Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

Hormones, la série ado qui cartonne en Thaïlande

Share This:

Bien loin des très prudes thai lakorns, qui sont une peu les soaps opéras thaïlandais mais ont la délicatesse de ne pas s’étaler sur 4500 épisodes et des dizaines d’années, la nouvelle série qui cartonne en Thaïlande, c’est « Hormones » qui raconte la vie des ados du Royaume et leur vie sexuelle. Pas si courant dans un pays, où les manifestations publiques d’affection sont encore assez mal vues même si la jeune génération se permet un peu plus de ce côté là que ces prédécesseurs.

 

Hormones serie TV Thailande
Homones la série très controversée pour ados fait un carton en Thaïlande

 

« Hormones » au départ c’était un film (que vous pouvez voir ici sous-titré en Anglais) que la chaîne GMM One TV channel a décliné en série mais quand le film se passe pendant les vacances des adolescents, la version à épisodes, elle, se déroulent pendant l’année scolaire, le décor principal étant un lycée. Le premier épisode marque déjà les esprits avec un élève qui remet en question le port de l’uniforme dans les écoles thaïlandaises. Et au fil des numéros qui chacun porte comme titre le nom d’une hormone, on découvre des lycéens qui flirtent et ont des relations sexuelles. La séries est certes plus explicite que ce à quoi on est habitués à la télévision thaïlandaise mais on est loin de la série britannique « Skins ». Quand dans un lakorn, le fait de se frôler la main est un geste torride presque qu’aussi impliquant que faire l’amour et les héros s’embrassent du bout des lèvres voir pas du tout, l’angle de la caméra se chargea de créer l’illusion d’un « vrai » baiser, ici, on est plus cash. Parmi les personnages, une sorte de Marie couche-toi là mais toujours avec préservatif (et c’est probablement pour ça que la série est utile) qu’on voit dés le début de la série réajuster son chemisier dans sa jupe en sortant des toilettes du lycée après un garçon, un rebelle playboy, véritable star de son lycée, une romantique fleur bleue presque pathologique, un loubard au grand coeur… et des ados très branchés sur les réseaux sociaux et notamment Facebook, relais de toutes les rumeurs et les excès avec même une sorte de web chaîne de télé avec deux élèves animateurs qui se filment avec un téléphone portable. Bref, dans Hormones, on montre la vie des adolescents comme elle est. Bastons, amourettes, flirts, garçon et fille qui multiplient les conquêtes, homosexualité, opposition à l’autorité, conflit de générations… voilà les sujets abordés. Et ça dérange apparemment. La National Broadcast and Telecommunication Commission (NBTC) trouve le contenu du programme obscène, l’accusant de mettre des pensées et des images indécentes dans l’esprit du public, en violation de l’article 37 de la loi sur la radiodiffusion publique thaïlandaise. La censure guette… Pourtant, tout est suggéré, on ne voit que les avants et après des rapports sexuels supposés entre les protagonistes et outre un baiser entre deux garçons repris dans le générique, rien d’explicite. A l’épisode 9, une des jeunes filles couche avec le garçon qui lui plaît et se réveille avec un large sourire avant le début d’une lourde angoisse, celle de tomber enceinte. Et à la fin de l’épisode, la réponse à la question: les scénaristes ont-ils osé pousser la transgression jusqu’à avoir une adolescente enceinte dans « Hormones » ? Du jamais vu en Thaïlande. Et pourtant, c’est une réalité, le nombre de jeunes filles enceintes avant leur majorité est en constante augmentation dans le pays. Un programme comme celui-là a justement le mérite d’aborder la sexualité chez les ados, un sujet souvent tabou ici. En tout cas, ce n’est probablement pas une coïncidence, si c’est après la diffusion de ce volet de la série que la NBTC a commencé à remettre en question la ligne éditoriale du show. Ajoutez un scandale de consommation de drogue sur une des actirces et vous avez tous les ingrédients pour faire une série culte. A l’avenir incertain mais culte.
Vous pouvez regarder, ici les épisodes sous-titrés de « Hormones ». Des versions qui ont gardé les très énervants sponsors avant et après chaque coupure publicitaire mais c’est probablement ce qui explique qu’il n’aient toujours pas été supprimés de Youtube. Si vous avez une envie irrépressible d’acheter un scooter Zoomer X après, c’est que la pub est efficace ! 😉


