu’il y a énormément de checkpoints aux frontières entre provinces et il devrait y en avoir encore plus ce week-end mais certains ne servent qu’à checker la température et provenance des voyageurs et n’ont pas des conditions aussi strictes pour laisser passer les gens que dans les provinces citées ci-dessus.

Quoiqu’il en soit, les déplacements inter-provinces sans bonne raison sont déconseillés en Thaïlande.

A l’approche de Songkran en Thaïlande

A noter qu’à l’approche de Songkran, le Nouvel An Thaï, qui d’ordinaire est le moment de l’année avec le long week-end du 31 décembre qui voit le plus de Thaïlandais voyager, il est très probable que les voyages inter-provinces soient interdits ou du moins drastiquement contrôlés pour éviter la propagation du COVID-19.

Les vacances du 13 au 15 avril ont déjà été annulés et les Thaïs invités à ne pas faire le rituel d’hommage aux anciens traditionnels cette année, les personnes âgées étant la catégorie de population la plus susceptible de développer des formes graves de coronavirus.

Beaucoup de provinces ont également interdit la vente d’alcool pour plusieurs jours voire jusqu’à la fin du mois pour éviter les rassemblements et fêtes.


La Thaïlande accorde des extensions de visa automatiques à cause du COVID-19

Share This:

Ca y est, annoncé il y a une semaine comme à l’étude puis dans les pipelines, le décret a été signé hier par le Premier Ministre puis publié dans la Gazette Royale, c’est donc maintenant bien une réalité, les étrangers en Thaïlande qui ont se sont retrouvés bloqués en Thaïlande (parfois volontairement, il faut bien le reconnaître) à cause du coronavirus COVID-19 se verront accorder des extensions de visa automatiques sans avoir à se déplacer au bureau de l’Immigration. D’autres catégories aussi se trouvent libérés provisoirement des démarches dans les bureaux de l’Immigration.

extension visa autmatique thailande coronavirus

Extensions de visa automatiques sans démarches administratives

La mesure, qui a été annoncée hier soir 8 avril 2020 au Journal officiel du gouvernement thaïlandais (la Gazette Royale) avec effet immédiat.

Voici les mesures prévues :

  • Les visiteurs étrangers (touristes) dont les visas ont expiré le 26 mars 2020 ou après le 26 mars se verront accorder des extensions de visa automatiques et gratuites jusqu’au 30 avril 2020, et ce quelle que soit la date de fin de leur visa ou exemption de visa.
  • les étrangers devant faire leur notification de séjour des 90 jours entre le 26 mars et le 30 Avril 2020 verront la date de leur notification décalée. Cependant, lorsque la situation s’améliorera ou reviendra à la normale, ils seront tenus de procéder aux formalités dans le délai spécifié par le Bureau de l’immigration.
  • Les étrangers avec un visa de résident qui résident normalement en Thaïlande mais sont actuellement à l’étranger et ont normalement l’obligation de retourner en Thaïlande dans l’année suivant leur départ sous peine de perdre leur visa de résident, s’ils ne sont pas en mesure de rentrer en Thaïlande à temps en raison de la pandémie de COVID-19, ils se verront accorder une prolongation de leur délai de retour obligatoire. Mais devront rentrer dès que la situation s’améliore dans le délai qui sera alors spécifié par le Bureau de l’immigration.
  • Les visiteurs des pays voisins qui détiennent un laissez-passer temporaire à la frontière délivré le 23 mars 2020 ou par la suite seront autorisés à rester en Thaïlande jusqu’à la réouverture des frontières. Ils devront alors quitter la Thaïlande dans les sept jours suivant la réouverture des frontières.

Pas d’amendes pour « overstay »

De même, tout étrangers dont le visa ou l’exemption de visa se terminait le 26 mars ou après n’aura pas d’amende pour overstay par contre les 500 THB par jour d’amende seront toujours dû pour les autres.

Et après le 30 avril ?

Après le 30 avril, deux cas de figure possible :

  • la situation s’est suffisamment améliorée pour un retour à la normale et les règles habituelles se remettent en place.
  • L’Etat d’urgence décrété en Thaïlande le 26 mars dernier jusqu’au 30 avril est prolongé et alors les mêmes règles que celles mentionnées plus haut s’applique aux mêmes catégories de personnes avec une extension automatique ou un report de date jusqu’au 30 mai.

Il est plus que probable que l’Etat d’urgence soit prolongé après le 30 avril et que donc les extensions de visa ou report de notification des 90 jours soient repoussés au 30 mai mais pour l’instant les 2 cas de figure sont sur la table.

Je vous invite à bien suivre les informations du Bureau de l’Immigration et vous tiendrai bien sûr informés des mesures à venir et de l’éventuelle prolongation de l’Etat d’urgence en Thaïlande.

J’invite aussi les touristes étrangers résidents dans des hôtels ou guesthouses en Thaïlande à bien suivre les décrets publiés concernant la province dans laquelle ils se trouve et tout les étrangers actuellement en Thaïlande et en particulier les vacanciers a bien se soumettre aux consignes des autorités locales et nationales. Je rappelle que tout manquement peut entraîner une amende de 20.000 à 100.000 THB selon les infractions et jusqu’à 1 an de prison. Il y a par endroit un sentiment « anti-farang » qui commence à monter à cause des comportements irrespectueux et irresponsables d’une minorité de touristes étrangers, il faut absolument éviter de l’alimenter. Par exemple, adoptez le port du masque (même en tissu) à l’extérieur et dans les lieux publics et magasins, ils sont bien plus faciles à trouver en Thaïlande qu’en France.

Un grand merci à Richard Barrow qui semble avoir joué un rôle déterminant dans la mise en place de cette mesure par ses tweets sur les files aux bureaux de l’Immigration.


Coronavirus en Thaïlande : 2473 cas détectés depuis le début, 33 morts

Share This:

Point sur le nouveau coronavirus originaire de la région du Whuhan en Chine et certains cas ont été détectés dans d’autres pays du monde. La liste s’allonge jour après jour. La Thaïlande a évidemment des cas répertoriés sur son territoire. Point quotidien sur la situation dans cet article mis à jour chaque matin.

Article mis à jour le 10 avril 2020

corona virus chinois
Photo: internewscast.com

Le virus en Thaïlande

Le bilan officiel au jour d’aujourd’hui (10 avril 2020) est de 2473 cas confirmés en Thaïlande soit 50 de plus qu’hier. Il y a 1 mort de plus.

1013 patients détectés depuis le début de la crise sont aujourd’hui guéris. Les autres sont toujours hospitalisés. 33 personnes sont décédées (source: Ministère de la Santé thaïlandais).

Pour suivre l’évolution et la répartition des cas de COVID-19 en Thaïlande, je vous invite à consulter cette page : https://covid19.th-stat.com/en

Le 1er décès lié au virus en Thaïlande a été enregistré le 1er mars.

Vous pouvez consulter une carte interactive de la répartition des cas de Covid-19 en Thaïlande sur ce lien: https://covidtracker.5lab.co/en

La Thaïlande a décidé de déclarer le COVID-19 « maladie contagieuse dangereuse » à compter du 1er mars pour se donner les moyens de mieux contenir la maladie encore. Cela permet notamment d’imposer des mesures de quarantaine.

Vous pouvez suivre l’évolution des chiffres officiels en Thaïlande et même dans le monde sur la page dédiée du Ministère de la Santé thaïlandais : https://ddc.moph.go.th/viralpneumonia/eng/index.php


Dernières news sur les mesures contre le COVID-19 en Thaïlande

Share This:

Petit point sur les dernières mesures annoncées ou entrées en vigueur en Thaïlande récemment pour limiter la propagation du COVID-19 dans la population.

