Blog Thailandee!com

Partager cette page :

Nadech et Yaya, le retour de la vengeance 2

Share This:

Ils sont de retour ! Le couple d’acteurs si jeune et déjà mythique ( couple à l’écran seulement, je précise même s’il y a des rumeurs… ) revient dans une nouvelle série Thoranee nee nee krai kong qu’on pourrait traduire par: « cette terre mais à qui qui qu’elle est donc ? », enfin approximativement.

Thoranee nee nee krai kong

Nadech Kugimiya et Yaya Urassaya Sperbund se retrouvent donc pour leur 3e collaboration sur un thai lakorn après Duang jai Akanee et Game Rai Game Rak. Et on ne parle pas de toutes les publicités qu’ils ont faites ensemble pour des boissons, chips et autres produits. C’est le duo le plus bankable de Thaïlande. « Mais qu’elle est l’histoire de cette nouvelle superproduction ? » me direz-vous. Athit, joué par Nadech, a étudié l’agriculture et rêve de pouvoir mettre en pratique l’enseignement qu’il a reçu, seulement ses parents ne possèdent pas de terres et ne peuvent pas financièrement l’aider à en acquérir. Son père n’encourage d’ailleurs pas le jeune homme à devenir agriculteur argumentant que c’est un travail pénible et harassant. Mais Athit est déterminé. Par chance, il a une grand-mère qui est à la tête d’une immense exploitation d’oranges mais avec laquelle son père est brouillé. Va-t-elle accepter que son petit-fils vienne travailler chez elle malgré tout ? Je sais le suspens est intenable… mais je vais devoir le rompre sinon je ne pourrai pas vous parler de Yaya.
Arunee, Nee pour les intimes, interprétée par Yaya, est une autre petite-fille de Khun Ya ( la grand-mère ) qui vit à l’exploitation. En fait, le lien de parenté est plus compliqué mais vous le découvrirez bien assez tôt. Elle se sent menacée par l’arrivé d’Athit qui menace sa position d’enfant préférée et le prend en grippe. Une rivalité s’installe entre les deux héros. Mais alors comment tout ça peut finir en histoire d’amour (on est dans un lakorn, y a pas le choix) ? A découvrir en regardant les premiers épisodes sous-titrés en Anglais de Thoranee Nee Nee Krai Kong ici.

Fièrement propulsé par WordPress