"Asian Girlz" ou un pot pourri de clichés sur les femmes asiatiques

Share This:

Le groupe Day Above Ground que personne ne connaissait jusqu’à il y a 3 jours, il faut bien le dire a publié sur sa chaîne Youtube, le clip de sa dernière chanson « Asian Girlz ». Et à l’écouter, on hésite à penser que c’est du second degrés tant les paroles sont une liste presque exhaustive de tous les clichés et fantasmes machos sur les femmes asiatiques. Les internautes, eux n’ont pas hésité puisque que la vidéo comptabilise un nombre record de « J’aime pas » (21381 contre 1803 « J’aime » et 568 134 vues au moment où nous écrivons cet article).

 

Asian Girlz

« Asian Girlz » qualifiée par le Huffington Post de « chanson la plus raciste de l’histoire récente »

 

Le Huffington Post aussi, n’a pas trop hésité à choisir entre tentative d’humour ratée ou racisme qualifiant le titre sur son site de « chanson la plus raciste de l’histoire récente ». Il faut dire qu’avec des paroles comme « I love your sticky rice. Buttf..ing all night » (j’aime ton riz gluant et faire l’amour dans les fesses… oui, j’ai cherché une manière pas trop graveleuse de le traduire au cas où il y ait des enfants qui passent par ici), le tout alors que la superbe Levy Tran entà¢me un strip-tease qui la dévoilera dans un joli ensemble de lingerie. La jeune femme qui s’est d’ailleurs excusée à maintes reprises sur compte Twitter d’avoir participé à ce clip qui se voulait satirique selon un de ces messages courts. Nul doute qu’elle doit bien regretter d’avoir joué dans cette vidéo. Mais bon, c’est une chanson d’amour. Si, Si… à un moment, il dit « bitch, I love you » (chienne, je t’aime). Bref, de fins connaisseurs de l’Asie et de grands romantiques, ces rockeurs ! Ils se défendent d’être racistes car un de leurs membres est né en Indonésie. Et c’est vrai qu’ils sont ouverts d’esprit comme le rappellent leurs paroles « 17 or 23, it doesn’t matter to me! » (17ans ou 23 ans, c’est pas important. »).
Pas sûrs qu’ils ne se réjouissent pas de ce scandale qui les met en lumière. Alors que leurs vidéos Youtube précédentes atteignent péniblement les 1000 vues, le clip dépasse les 500 000 vues en 3 jours. Un buzz, même pour se faire taxer de racisme, est peut-être bon à prendre. Quelqu’un disait l’important c’est de faire parler de soi même en mal. Mission accomplie pour ce groupe. Par contre, on leur conseille vivement d’éviter d’aller faire une tournée en Asie !


Marée noire en Thaïlande: 90% de la nappe nettoyée

Share This:

L’Autorité Touristique de Thaïlande (T.A.T) vient de publier un communiqué officiel sur la marée noire indiquant qu’il ne resterait que 10% de la nappe de pétrole qui s’est échappée en mer samedi dernier au large de Rayong. Ainsi en une semaine l’essentiel, des 50 000 litres de brut aura été enlevé tandis que le nettoyage de la plage d’Ao Phrao sur l’île très touristique de Koh Samet, la seule que la marée noire a atteinte, continue et progresse bien, toujours selon la T.A.T qui, photo satellite à l’appui, montre l’évolution de la situation. L’agence en charge du Tourisme dans le Royaume qui publie aussi des photos prises hier pour bien montrer que toutes les autres plages sont indemnes.

