Salutations en Thaïlande

En Thaïlande comme presque partout en Asie, les contacts physiques entre les gens sont rares et généralement soigneusement évités sauf entre personnes de la même famille. Mais quoiqu’il arrive les marques d’affection physiques sont rares et inexistantes en public. Pas d’embrassades ou accolades et pas de petits bécots en amoureux dans des lieux publics. « People can see » et c’est mal vu. Il est donc logique que pour dire se dire bonjour, les poignées de mains et bises ne soient pas de mises (oui, on a voulu faire une rime). D’ailleurs, ne commettez surtout pas l’impair de vouloir faire la bise à une personne du sexe opposé, elle l’esquivera tel un toréador évitant la corne du taureau.

 
saluer en thai, le wai

 

Non en Thaïlande, on utilise le waï pour saluer. Il s’agit de rassembler ses mains à plat, paume contre paume devant soi, doigts vers le ciel, légèrement en diagonal, à hauteur d’épaules un peu près et de baisser la tête vers elles de façon plus ou moins importante selon la situation. Car oui, il y a plusieurs waï. Ce geste est une profonde marque de respect car c’est aussi par ce geste que l’on salue Bouddha. Il n’est pas rare de voyager en bus ou train, de croiser des statues ou temples et de voir certains passagers les saluer de cette inclinaison. Même si ça se perd un peu, surtout dans les grandes villes, il est très impoli par exemple de ne pas saluer une personne à¢gée de cette manière. Le respect des anciens est une des valeurs fondatrices de la société thaïlandaise. Les enfants s’ils sont bien élevés saluent leurs parents de cette façon. Il n’est pas rare d’ailleurs qu’ils aillent jusqu’à se mettre en plus aux pieds de leurs ainés notamment lorsqu’ils les revoient après une longue absence. Le wai accompagne souvent aussi le koh tot lorsqu’on s’excuse ou un khop khun de remerciement pour leur donner une vraie sincérité. Il se fait en général de manière appuyée et longue lorsque l’on arrive et plus furtivement pour dire au revoir.
Loin de nous l’idée de nous placer en expert, il y a certainement des subtilités qui nous ont encore échappé. Toujours est-il que nous avons identifié trois types de saluts principaux:

 

  • le wai pour Bouddha ou toute représentation religieuse pour lequel on baisse la tête jusqu’à ce que le haut des doigts arrive au niveau des sourcils
  • le wai pour saluer quelqu’un de plus à¢gé (normalement c’est toujours au plus jeune de saluer le premier) ou de meilleur rang social où l’on baisse la tête jusqu’à ce que le haut des doigts soit au niveau du nez
  • le wai pour répondre à un waï que quelqu’un vous adresse pour lequel on a les mains au niveau de la poitrine et on ne baisse pas la tête

 

Même s’il est vrai que l’on pardonne facilement à un étranger de ne pas se plier à cette pratique, si vous voulez marquer votre intérêt et votre respect pour la culture thaïe, essayez d’y penser au minimum lorsqu’on vous présente des personnes plus à¢gés que vous. Le sawasdee (bonjour ou au revoir) n’est d’ailleurs pas indispensable. Parfois, on se dit que quand la valeur respect recule beaucoup dans notre société à nous, ici, remplacer la bise et le serrage de pogne, qui en plus, et tous les scientifiques vous le diront, sont des aubaines pour la transmission des microbes, les remplacer par un waï permettrait peut-être de rétablir un peu de la considération que l’on devrait avoir pour les autres et à fortiori envers les anciens….

Mike Thailandee

Tombé sous le charme de la Thaïlande dès son premier voyage , Mike est reparti en mode routard pour 6 mois en Asie du Sud-Est dont 4 en Thaïlande, un mois au Cambodge et un mois au Vietnam. Depuis, il ne cesse de parcourir le pays dans tous les sens, plusieurs mois par an pour découvrir, tester et partager ses infos, photos, conseils et bons plans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *