Blog Thailandee!com

Partager cette page :
   

Top 10 des meilleures destinations en Thaïlande

Share This:

Le site d’avis de voyageurs TripAdvisor vient de publier un nouveau palmarès, celui des destinations préférées dans la monde des voyageurs (comprenez les voyageurs qui utilisent TripAdvisor). C’est vrai que chaque classement est surtout une opération marketing visant à faire parler d’eux à moindre frais mais les résultats sont tout de même intéressants.

Bangkok Thailande

Intéressants surtout quand on est un peu chauvin puisqu’en tête, on retrouve Paris qui jouît toujours d’une fabuleuse image à l’étranger et reprend la 1ère place perdue dans le classement précédent. Ville romantique, du luxe, du bon goût, de l’amour… et depuis peu des animations de rues avec fumigènes, batailles rangées et vitrines explosées. Plus sérieusement, si on creuse un peu, on se rend compte que si la ville de Paris fascine, dans un classement sur la gentillesse et l’accueil des habitants, les Parisiens et les Français en général seraient beaucoup moins bien classés. Ce n’est pas une statistique TripAdvisor mais un constat que je fais en discutant des voyageurs rencontrées au grés de mes périples. Et probablement que les habitants de Bangkok, 13e ville la plus appréciée du monde, gagneraient de nombreuses places. La capitale Thaïlandaise qui est aux portes du Top 10 mondial mais arrive première en Asie. Le classement est largement dominé par les villes occidentales, l’Europe et les Etats-Unis occupant les 9 premières places, Sidney étant 10e. Un résultat à mettre en relation avec la composition du public de TripAdvisor et donc à nuancer peut-être. Mais voici ce qu’il en ressort:

Top 13 mondial:
1. Paris
2. New York City
3. Londres
4. Rome
5. Barcelone
6. Venise
7. San Francisco
8. Florence
9. Prague
10. Sydney
11. Berlin
12. Istanbul
13. Bangkok

Top 10 en Asie:
1. Bangkok, Thailande
2. Tokyo, Japon
3. Pékin, Chine
4. Shanghai, Chine
5. Siem Reap, Cambodge
6. Chiang Mai, Thailande
7. Hong Kong
8. Singapore
9. Kyoto, Japon
10. Malé, Maldives

Et le Classement qui nous intéresse le plus et qui, disons-le ne serait pas le nôtre !

Top 10 en Thaïlande:
1. Bangkok
2. Chiang Mai
3. Krabi Town
4. Pattaya
5. Patong
6. Hua Hin
7. Phuket Town
8. Khao Lak
9. Karon
10. Bophut

Vous pouvez retrouver ce classement sur le site de TripAdvisor ICI.


En Thaïlande une banque prête… des buffles !

Share This:

Vous vous êtes déjà imaginés aller chez votre banquier pour lui demander un prêt et repartir avec un buffle ? En France, ce n’est pas possible, en Thaïlande, si ! Une banque unique au monde a vu le jour et prête non pas de l’argent, c’est tellement has been, mais des buffles. Voyez ce petit reportage sur cet établissement financier un peu particulier.


Indépendamment du côté amusant de la chose, il s’agit d’une initiative pour préserver l’espèce dont la population a drastiquement baissée passant de 7 millions à 2 millions en 30 ans malgré les campagnes officielles pour convaincre les paysans d’utiliser encore les services de ces bovins majestueux et travailleurs. Et pourquoi pas avoir en France, une vache ou des poules prêtées par une banque, avec le lait et les oeufs, ce serait enfin un produit bancaire qui rapporte des intérêts utiles et sûrs même en temps de crise. Et puis, on est déjà les vaches à lait des banques comme ça ce serait plus clair, non ? 😉


Eviter l’arnaque à la frontière Thaïlande-Cambodge ?

Share This:

On aurait pu penser que les bus gouvernementaux qui vont directement depuis le Terminal Nord de Bangkok (Mochit) à Siem Reap, mis en place il y a quelques mois, échapperaient aux tentatives d’arnaques au visa mais pas du tout malheureusement. Les chauffeurs ont déjà trouvé le moyen d’être complices soit d’officiels thaïlandais au poste de frontière soit d’agences de voyage qui se font une bonne marge sur le prix du visa. Il y a plusieurs scénarios possibles mais tous ont pour but de vous faire payer plus que le prix officiel et se mettre la différence dans la poche.

Frontiere Thailande Cambodge Poipet

Le prix normal et officiel d’un visa pour le Cambodge est actuellement de 20 dollars ou 800 baths. La conversion en monnaie thaïe est d’ailleurs très généreuse donc si vous le pouvez, payez en dollars, vous économiserez de l’ordre de 200 THB. Les bus de Bangkok à Siem Reap, porte des temples d’Angkor, passent par le poste de frontière de Poipet mais parfois ils font une halte juste avant dans une agence de voyage qui propose de prendre en charge l’obtention des visas « pour que ça aille plus vite » et collecte les passeports de tous les passagers leur demandant en général 1100 THB (soit 300 bahts de plus que le prix normal). Il ne reste alors plus qu’à attendre de récupérer les passeports avec le visa cambodgien. Cela prend une heure environ (en fait le temps qu’un employé de l’agence file au poste de frontière et fasse les démarches que vous auriez pu faire par vous-même sur place). Alors on pourrait se dire que les 300 THB c’est pour le service et le temps gagné mais c’est quand même 40% de plus et le gain de temps est plutôt minime. Si vous n’avez pas envie de payer ce supplément qui ne dit pas son nom, la meilleure façon de s’en sortir sans trop de débat car évidemment, l’agence n’aime pas que vous refusiez ses services et encore moins que vous révéliez sa marge, c’est simplement de dire que vous avez dépensé tous vos bahts et n’avez plus que des dollars. L’agence n’acceptant pas la monnaie américaine, elle vous laissera obtenir vous-mêmes votre visa au poste frontière (en espérant qu’ils continuent de ne pas prendre les dollars). Là -bas, vous passez d’abord par l’Immigration thaïlandaise pour valider votre sortie du territoire et ensuite par celle du Cambodge. Et côté Thaïlande, on vous proposera très probablement à nouveau un visa cambodgien pour 1100 bahts et comme vous avez à faire à des officiels, vous pouvez penser, à tort, que c’est la procédure normale mais ce n’est pas le cas. C’est trop cher et vous pouvez obtenir, malgré leurs arguments mensongers (le bureau côté cambodgien est fermé, il faut 5h là -bas pour un visa ect…) votre sésame côté khmer. L’excuse de n’avoir plus que des dollars peut aussi marcher dans ce cas mais pas toujours. Si vous avez passé ces deux écueils (si votre bus a déjà fait un stop à une agence, en général, à la frontière, il n’y aura pas de 2e tentative de vous faire payer 1100 bahts), vous n’aurez toujours pas de visa et devrez donc aller en demander un au « Office of International Border Check Point of Poipet »côté cambodgien, sur la droite. Là , on essaiera de vous faire payer 100 bahts en plus du prix normal– il y a même une affiche qui a l’air tout à fait officielle qui le mentionne mais ce n’est pas du tout une pratique « officielle ». Encore une fois, l’excuse de n’avoir que des dollars fonctionne. Et voilà , vous avez déjoué les tentatives d’arnaque et avez votre visa. La question après est de savoir si ça vous le coup de passer par tout ça pour économiser 7,50€ ou 2,50 € ? C’est en général plus pour le principe que pour la somme en jeu que des voyageurs dont je fais partie refusent de se laisser faire. Après, il faut bien dire que ça ne se passera pas sans quelques pressions. A vous de voir mais tant qu’il y aura des touristes pour payer le prix fort, ces petites arnaques continueront.
Une autre solution, c’est évidemment d’avoir son visa pour le Cambodge à l’avance. Il existe notamment un système de e-visa (site officiel ici) mais qui avec les différents frais de traitement vous coûte au final non plus 20$ mais 28$ soit 830 bahts. A noter que ce type d’arnaques existent quasiment à tous les postes de frontière terrestres. En voyageant en avion, vous n’avez jamais affaire à ces pratiques évidemment. J’en profite pour rappeler que pour une demande de visa à l’arrivée, il faut bien penser à avoir une photo d’identité. Vous pouvez parfois en faire au Bureau d’Immigration mais les prix sont sensiblement majorés. Il paraîtrait qu’une photocopie couleur de votre passeport retaillée pour n’avoir que la photo peut être aussi acceptée mais à vérifier.
Que ça ne vous décourage pas d’aller visiter les temples d’Angkor car c’est vraiment à faire une fois dans sa vie !


Match de boxe thaïe: Femme trompée VS maîtresse

Share This:

En général, quand son mari la trompe, si une femme a envie de boxer quelqu’un c’est son mari mais pas toujours. En général, ça se fait en privé et sans arbitre mais pas toujours… Ainsi un match de boxe thaïlandaise d’un nouveau genre a vu le jour dans la province de Rayong, dimanche. Une femme bafouée a affronté sa rivale, maîtresse de son mari, sur un ring de boxe thaïe avec comme lot pour la gagnante, le mari volage et 40 000 baths. Ben, oui, faut bien compenser la décôte du monsieur qui a plus de kilomètres au compteur que prévu 😉

Boxe thaie femme maitresse
Photo: pattayadailynews.com

5 mai 2013 – 23h00 – Province de Rayong Thaïlande – Ring de la Srimanophas Temple School, dans le coin gauche, Fontheam Por Chatchai, 27 ans, 75 kilos, la femme en titre, dans le coin de droit, Daojerdja Orr Meekhun, 29 ans, 58 kilos, la challenger et amante du mari de la première. Le match en trois reprises commence sans round d’observation. La femme bafouée là¢che ses coups et atteint Daojerdja, short bleu, au visage, la faisant tomber plusieurs fois. Dans le 2e round, les jeux de jambes et coups de pieds rentrent en action et le match s’équilibre. A la 3e reprise, décidé à conserver son titre (enfin son mari), Fontheam enchaîne les coups, son adversaire encaisse jusqu’au gong annonçant la fin du match. La domination de la femme revancharde est incontestable. Elle est proclamée vainqueur et reçoit une ceinture – non, pas de chasteté, de championne de boxe, non mais ! – et un chèque de 40 000 bahts (environ 1000 euros). Et elle gagne donc aussi l’exclusivité sur son mari. On peut être sceptique sur ce dernier lot d’autant plus qu’après sa victoire, Fontheam a déclaré regretter que son mari ait encouragé sa maîtresse pendant tout le match. C’est vrai que c’est pas très fair play. En voilà un qui va être content de rentrer à la maison. En tout cas, maintenant qu’il a vu le punch de sa femme en action, il va peut-être filer droit !
Vu la fidélité toute relative des Thaïlandais – une étude controversée réalisée par Durex l’été dernier concluait que les hommes thaïlandais étaient les champions du monde de l’infidélité quand les femmes thaïlandaises n’arrivaient que secondes –, y a peut-être un créneau à prendre, ce type de combats peut avoir un bel avenir au Pays du sourire. A quand une ligue de Boxe Thaïe spéciale infidélité ?

Une information Pattayadailynews.com


Vers un mariage gay en Thaïlande ?

Share This:

Hasards du calendrier, le débat, certes moins passionné que celui qui a eu lieu en France, sur le mariage gay est aussi d’actualité en Thaïlande. Un comité a été formé en décembre dernier par le gouvernement pour étudier la question et formuler un projet de loi qui semble toutefois de plus en plus s’orienter vers une union civile plutôt qu’un « vrai » mariage. « Same same but different » comme on dit. Toujours est-il que si le texte est adopté, ce sera une première en Asie.

