Blog Thailandee!com

Partager cette page :

Les petites histoires du sauvetage des 13 bloqués dans la grotte

Share This:

Beaucoup d’entre vous ont suivi les recherches puis le sauvetage des 12 enfants et leur entraîneur bloqués dans la grotte de Tham Luang à Mae Sai, près de Chiang Rai. J’ai moi-même essayé de vous relayer les informations des médias locaux via mon compte Twitter et ma page Facebook. Mais derrière tout ce que vous avez pu voir à la télévision, il y a des petites histoires touchantes, émouvantes, drôles même…

sauvetage grotte tham luang thailande

 

Le coach des enfants

Le plus étonnant pour moi dans toute l’histoire du sauvetage de la grotte de Tham Luang, c’est qu’aucune voix ne s’est à aucun moment élevée pour blâmer le coach. Mieux, alors que le contact avait enfin été établi avec les sauveteurs, les enfants ont pu écrire des lettres à leurs parents transmises par les plongeurs qui les ravitaillaient. Le coach Aek a en, lui, adressé une aux parents des enfants leur demandant pardon et en réponse aucun ne lui a reproché quoique ce soit. Au contraire, ils l’ont remercié de prendre soin de leurs garçons. Une réaction impensable en France et dans bien des pays. 

Après les évacuations des quatre premières personnes le dimanche 8 juillet, sur les réseaux sociaux, circulait l’information, enfin plutôt la rumeur, que l’entraîneur avait été le premier à quitter la grotte car était le plus faible s’étant privé de nourriture pour laisser sa part aux enfants pendant les 9 jours qu’il a fallu pour les atteindre (ce qui est probablement vrai). Mais il est bel et bien sorti le dernier ne voulant laisser aucun enfant derrière lui.

 

Les équipes de pompage

On a beaucoup parlé des plongeurs, c’est eux qui ont localisés les enfants, les ont ravitaillés puis finalement sortis de la grotte mais dans toute cette opération, le travail des équipes de pompage a été primordial pour faire baisser le niveau de l’eau. Moins il y a avait de parties nécessitant de plonger moins il y avait de risque pour faire sortir les enfants.

Thawatchai Fuengkachorn à la tête de la Great Naga Water Pump Team est venu de la province de  Nakhon Pathom avec ses immenses pompes et ses tuyaux normalement utilisées dans des fermes de crevettes. Ses équipes ont travaillé non-stop pendant 12 jours en dormant très peu. Ils n’ont demandé aucune rémunération. La petite histoire veut qu’ils aient quand même reçu des dons. Leurs efforts ont été décisifs dans cette opération, pourtant, on ne les a vus nulle part et ils sont repartis aujourd’hui n’attendant aucune reconnaissance ou traitement de faveur. A leur grande surprise, deux véhicules de police se sont toutefois présentés pour escorter l’imposant convoi de camions applaudi à son passage parfois le long des routes. (Source: Khaosod)

 

Les laveurs de linge

Et il y a d’autres acteurs encore plus de l’ombre comme les laveurs de linge qui s’ils ne pouvaient rien faire pour évacuer les enfants et leur entraîneur, ont eux aussi bénévolement collecté et lavé les uniformes des sauveteurs la nuit pour qu’ils soient propres et prêts chaque matin. Un petit reportage de la BBC nous les présentait.

D’autres volontaires leur ont fait à manger… C’est tout un élan de solidarité, de bénévoles, dont les Thaïlandais ont le secret, qui s’est mis en place. 

 

Les paysans inondés

Je ne sais pas si c’était votre cas mais moi je me suis assez rapidement demandé où toute l’eau pompée de la grotte allait. J’ai trouvé la réponse dans un article d’un journaliste qui a rencontré les paysans des alentours de la grotte dont les champs étaient littéralement inondés et la récolte probablement perdue ou du moins fortement compromise. Ils ne se plaignaient pas, ne demandaient rien d’autre que de voir les enfants et leur entraîneur sortir vivants. Ils ne demandaient aucune compensation. Seule l’issue heureuse de l’opération les importait et s’il fallait inonder leur champs malgré les difficultés financières que ça leur créerait, ce n’était pas grave.

Ils seront quand même indemnisés par le Ministère de l’Agriculture mais ils n’ont rien demandé. (Source: The Nation)

J’ai même lu qu’une équipe de pompage s’était proposée de rester pour aller maintenant que le sauvetage est fini pomper l’eau des champs. Toujours bénévolement.

 

Un moine à la grotte

Avant que les 12 garçons et leur entraîneur n’aient été retrouvés dans la grotte de Tham Luang, l’un des moines les plus célèbres de Thaïlande, Kruba Boonchum Yannasangwalo, venu sur place avait annoncé qu’ils étaient tous en vie et en sécurité.

« Les garçons sont en sécurité. Ils sortiront dans quelques jours », avait-t-il déclaré après une cérémonie, selon le Bangkok Post.

« Les plongeurs ne sont pas loin des garçons », avait-il ajouté le lendemain. 

Certains seront sceptiques et penseront à une prédiction heureuse d’autres reconnaîtront que peut-être certains moines bouddhistes ont une connection avec le monde que nous n’avons pas mais ça fait partie de la petite histoire de la grotte de Tham Luang et les 13 qui s’y sont retrouvés piégés. 

 

Hollywood déjà sur les dents

Alors que le sauvetage était encore en cours, il semble que des producteurs d’Hollywood, attirés par le potentiel dramatique de cette histoire avaient déjà débarqués pour être les premiers à l’exploiter. Ils ont probablement été ravis du dénouement heureux pas par humanisme mais car les happy endings ça fait plus d’entrées. Pathétique !

 

Des numéros porte-bonheurs

Ils étaient 13 dans la grotte, une nombre qui chez nous peut générer un peu de superstition mais en Thaïlande, c’est après l’évacuation des enfants que la superstition des chiffres est entrée en jeu. Beaucoup sont en train d’y chercher l’inspiration dans le choix des billets de loterie à acheter. Ils veulent des numéros en relation avec cette histoire au déroulement heureux. Des journaux indiquaient ce matin, par exemple, que les numéros d’immatriculation des ambulances qui ont emmené les évacués à l’hôpital, étaient très recherché chez les vendeurs de tickets de loterie. Car oui, en Thaïlande, on ne coche pas une grille de numéros, on achète des tickets avec des numéros imprimés à l’avance à des vendeurs de rue.

Il y a probablement plein d’autres petites histoires et acteurs de l’ombre qui ont participé à cette incroyable opération de sauvetage. J’avais envie de leur rendre hommage et de montrer aussi comme la population thaïlandaise est généreuse et solidaire dans des situations comme celles-là.

Voilà qui referme ce chapitre. Je continuerai à vous donner des nouvelles des 12 enfants et leur entraîneur via mon compte Twitter mais reprends dés demain mon clavier pour des partages plus « touristiques ». C’est ce que je fais le mieux… enfin, je crois 😉

Je ne peux pas finir cet article sans rendre hommage à l’ancien membre des Thai Navy SEAL Saman Kunan qui est décédé le vendredi précédant les opérations d’évacuation alors qu’il plongeait pour ravitailler les enfants. Qu’il repose en paix… 

Propulsé par WordPress