Dernières mesures contre le COVID-19 en Thaïlande


➡️ Pattaya va entrer en lockdown à son tour à partir de demain 9 avril

➡️ Beaucoup de provinces, comme à Phuket ou Prachuap Khiri Khan (Hua Hin) par exemple, ont rendu le port du masque en extérieur et dans les lieux publics obligatoire sinon amende de 20.000 THB.

➡️ Interdiction de vendre de l’alcool à Chiang Mai à partir du 10 avril

➡️ l’extension automatique de visa a été mise en place (voir l’article sur l’extension automatique de visa en Thaïlande)

➡️ il faut maintenant un certificat hospitalier attestant ne pas avoir le COVID-19 pour pouvoir entrer à Koh Samui

➡️ les hôtels de la province de Surat Thani (Koh Tao, Koh Phangan, Koh Samui) doivent fermer à leur tour sauf tant qu’ils ont des clients mais interdiction d’accepter de nouveaux clients (voir ici la liste des autres provinces ayant ordonné la fermeture des hôtels)

➡️ la rentrée des classes en Thaïlande a été repoussée au 1er juillet

➡️ l’aéroport de Phuket ferme dans 2 jours (le 10 avril) et jusqu’au 30

➡️ depuis hier, 7 avril, Bangkok Airways a fermé ses aéroports (Trat, Sukhothai et Samui) et suspendu tous ses vols jusqu’au 30 avril. Suspension de ses vols également jusqu’au 30 avril pour Thai Smile. Seules Nok Air et VietJetAir opèrent encore des vols intérieurs en Thaïlande.

➡️ il reste 2 jours aux touristes de la province de Krabi (Ao Nang, Koh Lanta, Koh Phi Phi) pour quitter leurs hôtels et rejoindre ceux désignés par les autorités

➡️ Le gouverneur de Phuket a ordonné le « lockdown » de 3 nouveaux sous-districts de l’île : Kathu, Chalong et Srisoonthorn

➡️ le nombre de trains en circulation en Thaïlande continue de baisser et devrait être encore plus drastiquement réduit demain

Voilà, j’espère n’avoir rien oublier. Ca va très vite avec de nouvelles annonces et de nouveaux décrets chaque jour.


L’impossible remboursement des vols annulés du COVID-19

Share This:

Pour cet post, je reprends les éléments de l’article des Echos qui dépeint une réalité dont j’avais conscience mais qui est ici chiffrée.

Parmi vous qui me lisez régulièrement, il y en a qui avaient préparé un voyage en Thaïlande qui s’est vu annulé, d’autres qui étaient sur place et ont eu des vols intérieurs annulés et/ou au moment de rentrer ont vu leurs vols annulés. Le réflexe classique quand on est client et que son vol est annulé, c’est d’en espérer le remboursement mais devant le nombre astronomique de vols concernés, c’est malheureusement pas si facile. C’est même impossible sans entraîner la faillite de beaucoup beaucoup de compagnies aériennes. C’est la raison pour laquelle, elles essaient de compenser par des avoirs plutôt que des remboursements.

impossible remboursement vols covid19

35 milliards d’euros d’annulations de vols

Les Echos, dans son article, indique que l’Association internationale du transport aérien (IATA) estime le montant des billets d’avion achetés mais non utilisés à cause des annulations de vols à 35 milliards d’euros. Un montant colossal que bien sûr les compagnies aériennes ne sont pas en mesure de rembourser.

Le secteur aérienne et le secteur du tourisme ont été très durement touchés par la crise sanitaire du coronavirus.

Beaucoup de compagnies aériennes avaient déjà des difficultés avant, c’était notamment le cas de Thai Airways, la compagnie nationale thaïlandaise dont la rumeur rapidement démentie d’une faillite avait émergée il y a quelques mois. Mais ce ne sont pas les seuls, la rude concurrence commerciale et les frais de fonctionnement colossaux des transporteurs aériens font que beaucoup étaient déjà dans une situation fragile.