 

Maree noire Koh Samet Thailande
Photo satellite de la marée noire prise le 1er Août à 6h

 

Cela devrait prendre environ encore 1 à 2 jours pour finir de nettoyer la plage d’Ao Phrao. La nappe de pétrole ne devrait pas atteindre les îles environnantes de Koh Pla Teen, Koh Kham and Koh Kudi, comme on aurait pu le craindre à une moment. Mais il restera des traces de la catastrophe. Des traces sur l’écologie. Ainsi les autorités locales rapportent que la majorité des récifs coralliens à proximité de Ao Phrao ont viré au noir. Sumet Saithong, chef du Khao Laem Ya-Mu Ko Samet National Park dont Koh Samet fait partie indique que les plongeurs et les biologistes marins qui ont inspecté les récifs près de cette plage ont rapporté que plus de 70 pour cent des coraux ont noirci. M. Sumet a déposé une plainte auprès de la police locale pour les dommages environnementaux causés par la fuite de pétrole. Les opérateurs touristiques de l’île de Samet ont été durement touchés. Baisse de 50% dans les réservations d’excursions de plongée, par exemple. Et comme l’un des sites de plongée les plus populaires est justement situé à côté de Ao Phrao, un certain nombre de touristes se sont déjà tournés vers d’autres destinations. De son côté, la Thailand Hotels Association estime que les hôteliers de Koh Samed vont souffrir des conséquences de la marée noire et voir leur taux de remplissage baisser siginificativement pour au moins un an. L’information étant pour l’instant été peu reprise dans les médias, surtout télévisuels, hors Asie, on peut penser que la fréquentation des touristes étrangers, elle, ne baissera pas pour très longtemps. Mais les Thaïlandais représentent une grosse part des visiteurs de l’île où ils aiment à venir pour le week-end ou les jours fériés et eux sont bien informés du problème que connaît le secteur.

Le ministre du Tourisme et des Sports, Somsak Pureesrisak, s’est rendu sur Koh Samet et tiendra une réunion avec les opérateurs locaux de tourisme pour assurer le suivi des problèmes et discuter des plans d’aide aux entreprises affectées par les annulations. Diverses réductions d’impôts et des efforts marketing sont susceptibles d’être mis en oeuvre. Les succursales bancaires locales sont également prêtes à intervenir, selon des médias locaux. Le ministre du Tourisme et des Sports a déclaré que le Cabinet avait décidé que PTT Global Chemical dédommagera les hôtels qui doivent faire face à une perte financière suite aux annulations de clients.


Donnez vos cheveux pour Koh Samet

Share This:

Suite à la marée noire dans la région de Koh Samet, survenue samedi dernier, une campagne vient d’être lancée. Elle s’intitule « Donate your hair for Koh Samet » et appelle les gens à faire don de leurs cheveux pour absorber le pétrole. En effet, ils ont un pouvoir absorbant du pétrole bien supérieur à tous les matériaux synthétiques existants. La question à laquelle aucune réponse n’a été apportée pour l’instant étant: combien faut-il de cheveux pour éponger la nappe de pétrole de Rayong ? Dans deux heures, je rammasse les copies.
Une initiative intéressante, si elle prend de l’ampleur et si les équipes chargées de coordonner le nettoyage utilisent vraiment les tignasses récoltées. Et on est en droit de douter que ce sera le cas. Une opération similaire avait était lancée pour la marée noire de BP aux Etats-Unis mais les cheveux collectés n’avaient pas été utilisés. Pourtant, de nombreux tests et expériences l’ont démontré, les cheveux surpassent largement tout autre matière pour absorber le pétrole comme le montre cette vidéo.

 



Les cheveux meilleurs pour éponger le pétrole dans l’eau que les matières synthétique

 

Tous ceux qui souhaitent se joindre aux opérations de nettoyage en tant que volontaires peuvent se réunir à la plage Mae Pim aujourd’hui et ceux qui ne peuvent pas venir sont invités à trouver autant de cheveux humains comme possible. Il y a plusieurs centres de collecte dont le Creative Community Center de Ploenchit à Bangkok. Formons la plus grande moumoute du monde pour venir à bout de la marée noire ! Cette technique revient sur le devant de la scène à chaque catastrophe pétrolière mais est rarement utilisée mais de manière anecdotique. Il faut dire que la matière première pour fabriquer les ballots d’absorption est compliquée à collecter en quantité suffisante. Nous par exemple, on ne pourrait que faire un don symbolique. Mais coiffeurs de Thaïlande, unissez-vous et envoyez vos cheveux à Rayong !


Koh Samed souillée par une marée noire

Share This:

La très populaire île de Koh Samet, au large de Rayong, au Sud-Est de Bangkok a été touchée par la marée noire provoquée par la fuite d’un pipeline à 20 km au large de Rayong. Malgré ce qu’affirmaient les autorités et la compagnie pétrolière PTT qui gère l’installation, une nappe de pétrole est venue souillée la plage d’Ao Phrao au Nord-est de l’île. Des centaines de militaires, on parle de 500 soldats, s’affairent depuis lundi pour la nettoyer.

 


La plage d’Ao Phrao à Koh Samet souillée par le pétrole

 

On vous en parlait, le jour-même sur notre page Facebook, samedi, 27 juillet, une fuite dans un pipeline de la compagnie PTT Global Chemical, libérait 50 000 litres de brut dans la mer. La fuite a eu lieu lors du transfert de pétrole depuis un tanker vers l’oléoduc qui alimente une raffinerie de PTT. Comme souvent dans ce genre de cas, les communiqués officiels se veulent rassurants et minimisent l’impacte réelle de l’incident. Il n’a pas fallu longtemps pour que les messages des premières heures indiquant que les côtes ne seraient pas touchées soient démenties par la réalité: le pétrole touchait Koh Samed. Et l’annonce par PTT faite ce matin, affirmant que la totalité de la nappe sera nettoyée dans les 3 prochains jours laisse tout aussi sceptique. Evidemment, que les autorités, via l’armée mobilisée pour combattre la marée noire et les équipes de PTT vont tout faire pour effacer au plus vite toute trace de l’incident. C’est mauvais pour leur image et mauvais pour le tourisme. Mais le réalisme serait plutôt de concéder que si le gros du pétrole aura peut-être été nettoyé dans ce délai, il devrait y avoir encore des petites nappes résiduelles et des boulettes de pétrole qui toucheront de temps à autres les côtes de la région pendant les semaines voir les mois à venir. Rien de comparable avec le spectacle affligeant de la plage noire et visqueuse d’Ao Phrao, déclarée zone sinistrée, ce dimanche, mais suffisamment pour se rappeler aux bons souvenirs de temps en temps. Le gouverneur de Rayong, un peu plus réaliste, annonce qu’il faudra plus de 15 jours pour se débarrasser du pétrole qui s’est échappé. La marine nationale thaïlandaise indique déjà qu’une partie de la nappe pourrait dériver vers la côte de Rayong. Un événement qui a entraîné de nombreuses annulations de réservations dans les hôtels et guesthouses de Koh Samet et qui devrait faire diminuer sensiblement le tourisme dans la région au moins pour quelques semaines. Voire plus selon l’évolution de la situation.
Mais il y a plus grave. Les touristes reviendront. Ils n’ont d’ailleurs pas vraiment quitté les lieux, les plages les plus populaires et fréquentées de Koh Kamet se trouvent sur l’autre face de l’île et ont été épargnées. La direction que prend la nappe de pétrole laisse penser qu’elle ne viendra pas les souiller. Le plus grave, c’est l’impacte écologique. Même si à voir le ballet incessant des speedboats, on a peine à le réaliser, Koh Samed est fait partie d’un Parc National, d’une zone protégée. Ses fonds marins sont riches et ce pétrole et surtout les produits chimiques utilisés pour le disperser vont très probablement causer de graves dommages à cet environnement privilégié. Beaucoup s’inquiètent de leurs effets sur les coraux et la chaîne alimentaire des poissons. On ne peut pas croire le vice-président de la compagnie pétrolière quand il affirme qu’il n’y aura pas d’autres dommages pour l’environnement. Greenpeace a, de son côté, appelé la Thaïlande à mettre un terme à l’exploitation pétrolière dans le golfe rappelant que « le golfe de Thaïlande, garde-manger du pays, est depuis longtemps sous la menace de marées noires le long des voies de transport, aux points de chargement et déchargement des pétroliers ou en raison des centaines d’opérations de forages ». Nul doute qu’on entendra encore parler de cette marée noire. Quant à savoir s’il faut aller à Koh Samet, même si la quasi totalité des plages sont intactes, il est peut-être mieux d’attendre quelques semaines avant de venir y poser ses valises. Le temps que les opérations de nettoyage aient fait l’essentiel du travail. Koh Chang étant relativement loin de la zone de la fuite, l’île devrait être épargnée et au pire ne recevoir que quelques boulettes de pétrole.

Photo satellite de la nappe de pétrole prise lundi 29 juillet à 18h23

Marée noire Thailande

Evolution de la nappe de pétrole dans le golfe de Rayong


Dengue en Thaïlande: protégez-vous des moustiques !

Share This:

Se protéger des moustiques, quelque soit l’endroit de la planète c’est un réflexe à avoir. Ca fait évidemment partie des recommandations santé pour voyager en Thaïlande de notre rubrique dédiée. Ils sont le vecteurs de plusieurs maladies, l’encéphalite japonaise, le paludisme même si le risque est minime en Thaïlande mais surtout la dengue qui cette année est en nette augmentation d’où la nécessité de vous sensibiliser à nouveau à ce risque. Et plus particulièrement en ce moment où c’est la saison des pluies.

 

Epidemie de dengue en Thailande
La dengue en Thaïlande pourrait toucher 120 000 personnes cette année

 

Depuis octobre dernier, la Thaïlande fait face à une épidémie de dengue qui est en passe de devenir la plus importante de son histoire. Des estimations basées sur la progression du nombre de cas estiment que 120 000 personnes pourraient contracter le virus cette année. Sur 65 millions d’habitants et 22 millions de touristes ça reste un chiffre faible mais quand on sait que cette maladie peut dans certains cas rendre une forme potentiellement grave et parfois fatale (pour en moyenne un patient sur 1000), autant agir pour s’en prémunir. Et les autorités thaïlandaises prennent le problème très au sérieux. Des opérations de pulvérisation d’insecticide pour tuer les moustiques sont régulièrement menées notamment à Bangkok. Et dans la plupart des hôpitaux, un coin est dédié à l’accueil des patients susceptibles d’avoir contracté la dengue. Une chose est sûre, vous serez bien pris en charge amis autant éviter d’en arriver à ce stade.
La dengue est une maladie infectieuse aiguà«, causée par un virus, un flavivirus (rien à voir avec Flavie Flament). En général bénigne, elle peut tout de même dans certains cas mettre en danger la vie du malade. Ses formes hémorragiques peuvent être fatales. L’incubation de la maladie est d’environ une semaine. Le premier symptôme est une forte fièvre puis des frissons, des maux de tête avec des douleurs derrière les yeux, douleurs musculaires et articulaires. La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). Il est donc impératif de vous protéger des moustiques en Thaïlande ! Portez des vêtements longs, utilisez des produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements que vous pouvez acheter sur places dans toutes les pharmacies et 7 Eleven (les sprays à la citronnelle sont insuffisant) voire des diffuseurs électriques dans vos chambres d’hôtel. Les plus exposés sont les 15-24 ans. Il n’y a pas actuellement de traitement curatif pour cette maladie, ni de vaccination disponible. Seuls les symptômes de la maladie sont traités.
La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre et déconseillé de prendre de l’aspirine tant que vous n’avez pas été diagnostiqué. Si vous ne savez pas où trouver un médecin, rendez-vous dans l’hôpital de la ville où vous vous trouvez. C’est de toute façon là , où vous trouverez le plus facilement un interlocuteur parlant Anglais. Dans notre rubrique carnet d’adresses, nous avons au moins référencer les coordonnées d’un hôpital ou d’une clinique par ville (voir la liste des hôpitaux en Thaïlande).
La bonne nouvelle, c’est que le laboratoire Sanofi Pasteur a développé un vaccin contre la dengue et compte entrer dans la phase de production das les prochains mois pour une commercialisation prévue est 2015.


Le pont Mon de Sangkhlaburi s’est effondré

Share This:

Le fameux pont Saphan Mon (pont Môn) à Sangkhlaburi, en Thaïlande, au Nord de Kanchanaburi, s’est partiellement effondré, ce dimanche, après 4 jours de pluies diluviennes. Un triste spectacle pour cet édifice en bois, de construction traditionnelle, le plus long du genre en Thaïlande et qui était aussi la principale attraction touristique de cette ville qui n’accueille que peu de visiteurs étrangers et pourtant vaut vraiment le détour.

 

Pont de Sangkhlaburi ecroule
Le pont Môn de Sangkhlaburi s’est effondré à cause des intempéries (photo: The Trekman)

 

En dépit de ses centaines d’années d’histoire, Sangkhlaburi est une ville nouvelle. En effet, suite à la construction du barrage hydroélectrique de Vajiralongkorn en 1984, l’ancienne Sangkhlaburi a été démolie et la nouvelle ville a été créée plus en hauteur. Tout ce qui reste du passé sont les structures semi-submergées de l’ancien temple Môn et les sous-sols de plusieurs bà¢timents. Et bien sûr, les vestiges érodés de la vieille pagode de de 400 ans près de l’impressionnant nouveau temple Wat Wang Wiwekaram. Le pont en bois a lui été construit en 1993 et faisait 850 mètres de long avant qu’il ne se brise en ce 28 juillet et que 70 mètres de son tablier ne sombre dans la rivière. Fort heureusement, on ne déplore aucune victime ni aucun blessé mais le spectacle de ce pont légendaire à moitié plongé dans l’eau est désolant. Un événement qui isole Wang Kha, village Môn déplacé ici après après la construction d’un barrage. Beaucoup de Môns se sont installés en Thaïlande après avoir fui des conflits au Myanmar (Birmanie). Pour l’instant aucune information n’a filtré quand à la reconstruction de l’édifice. S’il ne fait aucun doute qu’il y aura à nouveau un pont car c’est indispensable, on peut se demander si cet effondrement n’entraînera pas la reconstruction d’un pont plus moderne, plus solide et donc moins vulnérable aux caprices de la météo. Avec abandon du bois pour du ciment ou de l’acier. Sangkhlaburi perdrait alors son symbole et la modernité gagnerait encore un peu de terrain. Sans le Saphan Mon typique, le tourisme risque de baisser fortement. Un dilemme risque de se poser au moment de remonter le pont. Les Môns seront probablement attachés à le reconstruire selon la méthode utilisée pour son érection originale. Affaire à suivre…


Le Barça en thaïlande

Share This:

Après Manchester United, c’est le FC Barcelone qui va passer par la Thaïlande pour sa tournée de préparation avant le saison de Ligua 2013-2014. Les co-équipiers de Messi, joueront au Stade Rajamangala de Bangkok le 7 août prochain.

