Que faire en cas d’accident pendant votre voyage en Thaïlande ?

Que faire en cas d’accident pendant votre voyage en Thaïlande ?

La Thaïlande est une destination de voyage magnifique, mais il est important de savoir comment réagir en cas d’accident imprévu. Que vous soyez confronté à une situation nécessitant une hospitalisation, à un incident mineur ou à un accident de la route, cet article vous guidera à travers les démarches essentielles à entreprendre en cas d’accident en Thaïlande.

Quels sont les principaux risques d’accidents en Thaïlande ?

Le premier danger lors d’un voyage en Thaïlande, ce sont les routes. La Thaïlande est connue pour avoir l’un des taux d’accidents de la route les plus élevés au monde. La majorité des victimes sont des conducteurs de deux-roues. C’est clairement en circulant à scooter vous êtes exposé au plus grand risque d’accident en Thaïlande. Je tiens également à souligner que de nombreuses compagnies d’assurance excluent d’ailleurs la conduite de scooters ou de motos en Thaïlande de leurs contrats (vérifiez bien avant de partir et agissez en fonction). Beaucoup de touristes louent des scooters en raison de leur coût abordable, mais sans avoir une expérience préalable, ou alors très faible de conduite, de conduite scooter ou en négligeant de porter un casque avec des arguments comme « il fait chaud » et « la plupart des Thaïs n’en portent pas ») ou louent des scooters sans avoir fait ce qu’il faut pour être en règle (consultez mon article sur ce qu’il faut savoir avant de louer un scooter en Thaïlande).

La circulation à pied peut également être source d’accidents en Thaïlande, plus qu’en Europe. Les trottoirs peuvent être en mauvais état et encombrés, et il faut être attentif aux éléments qui pourraient vous blesser au niveau de la tête. L’attention ne doit pas se porter uniquement sur où vous mettez les pieds, mais aussi sur ce que votre tête pourrait rencontrer. Récemment, il y a eu plusieurs incidents liés à des regards d’égouts laissés ouverts, un concernant une touriste française fin mai (voir mon article). J’ai suivi de près cette affaire, ce qui m’a incité à rédiger cet article.

En dehors de cela, il est important de rester vigilant, même lorsque vous pratiquez des activités à risque dans des parcs spécialisés. Les normes de sécurité en Thaïlande peuvent être moins strictes, et l’entretien des installations peut parfois être négligé. Les sommets des montagnes, les lieux touristiques et les monuments n’ont pas toujours de de barrières de sécurité ou des barrières adéquates pour éviter les chutes, en particulier pour les plus petits. Faites attention à vos enfants et ne supposez pas que tout est parfaitement sécurisé même dans les lieux accueillants énormément de visiteurs. L’accident tragique de tapis roulant à l’aéroport de Don Muang (voir cet article), survenu il y a deux jours seulement, démontre qu’un accident peut se produire n’importe où, même dans des endroits supposés ultra-sécurisés.

Les activités nautiques comportent également des risques. Il y a un danger de noyade surtout pendant la saison de la mousson (juin à Fin octobre). Respectez les drapeaux rouges lorsqu’ils sont présents. Pendant de brefs moments, des méduses venimeuses sont présentes et leur piqûres peuvent provoquer, dans de rares cas, de graves réactions allergiques. Les habitants ont bien été sensibilisés et en général savent maintenant bine comment réagir, comme j’ai pu le constater à Koh Samui, où une touriste piquée a été immédiatement prise en charge par un restaurant voisin qui lui a appliqué un mélange de vinaigre et de liseron de mer. Il y a également des risques d’accidents liés aux hélices des bateaux et, bien que cela soit beaucoup plus rare, parfois des accidents de plongée (une activité souvent exclue des assurances, donc vérifiez que le centre de plongée en souscrive une pour vous).

En ce qui concerne la santé, il est important aussi de prendre en compte les risques liés aux moustiques et de se faire vacciner avant de se rendre en Thaïlande.

En résumé, je vous conseille de rester vigilant lors de votre voyage en Thaïlande. Les risques d’accidents peuvent être plus importants que chez vous, et ils peuvent parfois se trouver là où vous ne les attendez pas.