Double peine pour les compagnies aériennes

Non seulement, les compagnies aériennes, pour la plupart, ont aujourd’hui une activité réduit à zéro ou presque (beaucoup ont temporairement arrêté leur activité) ce qui les empêche de rentrer de l’argent mais elles ont aussi ce fardeau de vols annulés à compenser. Et ce n’est pas parce qu’elles ne volent plus, ou presque plus, qu’elles n’ont pas de frais à payer : de personnels, entretien, parquages des avions…

Des avoirs plutôt que des remboursements

Pour faire face, elles sont nombreuses à avoir choisi de proposer plutôt des avoirs à leurs clients que des remboursements car elles n’ont simplement pas la trésorerie pour rembourser tout le monde.

L’enjeu est d’éviter des faillites. Alors si comme moi, vous aviez un vol qui a été annulé à cause des fermetures de frontières pour lutter contre la propagation de la pandémie et que vous savez que vous replanifierez ce vol à un moment ou à un autre, ne vous offusquez pas que l’on vous propose un avoir, il en va de la survie de la compagnie aérienne.

Le tout est que les compagnies aériennes fassent tout pour s’assurer que vous puissiez l’utiliser quand vous en avez besoin car aujourd’hui la durée de validité annoncée de ces avoirs est très disparate et aucune, à ma connaissance, ne garantit de le prolonger indéfiniment jusqu’à qu’il soit utilisé.

Reste à voir pour ceux qui ne sont pas passé en direct pour réserver leur billet d’avion pour la Thaïlande ou ailleurs mais via des agences ou sites de voyages en ligne, comment cela sera répercuté. Ce sera très certainement variable en fonction des agences.

Des faillites dans le transport aérien ne sont pas à exclure non plus. Concernant le voyage en Thaïlande, le gouvernement thaïlandais a réaffirmé récemment qu’il ne laisserait pas Thai Airways faire faillite.

Si vous voulez en savoir plus, lisez l’article des Echos.


Entrées très limitées à Koh Samui

Share This:

Alors qu’hier après-midi, plusieurs journaux et chaînes de télévision (et du coup moi aussi) annonçaient une fermeture de l’île de Koh Samui un peu à l’image de ce qui se fait à Phuket, le maire démentait et parlait de « fake news ». Au final, on pas tout à fait dans la fake news car les entrées sur l’île sont bien bannies à partir de ce 7 avril 2020 et jusqu’au 30 avril 2020 à moins de pouvoir fournir un certificat médical indiquant que la personne n’est pas porteuse du virus. En revanche et c’est là que ça difféère des articles publiés hier, les sorties de Koh Samui, sont toujours autorisées même sans raison urgente.

ko samui
Le Big Buddha de Koh Samui

Certificat médical pour entrer à Koh Samui

Dans le cas de Koh Samui, nous ne sommes donc pas (encore ?) dans un lockdown complet. Ce ne sont que les entrées sur l’île qui sont maintenant contrôlées avec une mesure phare : demander aux nouveaux arrivants sur l’île de fournir un certificat médical établi 72 heures maximum avant l’arrivée à Samui par un hôpital public et attestant que la personne ne présente pas de signes du COVID-19.

Toute personne arrivant à Koh Samui pourra aussi devoir observer une quarantaine de 14 jours dans un complexe d’état même en ayant produit l’attestation médicale.

Source : https://www.bangkokpost.com/thailand/general/1894445/koh-samui-prohibits-entry-to-most-until-april-30

Koh Samui plus accessible que par la mer

Je vous avais déjà partagé l’information, Bangkok Airways suspend tous ses vols, y compris ceux de et vers Koh Samui à partir d’aujourd’hui 7 avril et jusqu’au 30 avril.

bangkok airways annulavirustion vols corona
Bangkok Airways suspend tous ses vols domestiques en Thaïlande dont ceux vers Samui

L’aéroport, propriété de la compagnie aérienne est également fermé. Seuls des vols cargo pour ravitailler l’île continueront à être assurés.

Pour les liaisons par bateaux la situation est moins claire. J’ai chatté avec Raja Ferry, Lomprayah et Seatran. Toutes trois confirment continuer d’assurer leur service avec Koh Samui.

Toutefois, avec la demande de fournir un certificat médical pour entrer sur Koh Samui, on peut s’attendre à ce que le nombre de passagers à destination de l’île chute encore plus drastiquement et qu’à court terme le service s’interrompe au moins dans ce sens-là.

Dans le sens des départs, cela devrait rester en place tant que la demande est là mais faute de passagers la situation peut évoluer très vite vers une suspension totale des liaisons maritimes passagers pour ne garder que les services d’approvisionnement de l’île.

Il y a de fortes chances qu’aujourd’hui beaucoup des touristes restants tentent de quitter Koh Samui pour aller ailleurs. Enfin, s’il en reste…

Mais tout ceci ne reste que des suppositions qui vont s’affiner. Le mieux reste, comme je vous l’indiquais dans mon article sur le point sur les transports en Thaïlande, d’aller checker les pages Facebook des compagnies de ferry, elles publient chaque jour la liste des bateaux qui partent.

Si vous êtes à Koh Samui et avez des informations en provenance du terrain, je suis preneur !


Les quartiers de Patong, Karon et Rawai à Phuket en quarantaine

Share This:

Patong , le quartier le plus touristique de l’île de Phuket dans le Sud de la Thaïlande a été fermé par ordre du gouverneur de la province, tous les déplacements non essentiels y sont interdits. Toute entrée ou sortie de Patong doit maintenant faire l’objet d’une autorisation spéciale. Une décision pour essayer d’empêcher une épidémie majeure de COVID-19 sur l’île qui est la 3ème province avec le plus de cas de coronavirus en Thaïlande après Bangkok et Nonthaburi.

UPDATE : un décret du gouverneur de Phuket ordonne également qu’à partir de ce lundi 6 avril, il en soit de même pour les sous-districts de Karon et Rawai.

taxi phuket


Patong bouclé par la police

Cela faisait plusieurs jours que des mesures de plus en plus restrictives étaient mises en place par le gouverneur de Phuket qui a donc rendu l’ordre de fermer Patong, hier, 4 avril, pour une ordonnance entrée en vigueur à minuit (00 h 01, le 5 avril) donc déjà en place au moment oü vous lisez cet article.

 Des postes de contrôle de police ont été installés sur les trois routes principales menant à Patong:

  • devant le poste de police de Kathu, sur Phra Baramee Rd à Kathu (la route qui continue sur Patong Hill)
  • devant Simon Cabaret sur Sirirat Rd (à l’extrémité sud de Patong)
  • en face de l’école Ban Kalim sur le chemin Kamala-Patong (à l’extrémité nord de Patong.)

Les seuls véhicules autorisés à passer dans un sens comme dans l’autre sont ceux qui transportent les biens de consommation nécessaires et articles de santé publique et certains fonctionnaires.

Aucune mention n’est faite des touristes qui ont un avion à prendre (l’aéroport de Phuket fermera à partir du 10 avril). Ce sera à voir avec les agents qui gère les points de contrôle.

Patong épicentre du COVID-19

Patong est rapidement devenue l’épicentre des infections au COVID-19 à Phuket. Elle concentre plus de la moitié des 109 cas d’infections confirmées sur l’île. La majorité des cas seraient liés à la vie nocturne sur Bangla Road qui avait déjà été fermée et désinfectée, il y a quelques jours.

«Phuket compte un grand nombre de populations cachées et de touristes à risque de COVID-19. De nombreuses infections ont été localisées à Soi Bangla, Patong.», a notamment déclaré le gouverneur de l’île.

Des contrôles lancés à Patong, il y a 3 jours, ont déjà permis d’idenfier 200 personnes à risque a indiqué le Docteur Thanit, chef du Bureau de la Santé de Phuket. Et par des tests supplémentaires, il estime pouvoir arriver à 1.000 personnes à risque.