 

Le FC Barcelone à  Bangkok
Le Barça jouera à Bangkok le 7 août 2013

 

La rencontre amicale contre l’équipe nationale de football de Thaïlande se déroulera le 7 août prochain au Stade Rajamangala de Bangkok. Elle marquera le retour du grand club espagnol au pays du sourire 11 ans après le dernier match disputé.
Pour rassembler les nombreux fans de sa page Facebook autour de la tournée des « Blaugrana » en Asie, Qatar Airways a lancé un jeu concours en ligne doté de lots exceptionnels allant du t-shirt dédicacé à des places VIP de stade mais aussi l’opportunité de rencontrer deux joueurs stars du Barça lors d’une séance privée de dédicaces. Un concours organisé par Qatar Airways le sponsor officiel de la tournée 2013 en Asie du FC Barcelone est ouvert jusqu’au 31 juillet.
Si vous êtes adeptes du ballon rond et de passage à Bangkok, toutes les informations pour participer à ce concours sont sur la page Facebook de la compagnie aérienne.


Les 5 rues les plus polluées de Bangkok

Share This:

Comme la plupart des capitales du monde, Bangkok est une ville polluée. Avec son trafic légendaire et ses tuk-tuks pétaradants, la Citée des Anges n’a pas l’air le plus pur du pays et c’est un doux euphémisme. Récemment, le Département du Controle de la Pollution a publié le Top 5 des rues les plus polluées de Bangkok.

Bangkok, les rues polluees
Bangkok dévoile ses 5 rues les plus polluées

 

And the winner is…(roulement de tambour)… Ratchadapisek Road. Arrivent ensuite Romklao Road, Rama III Road, Phahonyothin Road et Charoen Krung Road. Les mesures ont été réalisées de novembre 2012 à février 2013. Dans ces artères de Bangkok, le niveau de PM10 monte jusqu’à 344 alors qu’à partir de 120, l’air n’est plus considéré comme sain. Concernant les polluants cancérigènes, l’air de la capitale thaïlandaise en contient deux fois plus que la limite à partir de laquelle cela présente un danger pour la santé. Bref, à Bangkok, limitez vos respirations !
Et si des efforts ont été faits pour décongestionner le trafic avec les différents métros de Bangkok, qu’ils soient aériens ou non, ou en tentant de multiplier les véhicules sans essence comme les tuk-tuks éléctriques, la tendance sera très compliquée à inverser…


Les vans du Victory Monument de Bangkok vont déménager

Share This:

Ce n’est pas encore une réalité mais le désordre presque organisé des minivans au tour du Victory Monument de Bangkok devrait bientôt prendre fin. Les autorités en accord avec les organismes concernés travaillent sur un projet pour le remplacer par un nouveau terminal afin de décongestionner la place qui est un carrefour de trafic important tant du fait les véhicules individuels que des nombreuses lignes de bus qui y passent.

 

Victory Monument Bangkok
Les vans du Victory Monument de Bangkok vont déménager

 

La Transport Company Limited, le Department of Land Transport, la Expressway and Rapid Transit Authority (ETA) la Traffic Police sont donc en train d’étudier où installer un nouveau terminal de passagers spécifiques aux minivans où seraient délocalisés toutes les compagnies qui sont actuellement installés autour du monument. Le Directeur Général de la compagnie des transports publics thaïlandais, Wuttichart Kalayanamit, a déclaré qu’il était envisagé d’utiliser un espace propriété de l’ETA situé sous l’autoroute dans la zone Morleng Soi, près de la station Ratchaparok, et capable d’accueillir jusqu’à 1.000 vans. Une demande sera également faite à la State Railway of Thailand, la compagnie des chemins de fers thaïlandais, pour utiliser un espace à proximité de la gare de Makkasan. La zone est actuellement sous la propriété de l’Airport Rail Link. deux zones bien desservie par l’Airport Link de Bangkok ce qui pourrait apporter une solution au problème de rentabilité de la ligne qui relie le centre de Bangkok à son aéroport principal, Suvarnabhumi. M. Wuttichart a indiqué que si les négociations avec l’ETA et la SRT réussissent, une étude de conception sera lancée pour la construction du terminal spécial minivans. Il s’attend à ce que tous les véhicules de transport de voyageurs soient retirés de la place Monument de la Victoire de Bangkok dans les 3 à 6 prochains mois et espère que le déménagement allégera considérablement la circulation dans la zone.


Fièrement propulsé par WordPress