mariage gay Thailande

Si l’opposition à ce projet de loi encore en gestation est plus discrète en Thaïlande, c’est probablement parce que le pays très largement bouddhiste n’a pas de raison religieuse de s’y opposer, aucun texte ni discours de Bouddha ne fait allusion à la question, ne condamne ni n’encourage l’homosexualité et il y a toute une partie de la société thaïlandaise réputée tolérante qui embrasse ouvertement l’homosexualité et accepte voire idolà¢tre chanteurs et personnalités gays et dara, votent pour des politiciens transgenres… La communauté LGBT thaïlandaise y voit plus de l’exploitation qu’une véritable acceptation, pourtant l’homophobie est quasi inexistante au Pays du Sourire. Toutefois, un sondage récent réalisé par le National Institute of Development Administration montrait que 58% des personnes interrogées n’étaient pas favorables au mariage homosexuel que la loi thaïlandaise n’interdit d’ailleurs pas spécifiquement. Le texte mentionne simplement qu’un mariage ne peut être prononcé qu’avec le consentement mutuel de l’homme et la femme. Il suffirait donc de changer ces quelques mots et de signifier qu’il peut être validé qu’entre deux adultes consentants et le tour serait joué ! Pas si simple en fait… Comme nous l’indique le Bangkok Post, la loi thaïlandaise laisse une large place à l’interprétation et si la loi sur le mariage était modifiée, il y aurait toute une série de lois connexes en ce qui concerne l’adoption, les droits fiscaux, droits de succession, droits d’assurance… etc qui devraient également être modifiées voire dans certains cas supprimées. Ca vous rappelle rien ? Ben, oui, quelque soit le pays, les problématiques soulevées sont les mêmes. Ce serait donc en fait, le retard bureaucratique de la Thaïlande qui serait l’obstacle majeur à l’instauration d’un vrai mariage gay. La notion de jurisprudence, par exemple, n’existe pas en Thaïlande et si ces questions étaient tranchées une fois, dans un sens comme dans l’autre, cela n’aurait aucun poids dans les verdicts futurs. La Commission des Droits de l’Homme de Thaïlande est bien consciente de cet écueil et pousse pour une union civile, la mise en place d’un véritable mariage pour tous, « prendrait trop de temps », affirme-t-elle. Se dirige-t-on donc vers un cousin du PACS ou un véritable mariage en tout point identique à celui qui unit les couples hétéros aujourd’hui ? Réponse dans plusieurs mois, le temps que le projet de loi soit élaboré et fasse son chemin…
Pour l’instant, Frigide Barjot n’est pas attendu à Bangkok…


La Thaïlande copie l’Alsace…

Share This:

En tant qu’Alsacien, je ne suis forcément pas resté indifférent en apprenant que Pattaya a depuis quelques mois sa réplique de Colmar, préfecture du Haut-Rhin. Une réplique grandeur nature qui répond au doux nom de « Mimosa, city of Love » et a été inauguré, vu son nom c’était logique, le 14 février dernier. Je sais, vous me direz: « Pourquoi aller à Pattaya pour voir ce qu’on a à la maison ? ». Je serai tenter de répondre: « Same, Same but different » mais mes racines m’obligent à vous encourager à venir en Alsace voir l’originale. De préférence au moment de Noà«l pour une ambiance que sa petite soeur près de Jomtien ne pourra jamais reproduire. Tout ne se copie pas…

Mimosa Pattaya copie Colmar

Evidemment, ce n’est qu’une partie de la cité alsacienne qui a été reconstituée, jugée comme très romantique par Jirachote Kaewsathean surnommée Nick, l’instigatrice du projet. A la sortie Sud de Pattaya, sur Sukhumvit Road, juste en face de l’ hôtel Ambassador, Mimosa accueille 200 espaces boutiques, cafés, restaurants, glaciers, un petit hôtel pour se sentir en Alsace avec le climat thaï et évidemment un salon de massage. Pas de choucroute ou de tartes flambées à notre connaissance mais ça viendra peut-être… Il faut dire que le but de la patronne de Nick Real Estate n’est pas de faire découvrir le patrimoine culturel français aux touristes, sa cible privilégiée, et habitants de Pattaya, c’est évidemment de créer un décor qui attire les foules. Et nul doute que les Thaïlandais vont s’y précipiter pour se faire photographier devant la tour carrée, les maisons à colombages, le clocher ou la fontaine, musicale, elle, quand celle de Colmar reste bêtement muette ;). Et pourquoi pas donner l’illusion qu’ils ont voyagé en Europe. Outre les magasins, quelques attractions plus ludiques comme le Palais des horreurs ou celui des glaces ou encore des auto-tamponneuses. Et pour animer le tout des troubadours médiévaux.
Nick avait été reçue par la mairie habituée à ce que sa ville serve de modèle pour ce genre de projets, une autre petite Colmar existant déjà en Malaysie mais un jumelage avec la cité alsacienne n’est à l’ordre du jour pour l’instant. La jeune femme est ambitieuse et prévoit 10 000 visiteurs par jour, il faut dire que les affiches publicitaires pour Mimosa sont omniprésentes à Pattaya. Mettant en avant son surnom de « ville de l’amour » quand on aurait pu y mettre un simple « Bienvenue à Colmar ! ». Car si nous avions vu ces publicités lors de notre séjour récent à Jomtien, à aucun moment nous n’avons imaginé que le lieu reproduisait un village alsacien sinon par chauvinisme régional, nous y serions allés. Car oui, on vous en parle mais on ne connaît de cette nouvelle attraction commerciale d’une Sukhumvit Road à Pattaya qui en compte déjà bon nombre dont le marché flottant et Mini Siam que ce que la communication officielle veut bien en dire. Si vous y avez été, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous dire ce que vous en avez pensé.

Site officiel: www.mimosa-pattaya.com


Délation via Facebook en Thaïlande ?

Share This:

Dans la chasse aux sorcières lancée à Phuket depuis plusieurs semaines pour débusquer les méchants entrepreneurs farangs, une nouvelle étape pourrait bientôt être franchie: celle de la délation publique. En effet, lors d’une réunion avec les entrepreneurs de Phuket, hier, le Department of Special Investigation de la ville envisage très sérieusement de lancer une page Facebook où n’importe qui pourra télécharger la photo d’un étranger qu’il pense travailler en situation illégale.

page Facebook délation Thailande

Suite à la fronde des chauffeurs de taxis et tuk tuks, la police locale avait déjà annoncé une grande opération pour contrôler tous les étrangers qui travaillent à Phuket, plus particulièrement visés, le secteur du tourisme et les agences de voyage. Un grand ménage commencé qui n’a jusque là pas donné grand chose, l’immense majorité des personnes contrôlées étaient en règle et avaient un permis de travail. Bref, constatant l’inefficacité de cette opération, probablement, les policiers ne baissent pas les bras et parlent maintenant d’ouvrir une page Facebook où l’on pourra dénoncer, sans preuve évidemment, un étranger dont on pense qu’il travaille illégalement en Thaïlande, en y postant sa photo. « Si quelqu’un voit un étranger travailler sans un permis de travail ou exercer une profession réservée aux Thaïlandais, prenez une photo de lui et envoyez la nous, s’il vous plaît » a demandé le directeur général de la DSI, Yanapol Yungyuen. A priori, il n’est pas prévu d’apposer en dessous la mention « Mort ou Vif » avec une récompense pour le chasseur de prime qui vous ramènera le possible fraudeur. A priori… Une belle atteinte à la présomption d’innocence qui va creuser encore plus le fossé entre les communautés thaïe et farang à Phuket. Si la page Facebook n’est qu’une idée et ne sera peut-être pas créée, cette délation sera, quoiqu’il arrive, possible par email, ce qui aura au moins le mérite de ne pas être public. Pourquoi, ils ne développent pas une appli smartphone, ce serait tellement plus pratique ? Tu prends la photo avec ton téléphone et tu appuies sur le bouton « Délation » et hop ça arrive sur Facebook. Quitte à faire de la délation, autant faire de la délation à la pointe du progrès !
Lors de cette réunion avec les entrepreneurs thaïs de Phuket, Supachai Wattanaparinton, Vice-President de la Phuket Professional Guide Association a mentionné -à juste titre, j’en ai vu mais mauvais citoyen, je n’ai pas pensé à le photographier- que des guides étrangers travaillent à Phuket alors que cette profession est interdite aux étrangers. « Les étrangers utilisent des thaïlandais pour enregistrer leurs sociétés (NDLR: un farang ne peut pas posséder plus de 49% d’une entreprise), mais leur donnent très peu d’argent en retour. J’ai vu une femme qui a été «propriétaire» d’une entreprise touristique circulant sur une vieille moto et vivant dans une minuscule chambre location » a-t-il poursuivi. Sur la question des taxis, le directeur de la DSI a suggéré aux chauffeurs d’utiliser systématiquement le compteur pour plus de transparence. Et là , je dis oui ! je dis même: « Mettons aussi un compteur sur les tuk tuks de Phuket ! » mais je m’enflamme peut-être un peu. Il conclut la réunion en assurant que les autorités allaient tout mettre en oeuvre pour que les revenus du tourisme reviennent pleinement aux Thaïlandais quitte à égratigner l’image du tourisme en Thaïlande. On aurait aimé voir la même détermination pour combattre les arnaques aux jet-skis de Patong et tarifs abusifs des tuk-tuks, histoire de donner l’impression de faire aussi des efforts pour les farangs qui constituent la majorité des touristes de l’île…
La police thaïe qui aime beaucoup le réseau social de Mark Zuckerberg apparemment puisqu’elle s’était déjà illustrée en publiant des photos de conducteurs arrêtés en état d’ivresse pour les « punir ».


Trafic de chiens en Thaïlande

Share This:

S’il y a bien des endroits dans le monde où avoir une vie de chien est encore plus dure qu’ailleurs, la Thaïlande en fait malheureusement partie. On a beau être des amoureux inconditionnels de ce pays, on en reste pas moins conscients qu’ils a des progrès à faire dans de nombreux domaines et notamment sur le trafic et le traitement des animaux. Si concernant les éléphants, des progrès importants ont été faits et des engagements ont récemment été pris, il est un autre trafic de grande ampleur, moins médiatique, celui des chiens. Il faut dire que le pays compte de nombreux meilleurs amis de l’homme errants et que dans le Vietnam voisin, l’animal est consommé régulièrement, c’est un met de fête. Sans demande il n’y pas d’offre, pas de trafic évidemment, mais la demande existe et elle est toute proche.

Trafic de chiens Thailande

Brigitte Bardot demandé, il y a quelques jours dans une lettre rendue publique par sa Fondation, à la première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, de mettre fin au trafic de chiens tués dans des abattoirs clandestins pour leur viande et leur peau. « Tha Rae est le lieu d’un immonde trafic où l’on tue les chiens pour la viande et pour leur peau dans des abattoirs clandestins après avoir été sauvagement capturés au bord des routes ou volés à leur propriétaire », a écrit Brigitte Bardot dans sa lettre estimant par ailleurs que chaque année près de 100 000 chiens sont tués et envoyés au Vietnam et à peu près autant exportés vivants. A noter que déjà en 2011, l’actrice avait adressée une missive sur la question au Roi. Pour donner plus de poids à son message, Bardot appelle toutes les bonnes volontés à copier/coller sa lettre (disponible ICI) et l’envoyer par courrier avec pour mention : « Votre Excellence, je soutiens l’action de Brigitte Bardot auprès du 1er Ministre thaïlandais, pour mettre fin à la consommation et au trafic de chiens en Thaïlande » à l’Ambassade Royale de Thaïlande en France, 8, rue Greuze 75116 Paris ou par mail à thaipar@mfa.go.th ou fax 01 56 26 04 45.
Voici un reportage de l’émission 7 à 8 de TF1 tout à fait édifiant sur le trafic des chiens en Thaïlande.

A noter que l’organisation NetAP (Network for Animal protection travaille aussi activement pour lutter contre cette pratique. La police mise sous pression par les associations commence à lutter timidement contre le phénomène. Ainsi en un an et demi, « ils sont parvenus à sauver 12 000 animaux de la casserole », se réjouit Esther Geisser, Zà¼richoise membre de NetAP, plus que jamais mobilisée après un voyage sur le terrain. Etroitement associée à la Fondation thaïlandaise Soi Dog que vous pouvez soutenir en parrainant un chien par exemples (voir sur leur site); la Fondation Bardot et NetAP se battent pour une « gestion humaine » de la population canine errante en Thaïlande qui outre ce trafic est parfois exposée à des villageois qui essaient de s’en débarrasser en empoissonnant la nourriture qu’ils leur donnent. Car sauver ces chiens du voyage funeste vers le Vietnam ne suffit pas, accueillis dans des centres qui n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour faire face, leurs conditions de vie ne sont pas idéales malgré la bonne volonté de leurs hôtes. A noter que souvent, les centres d’accueil des chiens errants sont contents d’avoir simplement des volontaires qui viennent donner de leur temps pour s’occuper des des pensionnaires et leur donner un peu d’affection. Ils collent en général des petites affichettes pour recruter des bénévoles qui viennent passer un ou plusieurs jours. Alors si vous en voyez une et avez du temps, n’hésitez pas !


Pee mak, le film à voir !

Share This:

On vous avait parlé du succès annoncé de ce film thaïlandais en partageant sa bande-annonce sur notre page Facebook lors de sa sortie. Maintenant que nous l’avons vu, on lui consacre un article et vous conseille chaudement d’aller le voir car oui, il y a des projections sous-titrées en Anglais à Bangkok.

Pee mak Phra Kha Nong

Pee Mak Phra Kha Nong, reprend la légende de Nak, enceinte qui attend le retour de son mari Mak (Mark en fait mais tout le monde l’appelle Mak, les Thaïlandais ont du mal à prononcer les r) parti à la guerre. Quand le jeune soldat retourne avec quelques camarades, sa femme et son fils l’attendent mais les villageois ont des comportements bizarres, certains lui disant que Nak est un fantôme. Elle serait morte et son fils aussi. Mais alors sont-ils bien réels ? Si vous avez déjà entendu parlé de la légende de Mae Nak (ou consultez notre page Facebook), vous connaissez la réponse mais ça ne vous empêchera pas d’apprécier ce film car le fait que Nak soit un fantôme n’est pas le point central de l’histoire même si le film arrive a récrée un petit suspens sur la question.
En entrant dans la salle, on s’attendait, après le traditionnel hommage au Roi, à voir un film dramatique et surnaturel mais c’est surtout une comédie qui déclenche des fous rires comme rarement, j’en ai eu dans une salle de cinéma. De la dérision, des situations cocasses et des acteurs excellents, voilà comment Pee Mak arrive à vous faire rire aux éclats dés les premières images en pleine guerre jusqu’aux petites pastilles hilarantes du générique de fin. Et c’est probablement l’humour qui explique le succès de cette pourtant énième adaptation à l’écran petit ou grand de la légende de Mae Nak et Pee Mak.
Si vous êtes à Bangkok, courrez-y vraiment ! Le cinéma du dernier étage du Terminal 21 (BTS Asok ou MRT Sukhumvit), notamment, le propose avec sous-titres en Anglais. Séances à 11h35, 14h, 16h25, 18h50, 21h15 et 23h40. Pee Mak Phra Kha Nong est promis à la première place au box office des films thaïs de tous les temps. Et en plus, il prend la peine de se sous-titrer, ce qui n’est pas si courant, pour permettre aux farangs de le découvrir. Une initiative qui l’aidera dans la quête de son record. Et si vous prenez goût aux films thaïlandais sous-titrés en Anglais, on vous rappelle qu’une petite sélection est disponible en visionnage Youtube dans notre rubrique vidéos sur la Thailande.


Koh Chang, la nouvelle Koh Tao ?

Share This:

Quand on parle plongée en Thaïlande, c’est toujours Koh Tao qui est citée en premier, c’est LA destination numéro un des plongeurs quelque soit leur niveau mais ça pourrait très rapidement changer. Koh Chang déjà bien placée pour ce type de tourisme vient de se doter d’une arme secrète qui va, c’est certain, attirer beaucoup des amateurs d’exploration sous-marine.

Ko Chang Thailande

En effet, le naufrage volontaire du navire de guerre américain Chang HTMS 712, le 22 novembre dernier au large de Ko Chang, offre aux plongeurs un site unique en Thaïlande. 100 mètres de long, 15 mètres de hauteur, construit pendant la Seconde Guerre mondiale et cédé à la marine thaïlandaise en 1961, c’est la plus grande épave des fonds marins thaïlandais. Il a été spécialement aménagé avec la création de passages pour faciliter les allers et venus des plongeurs et surtout sécurisé avant d’être noyé. La vie sous-marine en a pris rapidement possession, les espèces s’installent petit à petit dans ce repaire situé à 30 mètres de profondeur qui devient de plus en plus intéressants pour ses visiteurs au fil du temps. Si le coup de booster touristique que cette initiative va donner à l’île est indiscutable et faisait forcément partie des arrières pensées des initiateurs du projet, il a aussi et surtout une dimension écologique. Un navire coulé, c’est un récif de qualité, favorable au développement de la vie sous-marine qui y trouve un abri sécurisant. Ce genre d’initiative de création de récifs artificiels en coulant des bateaux s’est d’ailleurs multiplié de part le monde ces dernières années.
C’est le rêve de tous les plongeurs de nager au milieu d’une épave dont la mer a repris possession et Koh Chang étant assez proche de Bangkok, nul doute que la fréquentation de l’ïle Elephant va monter en flèche dans les trois prochaines années, délais selon les spécialistes pour que la vie sur le site se soit pleinement développée. Tout ceci est une aubaine pour les clubs de plongée de Koh Chang, probablement une mauvaise nouvelle pour les habitués de l’île qui regrettaient déjà de voir sa densité touristique augmenter sans discontinuer année après année. Probablement une mauvaise nouvelle pour la préservation de ce Parc National également car on devrait voir fleurir de nouveaux hotels à Koh Chang pour absorber l’augmentation du nombres de touristes.


Fièrement propulsé par WordPress