Avoir le contact de son assurance visible sur soi

La première chose que je recommande, c’est d’avoir 2 choses facilement trouvables sur vous en cas d’accident donc à priori dans votre portefeuille.

  • Le nom et numéro de contact de votre assurance
  • une carte mentionnant votre groupe sanguin

En cas d’accident pour lequel vous serez inconscient, ça permettra au staff médical de trouver très vite ces 2 informations capitales pour une prise en charge rapide et efficace.

Accident nécessitant une hospitalisation en Thaïlande

Si vous êtes en état et que votre situation ne relève pas de l’urgence médicale, la première action à entreprendre consiste à contacter votre assurance voyage. Ils seront en mesure de vous orienter vers un hôpital approprié. Dans de nombreuses grandes villes, les Bangkok Hospital sont souvent recommandés en raison de la compétence de leurs médecins, de leurs équipements modernes et de leur personnel anglophone avec souvent des interprètes français également. Votre assurance vous aidera à choisir la meilleure option de prise en charge médicale. Les assurances ont l’habitude de travailler avec certains hôpitaux avec qui ils ont établis une relation de confiance qui facilite les choses et évite notamment que des actes médicaux coûteux ne soient pas faits avant d’en avoir assuré le paiement par exemple.

Si vous n’êtes pas en état, c’est l’ambulance et les secouristes qui décideront vers quel hôpital vous envoyer et ensuite, si vous êtes en mesure de le faire, vous contacterez votre assurance et aborderez avec eux la question d’un éventuel transfert dans un autre hôpital, selon votre état et votre situation. Si vous êtes inconscient et que vous aviez bien les informations pour contacter votre assurance sur vous, l’hôpital devrait assez vite les appeler et les informer de votre situation. L’assureur préviendra alors votre contact en cas d’urgrence et suivra votre cas avec le staff médical de l’hôpital qui lui enverra régulièrement des comptes-rendus. La communication est évidemment plus fluide, si vous êtes dans un hôpital recommandé par l’assurance.

Accident sans gravité

Si vous avez besoin d’une assistance qui ne relève pas d’une prise en charge médicale, il est recommandé de contacter la Police Touristique. Ces agents sont spécialement dédiés à aider les touristes et pourront vous fournir des conseils et une assistance appropriés. De plus, le Tourist Assistance Center (TAC), un organisme gouvernemental, peut également vous aider en cas de situation délicate pendant votre séjour en Thaïlande. N’hésitez pas à prévenir les deux de votre situation. Vous trouverez leurs coordonnées facilement sur internet en tapant « TAC » ou « Police Touristique » suivi du nom de là où vous trouvez. Sinon, avec une SIM thaïe dans votre téléphone, vous pouvez composer le 1155 pour la police touristique.

Accident de la route en Thaïlande ou accident impliquant la responsabilité d’un tiers

Si vous êtes impliqué dans un accident de la route ou tout autre accident où la responsabilité d’une tierce personne est en jeu, il est crucial de contacter aussi la police locale et de faire une déposition. Obtenez un rapport de police détaillant les responsabilités de chaque partie. Ces documents peuvent s’avérer essentiels pour d’éventuelles démarches judiciaires, de dédommagemment ou pour traiter avec les compagnies d’assurance.

Accident nécessitant un rapatriement

En cas d’accident grave en Thaïlande, il peut être nécessaire d’envisager un rapatriement en France. Dans de tels cas, il est important de contacter immédiatement votre assurance voyage pour discuter des options de rapatriement médical. Les compagnies d’assurance disposent généralement de services spécialisés pour organiser le transport médicalisé approprié, en tenant compte de votre état de santé et des recommandations médicales. Le rapatriement peut inclure des mesures telles que l’assistance médicale à bord d’un vol commercial ou l’utilisation d’un avion médicalisé, selon les besoins. L’objectif est de vous ramener en toute sécurité dans votre pays pour y recevoir les soins médicaux nécessaires. Assurez-vous de fournir à votre assurance tous les documents médicaux et les rapports nécessaires pour faciliter le processus de rapatriement.

Que faire si l’assurance vous refuse la prise en charge ?

En cas de refus de prise en charge par votre assurance, il est important de vérifier attentivement votre contrat, en particulier les clauses d’exclusion. Les exclusions peuvent varier en fonction de vos activités, comme la conduite de deux-roues ou la plongée. Avant votre départ, assurez vous de bien comprendre les activités non couvertes et envisagez de souscrire une assurance spécifique si nécessaire. Parfois, un refus de prise en charge peut sembler injustifié. Dans ces cas, il est conseillé de persévérer et de contacter directement l’assureur final, qui est le véritable prestataire d’assurance. Parfois les revendeurs, comme Chapka Assurances (je les cite car justement, j’ai eu vent d’un cas concret) refusent des demandes de prise en charge qui seraient pourtant acceptées par Mondial Assistance et Europ Assistance qui sont les 2 principaux acteurs derrière la plupart des contrats d’assurance voyage, notamment ceux incluent avec vos cartes bleues ou dans vos assurances habitation.. En contactant directement l’assureur final, vous pouvez obtenir une réponse plus précise et résoudre les éventuels problèmes et obtenir une prise en charge qui vous avez pourtant été refusée.

Si la non-couverture est confirmée et définitive, là, il vous appartiendra de faire vos choix sachant que les factures d’hospitalisation dans les hôpitaux privés en Thaïlande montent très vite et que les hôpitaux publics, les moins chers en Thaïlande, ne sont pas tous de la même qualité ni équipés pareil. Et selon votre situation médicale,l’hôpital public le plus proche peut ne pas être le mieux placé pour vous prendre en charge efficacement. Une alternative peut-être de se faire soigner dans un CHU (un hôpital universitaire), il y a de très bons et leurs tarifs sont plus raisonnables qu’une clinique privée.

Une solution très utilisée, surtout par ceux partis sans assurance ou pas couverts, souvent car conduite de scooter sans être en règle ou sans casque, ce sont les cagnottes. Je ne sais pas si c’est efficace mais m’est d’avis que les gens sont moins enclin à donner pour un touriste qui est parti non assuré ou a eu un comportement à risque.

Voyager sans assurance en Thaïlande

Évidemment, dans cet article, je pars du principe que le nécessaire a été fait pour partir en étant couvert par une assurance, je vous invite, pour ceux qui ne connaissent pas bien le sujet à jeter un oeil à mon article sur l’assurance pour un voyage en Thaïlande.

Les numéros d’urgence en Thaïlande

Voici les deux principaux numéros d’urgence en Thaïlande:

  • Le 191 est le numéro général des urgences
  • Le 1669 est le numéro des urgences médicales, l’équivalent du SAMU pour simplifier
  • Le 1155 est le numéro de la Police Touristique
  • Le 191 est le numéro de la police

Normalement, vous devriez tomber sur des interlocuteurs parlant un minimum anglais mais je ne peux vous le garantir. C’est donc mieux, si possible, que ce soit un Thaï qui les appelle.

Je rappelle aussi qu’un drame qui intervient sans assurance ne vous touche pas que vous mais aussi toute votre famille et vos proches, qui non seulement s’inquiéteront de votre état mais aussi de comment payer les factures, sachant qu’en Thaïlande, si on ne paie pas, les soins peuvent s’arrêter. Ceux qui partent consciemment sans être assurés en disant « je prends le risque », ne le prennent pas que pour eux mais aussi pour tous leurs proches.


Personne ne souhaite faire face à un accident pendant ses vacances en Thaïlande, mais il est essentiel d’être préparé et de savoir comment réagir en cas de situation imprévue. Plus la prise en charge est bien faite dés le départ moins il y a de complications tant médicalement qu’administrativement.

Photo: Eakkapop Thongub

Mike Thailandee

Tombé sous le charme de la Thaïlande dès son premier voyage , Mike est reparti en mode routard pour 6 mois en Asie du Sud-Est dont 4 en Thaïlande, un mois au Cambodge et un mois au Vietnam. Depuis, il ne cesse de parcourir le pays dans tous les sens, plusieurs mois par an pour découvrir, tester et partager ses infos, photos, conseils et bons plans.