 Il semble que la volonté soit de tester un maximum de monde se trouvant actuellement à Patong. « Tout le monde, tous les ménages de Patong » seront vérifiés, a assuré le gouverneur Phakaphong.

Les personnes atteintes de fièvre seront mises en quarantaine dans un endroit désigné. Une grande opération de désinfection des rues de Patong va également être lancée.

100.000 THB et 1 an de prison

Toute personne contrevenant à l’ordonnance de fermeture de Patong sera punissable en vertu de l’article 52 de la loi de 2015 sur les maladies transmissibles et la sanction prévue peut entraîner jusqu’à un an de prison ou une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 THB voire les deux.

Source : Phuket News et décrets officiels


COVID-19: ordre de fermeture des hôtels dans de nombreuses provinces en Thaïlande

Share This:

Cela a d’abord commencé par un ordre du gouverneur de Phuket et depuis plusieurs provinces lui ont emboîté le pas et ont ordonné la fermeture des hôtels considérés comme lieux favorisant la propagation du COVID-19. Apparemment, pour l’instant du moins, les hôtels ayant encore des clients sont autorisés à rester ouverts mais la province de Krabi a déjà indiqué qu’elle va regrouper les touristes dans des hôtels désignés. D’autres feront probablement pareil…

Article mis à jour le 7 avril 2020

hotels stars phuket

Ordre de fermeture des hôtels

C’est donc à Phuket que l’ordre a été donné en premier et est entré en vigueur le 3 avril.

Puis, d’autres provinces ont suivi : Prachuap Khiri Khan (Hua Hin), Krabi (Koh Lanta, Ao Nang, Koh Phi Phi) , Pattaya, Phang Nga (Khao Lak), Nakhon Ratchasima (Khao Yai, Phimai), Khon Kaen et Surat Thani (Koh Tao, Koh Phangan, Koh Samui).

Pour l’instant, ça ne concerne pas tous les hôtels en Thaïlande mais seulement ceux des provinces dont les gouverneurs ont publié un ordre en ce sens. Je ne pense pas que ma liste ci-dessus soit exhaustive et elle devrait de toute façon s’allonger dans les jours qui viennent.

Quid des clients des hôtels ?

Les clients séjournant dans les hôtels des lieux concernés avant que l’ordre de fermeture entre en vigueur dans la province sont autorisés à rester jusqu’à leur départ. Une fois leur dernier client parti, les hôtels doivent immédiatement fermer. Ils n’ont par ailleurs pas le droit d’accepter le moindre nouveau client.

Les hôteliers sont tenus de donner les noms des clients séjournant chez eux aux responsables locaux. Ils seront examinés et ceux présentant des symptômes de suspicion d’infection à Covid-19 seront mis en quarantaine dans un endroit prévu à cet effet par les autorités provinciales.

Toutefois, il semble que plusieurs provinces s’organisent pour à terme regroupés les clients des hôtels dans des hôtels désignés. C’est déjà officiellement annoncé dans la province de Krabi et donc concerne aussi Koh Lanta, Ao Nang, Railay et Koh Phi Phi. Les clients des hôtels devront les quitter avant le 10 avril et rejoindre les hôtels désignés par les autorités pour regrouper les touristes (sauf s’ils sont déjà dans l’un d’eux).

Ceux qui ne respectent pas l’ordonnance seront passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an et/ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 bahts en vertu de l’article 52 de la Loi sur les maladies transmissibles. Cela concerne les hôteliers mais aussi les touristes qui refuseraient de se soumettre au check des autorités de santé et le cas échéant refuseraient d’être mis en quarantaine.

Evidemment, il est normal que les touristes qui ont fait le choix de rester en Thaïlande plutôt que de suivre les recommandations de leurs états les invitant à rentrer dans leurs pays au plus vite se soumettent à ces contrôles et à toute mesure des autorités thaïlandaises pour combattre la propagation du coronavirus.


Fièrement propulsé par WordPress